Logo diocèse de Versailles
Profession de foi

Qu’est-ce que la profession de foi ?


Proposée aux jeunes vers l’âge de douze ans, la profession de foi leur permet de renouveler publiquement les promesses faites en leur nom par leur parrain et marraine le jour de leur baptême

La première communion à l’âge de raison

Au début du vingtième siècle, le Pape saint Pie X a prescrit de donner la première communion aux enfants dès l’âge de raison et non plus vers douze ans, comme l’usage s’en était établi. Il appuyait sa décision sur la parole évangélique :

Laissez venir à moi les petits enfants

(Mc, 10, 14)

Il rétablissait ainsi un usage ancien de l’Église, déjà préconisé par le Concile de Latran en 1215 . Il disait donc que l’obligation de satisfaire au double précepte de la confession et de la communion débute dès l’âge où l’enfant commence suffisamment raisonner pour pouvoir « concevoir de la dévotion pour ce sacrement ». Cet âge est généralement atteint vers sept ans.
Le Pape voulait de cette manière, lutter contre les dérives héritées du jansénisme selon lesquelles l’Eucharistie était présentée comme une récompense et non un remède à la fragilité humaine.

La communion solennelle

La première communion, appelée parfois communion privée, étant avancée vers l’âge de sept ans, certains pays, spécialement la France, ont maintenu l’usage de célébrer une cérémonie festive vers douze ans. C’était la communion solennelle, où les filles étaient habillées en robe de dentelle et les garçons en costume sombre avec un ruban noué sur le bras. Placée à la fin du catéchisme, cette célébration marquait la fin de l’enfance et donnait lieu à une grande participation des familles.

La profession de foi

Dans les années 1960, à cette étape de la vie chrétienne, s’est progressivement substituée la « profession de foi », centrée non plus sur l’Eucharistie, mais sur le renouvellement des promesses de baptême. Vers douze ans, à l’aide de sa formation catéchétique, l’enfant est supposé apte à bien comprendre le sens de l’engagement baptismal pris en son nom par son parrain et sa marraine. Il lui est donc proposé de le reprendre à son compte en répondant publiquement « je crois » aux questions essentielles de la foi chrétienne.

La profession de foi, parfois appelée fête de la foi, reprend quelques-uns des signes du baptême. Les enfants portent une aube, comme le vêtement blanc du baptême, signe de pureté. Le prêtre leur confie une croix et un cierge allumé au cierge pascal. Il leur rappelle que le baptême les a incorporés au Christ, à sa mort sur la croix et à sa résurrection dans la lumière.

En mettant l’accent sur le renouvellement des promesses du baptême, la profession de foi marque une étape de la vie chrétienne, avant le sacrement de confirmation.

Pour aller plus loin

Voir ici le décret « Quam singulari » du pape Saint Pie X.