Logo diocèse de Versailles

Mgr Etienne Borderies


Evêque de Versailles durant 5 ans, d’août 1827 à août 1832.

Caractéristiques de l’épiscopat

Au cours de son bref épiscopat, Mgr Borderies s’employa à continuer l’organisation du diocèse commencée par son prédécesseur. Il transféra le grand séminaire à l’Hôtel Le Tellier, propriété de Charles X qui la lui donna. Le grand séminaire y restera jusqu’en décembre 1906. C’est aujourd’hui le lycée Jules Ferry.

Pour unifier la pratique liturgique du diocèse (« mon diocèse se compose des débris de autres, en sorte qu’on y dit sept bréviaires différents », « écrit-il en septembre 1828), il édita un bréviaire (décembre 1828), un missel, un antiphonaire, un vespéral, des livres de chants. Mgr Borderies prit pour modèles les liturgies de Paris et Soissons et chercha à se rapprocher le plus possible du rite romain « parce que cela est plus filial ». Il est l’auteur de nombreux cantiques, proses et hymnes latins (dont plusieurs strophes de l’ Adeste Fideles, pour le temps de l’Avent et de Noël). Il écrivit un catéchisme, fruit de sa longue expérience catéchétique, s’adressant à l’intelligence, à l’imagination et au coeur des enfants : « La vérité qui arrive ainsi aux enfants, disait-il, demeure dans leurs âmes, parce qu’elle s’en fait aimer ».

Il fonda la caisse de secours des prêtres âgés et infirmes.

Il travailla de toutes ses forces à combattre dans la pastorale un rigorisme excessif de type janséniste. Apôtre de la dévotion eucharistique et de la communion fréquente, il chercha à mettre en lumière dans son enseignement la personne humaine du Christ et son amour pour les hommes.

Source : Les évêques de Versailles – Dominique Grascoeur (Editions Soceval – 2002)

Autres articles sur le même sujet :