Logo diocèse de Versailles

Célébration de promulgation des décrets synodaux diocésains


Un an après la célébration d’ouverture du synode (12 septembre 2010), Mgr Aumonier invita à nouveau les baptisés des Yvelines à se rassembler pour recevoir les décrets synodaux, conclusion du synode « Un baptême à vivre ! ». Moment solennel de présentation, de prière et d’action de grâce, cette célébration conclue le synode mais ouvre de nouveaux chemins.

Samedi soir dernier, la cathédrale saint Louis de Versailles s’est habillée une dernière fois aux couleurs du synode. Un an après la célébration d’ouverture du synode (12 septembre 2010), Mgr Aumonier invita à nouveau les baptisés des Yvelines à se rassembler pour recevoir les décrets synodaux, conclusion du synode « Un baptême à vivre ! ». Moment solennel de présentation, de prière et d’action de grâce, cette célébration conclue le synode mais ouvre de nouveaux chemins.

Une action de grâce

Debout sur le parvis, l’assemblée fut accueillie au seuil de la cathédrale par une belle procession d’ouverture rassemblant Mgr Aumonier, le père Olivier Leborgne, vicaire général et secrétaire général du synode et plusieurs évêques de différents diocèses : les évêques experts présents lors de l’assemblée synodale (Mgr Wintzer, évêque auxiliaire de Poitiers, Mgr Soubrier, évêque émérite de Nantes, Mgr Boyer, official du synode) et d’autres venus rendre grâce avec notre diocèse de ce que le Seigneur a fait germer dans le travail des baptisés durant ce synode. (Mgr Sentier, Mgr Nahmias, Mgr Dubost, …).Oui, les évêques sont venus fêter le synode mais tous, baptisés en Yvelines, sont venus dans la joie de l’action de grâce de cette aventure exigeante et audacieuse du synode, et dans l’espérance et l’impatience d’y découvrir et d’y recevoir les décrets. Ainsi après avoir écouté la musique d’accueil jouée à l’orgue, Wir danken Sie Gott de Bach (nous remercions Dieu), tous se sont tournés vers l’écran géant installé pour l’occasion en haut des marches, où défilèrent des images et morceaux choisis de toute l’aventure du synode : célébration d’ouverture, équipes synodales, rédaction des propositions, constitution de l’assemblée synodale et remise du cahier des propositions, assemblée synodale, vote et prière. Relire et revoir ce qui a été vécu est une manière de se remémorer pour mieux remettre au Seigneur nos joies, nos luttes, nos déplacements, nos conversions et nos attentes et le remercier de nous avoir accompagnés durant ce synode à travers son Esprit saint. Cette action de grâce habita vraiment toute cette célébration à commencer par la lecture des Actes des Apôtres rappelant la prophétie de Joël : « Je répandrai mon Esprit sur toute créature, vos fils et vos filles deviendront prophètes, vos jeunes auront des visions, et vos anciens auront des songes… » . Un moment solennel et fort qui nous rappelle également que la Parole de Dieu est vivante et s’adresse à nous tous aujourd’hui !

Action de grâce également à travers la prière, les chants « Que ma bouche chante tes louanges » disait l’un d’eux au rythme de la batterie, des guitares, de la trompette et de la chorale, mais aussi deux signes rappelant notre baptême : le vêtement blanc et la lumière. « Revêtus du vêtement blanc, nous sommes devenus frères de Jésus, frère de tous ceux qui ont été baptisés(…) C’est Lui le Christ qui, en nous aimant jusqu’à mourir sur la Croix pour nous sauver, nous fait ce don d’amour, cette grâce d’avoir part avec Lui à l’alliance nouvelle et éternelle. Nous pouvons dire avec le bienheureux Isaïe : Que mon âme se réjouisse dans le Seigneur, car Il m’a revêtu du vêtement du salut, il m’a enveloppé d’une tunique de joie ! » Voici ce que le livret du participant à cette assemblée donnait comme mot d’accueil. Alors suivant la procession, rappelant la procession des saints avec le chant « les saints et les saintes de Dieu », tous se sont avancés dans la cathédrale, dans l’obscurité, éclairés par la seule lumière des lumignons de chacun.

Avançons au large et en profondeur

On l’a redécouvert pendant ce synode, baptisés au nom du Seigneur, nous sommes ses enfants et il connait notre prénom. Mgr Aumonier accueille l’assemblée et partage sa joie en souhaitant redire le prénom de ceux, du moins qu’il connait. Signe de cet amour unique, reconnaissant et personnel de Dieu pour chacun. Après la lecture d’un autre passage des actes des Apôtres sur la conversion des fidèles à l’écoute de l’annonce de la bonne nouvelle par les Apôtres, Mgr Aumonier nous rappelle que la grâce de l’appel à la conversion rejoint la grâce du mystère de l’Eglise corps du Christ, où chacun à notre place, il nous est donné par le Christ d’être ensemble signe de l’amour de Dieu dans notre société. Mais en pasteur de l’Eglise des Yvelines, il prévient aussi que « Ce qu’il y a de plus important et de plus beau, ce ne sont pas les initiatives que nous prenons, mais le fait que nous devons laisser tendre nos voiles à l’Esprit Saint, laisser labourer le terrain pour la semence de Dieu.C’est cela qui nous garantit que l’Eglise avancera sur le chemin de la sainteté. »

Alors avant de recevoir et d’entendre les décrets synodaux tant attendu, notre évêque nous invite à dire avec lui notre profession de foi, comme pour signifier qu’il nous faut nous reconnaitre frères et sœurs, unis dans la même foi. S’ensuit une lecture organisée des décrets suivant les six axes qu’avait donné notre évêque à l’assemblée synodale.

A chaque décret, un groupe de douze baptisés représentant notre église diocésaine s’avance au rythme d’un air de violon et d’orgue, ou de la chorale, accompagné parfois de danses interprétées par un groupe de jeunes de Trappes. Des hommes, des femmes, des jeunes, des anciens, des malades, des migrants… Ils sont 72 appelés, comme les disciples, à recevoir des mains des vicaires épiscopaux le carnet des décrets, entourant l’autel, et envoyés ensuite dans l’assemblée pour distribuer les décrets. Le mouvement a été bien répété pour signifier que ces décrets, nous les recevons à l’autel du Christ, qu’il ne s’agit pas simplement de la conclusion d’un bon travail ou d’une bonne dissertation. Notre évêque le rappelle « l’assemblée synodale fut toujours un travail en deux temps : travail et prière. Demandons au Seigneur de raviver la communion fraternelle de notre Eglise diocésaine. Que le Christ nous entraine dans sa charité. Laissons-Le nous regarder, laissons-Le nous envoyer en mission. Le Fils nous fait cette confiance inouïe de participer à sa mission ».

Le dernier temps fort de cette célébration fut ainsi un temps d’adoration devant le saint sacrement dans le silence, puis accompagné d’un chant grégorien. Se confiant enfin à la Vierge, puisque notre diocèse a été consacré à Marie en 1860, tous chantent le magnificat, avant d’entendre la dernière exhortation de Mgr Aumonier. « L’intensité de la vie fraternelle s’est manifestée durant ce synode. Elle vient de loin, elle vient de Dieu. Recevant ces décrets, on peut penser et dire ce qu’on veut, ce qu’il faut bien garder en tète c’est que c’est le Seigneur qui nous pousse en avant et bien plus qu’on ne l’imagine ! Il veut avoir besoin de nos pauvretés. Alors, soyons, sans inquiétude, sans énervement, tout se fera peu à peu ». Ainsi, Mgr Aumonier annonce à l’assemblée qu’il y aura chaque année un point fait sur l’avancement de la mise en place des décisions et pour ce faire, il nomme une responsable chargée de s’assurer du bon suivi de chaque décision. Il conclut enfin « Avançon au large et en profondeur, c’est ce que le Seigneur nous donne et ce qu’il nous demande ! »

Cette célébration s’achève alors par un grand feu festif sur le parvis de la cathédrale, au son de rythmes pop louange, agrémenté d’un buffet amical. La soirée pliante, sereine, confiante se termine ainsi dans l’esprit qui a parcouru cette année synodale : une amitié fraternelle, une conscience de vivre et d’appartenir à un peuple de baptisés en marche à l’écoute de son Seigneur, signe actif et réactif de son amour dans le onde, prêt aux audaces que l’Esprit Saint saura lui insuffler.