Logo diocèse de Versailles

L’adoration eucharistique


Lors de sa visite pastorale dans le doyenné de Versailles Nord, Mgr Aumonier est revenu sur le sens de l’adoration eucharistique au cours d’une soirée à Sainte-Jeanne-d’Arc de Versailles.

Réflexion autour du sens de l'adoration eucharistiqueLes trois paroisses de Bougival, Louveciennes et Sainte-Jeanne-d’Arc à Versailles se sont réunies dans la crypte de Jeanne-d’Arc, jeudi dernier, pour rencontrer Mgr Aumonier. L’évêque est intervenu sur l’eucharistie et l’adoration. Un thème cher à ces trois paroisses qui ont développé depuis longtemps l’adoration eucharistique.

L’idée d’une adoration eucharistique a été lancée en 1996, autour du premier vendredi du mois. Puis élargie l’année suivante. Aujourd’hui Sainte Jeanne-d’Arc propose une adoration temporaire presque toute l’année, hors vacances scolaires. Et cette chaîne de prière dépasse largement le territoire de la paroisse.

A Louveciennes la chaîne d’adoration a démarré il y a presque 5 ans maintenant, autour d’une réflexion sur la prière. Les paroissiens ont fait appel aux Missionnaires de la Très Sainte Eucharistie pour les former à l’adoration. De même que les fidèles de Bougival, qui la pratiquent depuis 1992.

Une expérience de la miséricorde de Dieu

Une paroissienne a lu le témoignage de Pascale, une jeune femme atteinte d’un cancer et portée dans la prière jusqu’à son décès. Et son propre témoignage de mère soutenue par le prière de la communauté. « A travers le parrainage, nous faisons vraiment l’expérience de la miséricorde ».

Après cet exposé de la situation dans les paroisses, Monseigneur Aumonier est intervenu pour donner quelques recommandations sur l’eucharistie et l’adoration. « Cette pratique s’est développée et j’en suis ravi » a souligné l’évêque, « mais il convient de bien situer cette adoration au coeur d’une vie eucharistique équilibrée ».

Dieu se révèle comme le seul digne de notre adoration.

“L’adoration c’est accepter de recevoir du Seigneur Dieu les règles de l’alliance et d’y répondre en vérité”.

Monseigneur Aumonier souligne que « l’adoration est en elle-même une grâce », car « l’homme est créé pour louer ». Dans l’eucharistie « il nous est donné de communier à la charité du Seigneur ». L’évêque a rappelé le lien « étroit et indissociable entre la mission et l’adoration ». Enfin l’adoration est un acte de foi. Monseigneur Aumonier a précisé que « l’eucharistie est inséparable en la foi en la résurrection ».

« L’adoration est un acte de foi » qui mène à la charité

Dans une deuxième partie, l’évêque de Versailles a souligné les aspects concrets de l’adoration. « C’est le Christ qui nous donne d’habiter en lui et de venir le prier ». « L’adoration », explique l’évêque, « nous montre en Jésus celui qui est l’alliance définitive ». Que ce soit dans « la visite au Saint Sacrement » de celui qui entre quelques minutes dans une église, ou bien l’adoration devant le Saint Sacrement exposé, « un chrétien doit pouvoir adorer Dieu partout ». Tant « l’adoration fait partie de la vie ». Ce qui compte ce n’est pas le temps passé, mais bien l’intensité et la ferveur de la rencontre avec le Seigneur.

Enfin, Mgr Aumonier a tenu à rappeler que l’adoration perpétuelle est généralement confiée « à une communauté religieuse par l’évêque du lieu, sinon c’est une adoration permanente ». L’adoration nécessite de veiller à ce que le culte rendu au Saint Sacrement soit en lien avec l’église, ouvert à tous, intégré dans un ensemble rituel avec un commencement et une fin, une lecture de la parole, des chants et le silence du recueillement.

« Enfin dernier point important, ne pas utiliser une pratique liturgique à autre chose qu’à sa fin propre, et celle-ci tout particulièrement. Ne pas l’utiliser pour autre chose que pour l’adoration ».

Crypte de Ste Jeanne d'Arc de VersaillesLes personnes présentes ont ensuite posé quelques questions à leur évêque, notamment sur leur expérience de l’adoration. Mgr Aumonier, de son côté, a souhaité que des temps d’adoration puissent être mis en place dans de nombreuses paroisses du diocèse.

Isabelle Karol