Logo diocèse de Versailles
Soirée de réconciliation

Célébration de la réconciliation


Chaque année, au moment du carême, une célébration pénitentielle à Saint Germain réunit les jeunes lycéens, notamment les près de 200 jeunes qui se préparent à recevoir le sacrement de la confirmation. Après une lecture de Luc 15, 11-24, Le fils prodigue, le Père Nicolas Lelégard rappelle la joie du Père retrouvant son fils « Amenez le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé. ».

« Dieu est riche en miséricorde » (Eph 2,5)

Autour de tous les prêtres du doyenné et de l’évêque, soutenus par la musique et les chants des jeunes de l’aumônerie, tous ces jeunes mais aussi tous les baptisés, sans restriction d’âge ont pu recevoir le sacrement de réconciliation pour se mettre en paix en ce temps de carême dans une célébration qui se déroulait tout au long de l’après-midi et se terminait par la messe de 18h 30, messe des jeunes.

« Célébrer le sacrement de la Réconciliation signifie être enveloppé dans une étreinte chaleureuse : c’est l’étreinte de l’infinie miséricorde du Père ». (Pape François).

Le sacrement de Réconciliation est un acte qui sauve le monde, et qui rejaillit sur toute l’humanité, en bienfait, en amour, en paix et en joie ! Ne nous en privons pas !Sacrement de reconciliation

La lumière de l’Espérance et de la Foi

Apres avoir reçu le sacrement, tous étaient invité à déposer une lumière au pied du tableau de Rembrandt, Le fils prodigue, et à se recueillir, enveloppé dans l’étreinte d’amour et de miséricorde du Père.

Nous attendons dans la joie le début d’une Année Sainte de la Miséricorde annoncé ce vendredi 13 mars par le pape François. Elle commencera le 8 décembre 2015, solennité de l’Immaculée Conception, et s’achèvera le 20 novembre 2016, en la fête du Christ Roi.

C’est l’Eglise dans son entier qui est appelée à la miséricorde : « toute l’Eglise, qui a besoin de recevoir la miséricorde, parce que nous sommes pécheurs, pourra trouver dans ce jubilé la joie de retrouver et de rendre féconde la miséricorde de Dieu avec laquelle nous sommes tous appelés à donner la consolation à chaque homme et à chaque femme de notre temps. ».

Véronique Bonamy

Autres articles sur le même sujet :