Logo diocèse de Versailles

Soeur Marie Réginald – – “Voir le Christ pour le faire voir, l’aimer pour le faire aimer”


Agréablement surprise par cette année de la Vie Consacrée, Sœur Marie Réginald témoigne de son appel, de sa vocation et de sa Congrégation, les Sœurs Apostoliques de Saint-Jean à Versailles.

Soeur Marie Reginald« Est-ce que tu es prête à tout me donner ? »  

Une question et des doutes. Jusqu’à ce dimanche de la Pentecôte, où elle entendit de manière très concrète l’appel du Seigneur, Sœur Marie Réginald n’avait jamais pensé à la vie religieuse. « Pour moi, c’était une séduction passagère, un coup de foudre, rien d’autre. Je n’avais qu’une seule certitude : le mariage » précise-t-elle. Les années passèrent et cette même question retentissait toujours en elle. « A la fin de la terminale, j’ai compris que mon cœur ne serait comblé que si je répondais à cet appel. J’ai fait l’expérience de Dieu mendiant d’une réponse et de mon amour.. Et je suis rentrée dans la Congrégation ».

« Une joie au quotidien »  

Recherche de vérité philosophique et théologique, primat de l’adoration et vie apostolique.  Sœur Marie Réginald ne cache pas sa joie de vivre en communauté. Chargé de l’animation spirituelle de la Maison de Retraite des Augustines et fort de cinq nationalités, le prieuré de Versailles rassemble dix sœurs. « C’est une vie familiale. La force qu’il y a dans une vie communautaire ce sont les moments de prières communes. Le Seigneur nous attend là mais aussi dans le quotidien auprès de nos sœurs » confie-t-elle. De son noviciat à ses années missionnaires, ce sont particulièrement celles passées en Afrique qui l’ont marquée. Envoyée auprès des jeunes collégiens et lycéens du Togo pendant sept ans, Sœur Marie Réginald décroche un large sourire à l’évocation de cette expérience. « J’ai le souvenir de cet enfant orphelin errant sur les plages. On le croisait régulièrement et nous abordait facilement, il avait tout simplement besoin d’une présence aimante. Et voir les yeux de cet enfant pétiller parce qu’il était heureux de ces simples moments passés ensemble, était merveilleux. En tant que consacrée, on reçoit toujours plus que ce que l’on donne ».

Autres articles sur le même sujet :