Logo diocèse de Versailles

Viroflay chemin de croix


Chemin de croix de Notre Dame du Chêne à Viroflay, chemin pascal à Chaville.

Dans les années 60, l’augmentation de la population à Viroflay amène à la construction d’une nouvelle église, Notre Dame du Chêne. Habitante de cette ville et membre de la communauté paroissiale, Danièle Fuchs, artiste peintre, propose d’y réaliser un chemin de croix qui sera inauguré en 1968 : « J’avais fait des études de graveur et j’ai toujours eu envie de créer une œuvre en cuivre pour une église et particulièrement un chemin de croix. ». Danièle Fuchs précise qu’elle a délibérément choisi la figuration en vue d’une catéchèse, d’une méditation sur l’Évangile.

Dix ans plus tard, elle réalise pour l’église Sainte Bernadette de Chaville un chemin pascal véritable bande dessinée formée de grandes plaques de cuivre gravées, découpées et fixées sur des panneaux de chêne. Il se déroule tout autour de l’église sur environ 25 m. On peut parler ici de chemin pascal plutôt que de chemin de croix parce que la première plaque représente la Cène et la dernière, la rencontre avec les pèlerins d’Emmaüs, après la Résurrection. Là aussi cette réalisation est le fruit d’un travail de méditation avec le Père Caye, alors curé de Chaville et dans cet espace plus vaste, Danièle Fuchs a pu déployer plus largement son inspiration et son goût pour le monumental. viroflay-eglndchene-chutetfp.jpg.thumbnail

fuchs_chcroixstation-tfp.jpg.thumbnailA Viroflay, chaque station est composée comme un tableau adapté au sujet, visage du Christ au premier plan et silhouettes des disciples dans le jardin des oliviers, affrontement de deux personnages pour le face à face avec Pilate, avec la foule à l’arrière-plan, organisation plus sobre et géométrique pour la chute du Christ et la mise au tombeau.

A Chaville, la forme des plaques et leur disposition renforcent l’aspect narratif du sujet dont les épisodes se succèdent deux par deux en suivant les récits des évangiles, par exemple, scène de dérision, flagellation et couronnement d’épines avec les soldats suivie par celle de l’ecce homo – « voici l’homme » – avec Pilate.

chaville-cheminpascaldouble-tfp.jpg.img_assist_custom-197x65
L’inspiration artistique est une réponse à l’émotion qui la saisit devant un paysage, un visage, des attitudes nourries de méditation et de prière. Outre les deux œuvres dont nous avons parlé, elle a aussi réalisé l’illustration de la Passion selon Saint Luc et quatre vitraux pour l’église Saint Eustache de Viroflay.

Suzanne Orain