Logo diocèse de Versailles

Pères et maires


Mgr Aumonier a effectué cette semaine sa dernière visite pastorale dans le doyenné de Mantes, achevant son cycle de rencontres des paroissiens de son diocèse par doyenné. Retour sur la journée de mardi avec les maires et les acteurs pastoraux.

Mgr Aumonier en visite pastorale à Mantes

Pères et maires

Pour cette visite pastorale, l’évêque a pris le temps de rencontrer quelques maires des communes rurales du doyenné de Mantes, pour un temps de partage et d’écoute.

Le père Amar, présent à cette rencontre, souligne combien les prêtres et les responsables politiques sont au service des même gens dans les villages du diocèse. Les maires attendent de la paroisse qu’elle les aide à “créer du lien”, à porter “attention à son voisin”.

Les élus et Mgr Aumonier ont aussi évoqué l’écologie et les questions liées au cadre de vie des habitants, au patrimoine et à la ruralité. Les maires présents ont rappelé « combien la voix des cloches était importante » pour leurs administrés. Tout en se demandant jusqu’où chauffer des églises où il ne se passe rien ? L’occasion de redire combien les chrétiens sont attendus et ont un rôle à jouer dans leurs villages, comme acteurs du territoire mais aussi comme croyants.

 

DSC_0059Avec les acteurs de la pastorale

Mardi soir, les acteurs de la pastorale du doyenné de Mantes se sont réunis pour leur rencontre bisannuelle, en présence de Mgr Aumonier. Les nombreux participants ont réfléchi sur la question de « l’évangélisation” et de son rapport avec la « piété populaire », après avoir partagé un repas convivial.

Les échanges, riches et animés, ont permis de faire remonter quelques pistes de réflexion, qui ont ensuite été complétées jeudi lors d’une rencontre avec les amis de la collégiale de Mantes-la-Jolie.

La piété populaire interpelle les prêtres et les personnes chargées de l’accueil dans les églises. Elle s’exprime en dehors de la prière ou des sacrements, par des gestes, des fleurs, des bougies. Elle passe aussi par les pèlerinages et les médailles ou autres objets bénis, l’eau bénite ou encore par la vénération des saints ou des reliques.

Pour le père Amar, animateur de cette soirée « il y a des questions derrière tout cela » qui demandent réflexion. Et pour y réfléchir, il a invité les participants à lire le « Directoire sur la piété populaire et la liturgie », ouvrage de référence sur cette question, visé par Saint Jean-Paul II, pape polonais issu d’une nation où la piété populaire est très forte.

DSC_0070Le temps de partage en petit groupe a fait ressortir l’importance de la piété populaire, aujourd’hui. Les échanges ont aussi fait apparaître l’importance de la formation des personnes chargées de l’accueil des pèlerins ou des visiteurs, dans les églises notamment. Certaines demandes, comme les questions liées au spiritisme ou ceux qui souhaitent voir un exorciste, requièrent un certain discernement. L’Église invite aussi ses fidèles à participer régulièrement aux sacrements, à développer leur vie de prière et à s’ouvrir à la charité, au delà de la piété populaire.

 

Des pèlerinages et une piété en forte expansion

Monseigneur Aumonier est aussi revenu sur le développement des pèlerinages à travers l’exemple du pèlerinage du 15 août à Notre-Dame de la Mer. Touché par ces personnes qui viennent de tout le diocèse, de plus en plus nombreuses, l’évêque a redit combien « la piété populaire n’est pas une piété secondaire ». Ajoutant qu’il est nécessaire « d’évangéliser la piété populaire » pour que celle-ci trouve sa source dans l’évangile.

Il ressort des groupes de parole que la piété populaire est respectable et belle, quand elle s’appuie sur des fondements théologiques de la foi, comme la piété mariale à Lourdes ou l’utilisation de l’eau du Jourdain pour baptiser.

On a besoin de choses concrètes pour animer la foi

I.Karol