Logo diocèse de Versailles

Le Pape à l’écoute des jeunes des Yvelines


A 15 mois de l’ouverture du ‘Synode sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel’, le pape se met à l’écoute des jeunes du monde entier en les invitant à répondre d’ici la fin du printemps à une grande enquête.

Lors des JMJ de Cracovie l’été dernier, le pape François avait interpellé les jeunes en leur demandant en termes imagés de ʺsortir de leurs canapésʺ, de ʺchausser les cramponsʺ et d’être les protagonistes de l’Histoire en témoignant de leur espérance et de leur foi. Mais le désir du pape d’être au contact des jeunes ne s’est pas éteint après avoir quitté Cracovie. Peu après, il annonçait son intention de convoquer en octobre 2018 à Rome un synode des évêques ʺsur les jeunes, la foi et le discernement vocationnelʺ.
En prélude à cette rencontre importante, le pape a publié un document préparatoire faisant un premier état des lieux et proposant des pistes de réflexion autour de certaines priorités. Ce document a été accompagné d’une lettre aux jeunes et d’un questionnaire détaillé comprenant des questions spécifiques par continent.

 

Un ‘timing’ très serré

Pour permettre aux participants au synode d’analyser et prendre en compte les résultats de cette grande enquête dans leurs réflexions et leurs travaux, un calendrier serré a été fixé. C’est ainsi que tous les diocèses de France devront avoir remis les fruits du questionnaire avant la mi-juillet à la Conférence des Evêques de France qui en fera une synthèse nationale envoyée ensuite à Rome.

Pour respecter cette date butoir, il n’y avait donc pas un instant à perdre. Toutes les instances diocésaines en contact avec les jeunes de 16-29 ans se sont mises au travail pour les mobiliser et s’assurer que leur parole serait entendue : aumôneries de lycée, enseignement catholique, ou pastorale des jeunes (couvre des groupes aussi divers que le scoutisme, les foyers étudiants, la JOC, le MEJ, les jeunes professionnels, les groupes paroissiaux de prière, les mouvements musicaux ou artistiques, etc.).

De même, le pôle ‘Jeunes adultes’ (qui comprend la Pastorale des Jeunes, le Service des vocations, le séminaire de Chatou, la Maison Saint Jean Baptiste à Versailles et la FACEL Yvelines) a été impliqué. Pour faciliter le travail de ces divers mouvements et instances au calendrier très serré en fin d’année scolaire, le Service de la Pastorale des Jeunes a préparé une rencontre type ‘clefs en mains’ que les divers mouvements n’auront qu’à intégrer dans l’agenda des prochaines réunions.

 

Des questions propres à chaque continent

Le questionnaire élaboré par le Vatican doit servir à la rédaction du Document de travail qui sera publié à l’ouverture du synode l’an prochain et sera le document de référence pour les travaux des Pères synodaux. Afin de tenir compte des particularités régionales, trois questions spécifiques ont été insérées pour chaque continent. Les questions se réfèrent aussi bien aux jeunes qui fréquentent les milieux d’Eglise que ceux qui en sont éloignés ou étrangers.

 

Invitation à se mettre en route

Comme le souligne Capucine Mandon, coordinatrice de la Pastorale des jeunes pour le diocèse, dans un contexte de société qui fragilise la notion d’engagement et qui privilégie l’immédiateté, la démarche proposée par le pape donne l’occasion aux jeunes de se mettre en route et réfléchir à ce qui donne vraiment sens à leur avenir : « Le chemin que chacun est appelé à suivre dans sa vie, c’est fondamental. Il est important que les jeunes puissent faire ce discernement vocationnel en réalisant la grande diversité de la vie des baptisés dans le monde d’aujourd’hui », rappelle la coordinatrice de la Pastorale des jeunes.

Pour elle, ce synode et le questionnaire qui le précède sont bien le signe de l’attention que l’Eglise prête aux jeunes aujourd’hui et mettent en évidence la confiance que le pape François leur accorde. Ainsi le pape a invité tous les chrétiens à prier ce mois-ci pour les jeunes « afin qu’ils sachent répondre généreusement à leur vocation, en envisageant aussi la possibilité de se consacrer au Seigneur dans le sacerdoce ou la vie consacrée ».

La démarche est d’autant plus importante pour les jeunes d’Europe que les prochaines JMJ auront lieu à Panama en janvier 2019 et qu’il sera difficile pour nombre d’entre eux d’y participer. Au moins, leur voix aura été entendue par les Pères du synode.

François Blanty