Logo diocèse de Versailles

Boite à outils : l’accompagnement de la personne en souffrance


Comment parvenir à un vrai service auprès des personnes en souffrance dans nos paroisses ? La paroisse Sainte Jeanne d’Arc l’expérimente depuis 6 ans avec succès.

Très souvent l’irruption de la maladie, de la souffrance dans nos vies a pour conséquence malheureuse une coupure plus ou moins grande avec la communauté paroissiale. C’est ce dont Roselyne de Lastic, paroissienne à Sainte Jeanne-d’Arc à Versailles fit l’expérience il y a quelques années. Cette ignorance involontaire des membres les plus faibles de nos communautés fut pour elle un électrochoc. En quelques mois, avec le soutien de l’Équipe d’Animation Paroissiale (EAP) et du Curé, le père Péteul, une équipe a été mise en place et un projet monté : l’APS

 

Le projet

Que signifie « APS » ? Au choix, « Accompagnement de la Personne en Souffrance », ou « Aimer son prochain comme soi-même ». C’est surtout un dispositif très précieux. Grâce à lui, les personnes qui traversent l’épreuve de la maladie, du handicap, de la vieillesse ou du chômage et qui de ce fait se sentent très isolés, sont prises en charge.

Elles peuvent bénéficier d’une bibliothèque tournante, d’un service de dépannage, de cadeaux de Noël, d’accès à des « ateliers mémoire » et le plus important : de l’accès aux sacrements. Désormais, ce sont plus de 100 bénévoles qui vont les visiter, l’APS devenant ainsi un pôle d’attraction majeure de la paroisse.

 

Accompagnement de la Personne en Souffrance : comment le mettre en place ?

Roselyne de Lastic est partie du constat qu’une personne en souffrance ne fera pas naturellement la démarche d’appeler à l’aide, il faut aller les chercher. Aussi, l’APS s’est mis en place d’abord grâce à un réseau de relations tissées dans la paroisse. Les personnes en souffrance ont été repérées et les bénévoles sont venues frapper à la porte grâce au bouche à oreille.

Ensuite, les choses ont été formalisées. L’intuition a été portée au curé de la paroisse, le conseil pastoral s’est réuni, un projet construit présentée, ce qui a débouché sur des actions concrètes avec un relais dans le site internet de la paroisse et dans les dominicales …

Aujourd’hui, l’Accompagnement de la Personne en Souffrance fonctionne très bien. Trois pôles le constituent  : apporter la communion au malade  – visites auprès des malades – prière pour accompagner une personne dans l’épreuve. Par ailleurs, un bureau se réuni plusieurs fois par an, un temps fort chez les petites sœurs des pauvres a lieu chaque année et enfin, des formations par le diocèse sont proposées sur des sujets comme :  porter la communion, faire une visite …

 

accompagnement de la personne en souffrancePour aller plus loin.

Roselyne de Lastic est l’auteur d’un ouvrage « Osons parler de la souffrance et de la mort » où elle approfondit et résume son expérience de l’APS. C’est un petit « guide pratique » à destination de tous, clercs et laïcs, qui souhaitent approfondir la question théorique et pratique, de l’accompagnement de la personne en souffrance en paroisse. Pour en savoir plus, il est possible de la contacter aps@jeannedarc-versailles.com

Un livre à mettre dans toutes les églises …

GM