Logo diocèse de Versailles

Saint Paul l’apôtre de la transmission


Création d’une nouvelle statue à Versailles villa Saint Paul dans le lycée ND du Grandchamp. Un modèle offert aux éducateurs d’aujourd’hui

Parole au chef d’établissement

Quand Emmanuel Vandroux évoque la toute nouvelle statue de saint Paul destinée à la villa Saint-Paul située dans l’enceinte du lycée Nd du Grandchamp, le ton de la voix se fait passionné et l’oeil s’allume : « Dans ce lieu dédié à l’éducation, Saint Paul est bien l’apôtre de la transmission. » Transmission de la foi car la statue semble nous dire la force et la puissance de la parole de Dieu. Transmission du savoir avec la présence du livre ouvert sur le monde et sur la connaissance. Le chef d’établissement insiste sur le visage du saint empreint de douceur et de bonté qui nous révèle une personnalité qui « relève » et la bienveillance exigeante de celui qui croit toujours possible la progression de chacun. Quel plus beau modèle offert aux éducateurs aujourd’hui ?

Parole à l’oeuvre d’art

Technique

La statue a été réalisée en bronze avec la technique de « la cire perdue ».
L’artiste, Françoise Bissara-Fréreau [1], peintre et sculpteur, construit une ossature en métal. Elle donne forme à la sculpture par une « chair » préparée avec des pans de tissus et papiers encollés. Une fois sec, ce support sera revêtu de cire gravée, sauf le visage et les mains qu’elle modèle.
Après validation par le commanditaire, le travail est livré au fondeur d’art. Celui-ci crée par reproduction de l’original un jeu de moules en matériau réfractaire entre lesquels il coulera le bronze. A l’issue de cette étape, l’artiste participe sur place avec l’équipe de fondeurs à la ciselure puis à la patine.

 

Une statue en mouvement

L’artiste, interrogée sur ce travail, témoigne de son attachement aux épîtres de Paul : « Saint Paul compte beaucoup pour moi, ses écrits me nourrissent, sa foi au Christ me donne une énergie et m’entraîne dans l’acte habité par la Parole. Je devais donc le représenter en mouvement. »
Il s’agit de transmettre plastiquement, par le mouvement des vêtements en diagonale, la puissance de la Parole qui pousse Paul en avant et qui rythme son pas :
« Car le Royaume de Dieu ne consiste pas en parole mais dans la capacité d’agir »[2]

Paul fait sienne la parole de Pierre et nous invite à avancer : « Au nom de Jésus Christ le Nazaréen, lève-toi et marche »[3] ainsi qu’il est gravé sur le livre que Paul porte ouvert sur la poitrine pour la donner au monde. Livre sur lequel apparaît l’Esprit sous forme d’une colombe, comme une invitation « Puisque l’Esprit nous fait vivre, marchons sous la conduite de l’Esprit. »[4]

 

Revêtu de la Parole de Dieu

Paul est revêtu des paroles du Livre sacré, thème cher à l’artiste : celles-ci habillent la sculpture. Il est serviteur, il est prêt. Sans hésitation il se met en marche ; il a été personnellement choisi pour annoncer la Bonne Nouvelle. »
Saint Paul le dit lui-même : « PAUL, SERVITEUR du Christ Jésus, appelé à être Apôtre, mis à part pour l’Évangile de Dieu, à tous les bien-aimés de Dieu qui sont à Rome. »[5]

L’artiste explique : « Il faut une écoute très profonde de la Parole. Je cherche l’immobilité intérieure en Christ et suis le fil extérieur qui en découle et m’emmène pas à pas. »

Revêtu de la Parole, saint Paul a revêtu le Christ, et l’empreinte du nom du Christ est sur son manteau : « C’est Dieu qui nous a faits, il nous a créés dans le Christ Jésus, en vue de la réalisation d’oeuvres bonnes qu’il a préparées d’avance pour que nous les pratiquions. »[6]
Sur le manteau, on peut aussi lire : « La nuit est avancée, le jour est proche. Rejetons donc les oeuvres des ténèbres et revêtons les armes de lumière. Marchons droit comme on marche en plein jour. »[7]
La patine un peu dorée tout en nuance du vêtement souligne que la Parole est Lumière.

 

Apôtre de la bonté et de la joie

Physiquement, on reconnaît Paul à sa calvitie [8], il a ici un visage doux et souriant, un visage qui exprime la bonté, il enseigne en frère qui aime : « Que préférez-vous : que je vienne chez vous muni d’un bâton, ou avec amour et en esprit de douceur ? »[9]
Discrètement est aussi représentée l’épée, en souvenir du martyre de Paul, décapité à Rome sous l’empereur Néron. Martyre que saint Paul avait envisagé : « Et si je dois verser mon sang pour l’ajouter au sacrifice que vous offrez à Dieu par votre foi, je m’en réjouis et je partage votre joie à tous. »[10]
Saint Paul est en effet un apôtre de la joie : « Et vous, de même, réjouissez-vous et partagez ma joie. »[11] ainsi que « Soyez toujours dans la joie, priez sans relâche, rendez grâce en toute circonstance : c’est la volonté de Dieu à votre égard dans le Christ Jésus. »[12]

Mais l’artiste a souhaité ici faire encore un lien avec la Parole de Dieu, comparée dans l’Écriture à un glaive tranchant, en effet dans l’épître aux Éphésiens, il l’appelle « glaive de l’Esprit » et on peut lire dans l’épître aux Hébreux : « la parole de Dieu est vivante efficace. Elle est plus tranchante qu’aucune épée à deux tranchants »[13]

Cette oeuvre continue d’inspirer Françoise Bissara-Fréreau, car tout artiste, traversé par cette Parole qui le pétrit lui-même demeure in fine instruit par l’oeuvre qui le dépasse…elle témoigne de sa joie d’avoir travaillé pour tous les jeunes du lycée qui pourront découvrir en saint Paul un apôtre infatigable ainsi que nous l’a rappelé Benoît XVI :

« L’apôtre Paul, figure extraordinaire et presque inimitable, mais pourtant stimulante, se présente à nous comme un exemple de dévouement total au Seigneur et à son Eglise, ainsi que de grande ouverture à l’humanité et à ses cultures. (…)
Saint Paul était « dans une attitude de service complet, déclarant admirablement : “Il ne s’agit pas d’exercer un pouvoir sur votre foi, mais de collaborer à votre joie” (2 Co 1, 24). Telle demeure la mission de tous les apôtres du Christ à toutes les époques : être les collaborateurs de la joie véritable. »[14]

 

1 Dans notre diocèse, une de ses œuvres est visible en façade de l’église Saint Pierre-saint Paul de la Celle-Saint-Cloud (« La Rencontre », bronze, 140 x 160 cm, 2002)
2 1 Co 4, traduction liturgique
3 Ac 3, 6
4 Ga 5, 25
5 Rom 1, 1

6 Ep 2, 10
7 Rom 13, 12-13
8 La physionomie de Paul est fixée depuis le Ve siècle suivant la description d’Eusèbe de Césarée (IIIe-IVe siècle). Les Saints, repères iconographiques, Rosa Giorni, Hazan
9 1 Co 4, 21
10 Ph 2, 17
11 Ph 2, 18
12 1 Th 5, 16-18
13 He 4, 12

14 Benoît XVI, audience générale 10 septembre 2008