Logo diocèse de Versailles

L’accueil de réfugiés sur le secteur de Montfort-l’Amaury


Le 14 janvier 2018 c’est la 104ème Journée mondiale du migrant et du réfugié. Actuellement, 60% des paroisses du diocèse de Versailles sont impliquées dans l’accueil d’environ 200 personnes. Derrière ces chiffres, de vrais parcours de vie, édifiants… le magazine AGORA du groupement paroissial de Montfort-l’Amaury présente deux familles accueillies par la paroisse et l’association D’une rive à l’autre :

« Manar, Antoine et leur fille Léonore viennent de Homs (Syrie). Notre paroisse s’est fortement mobilisée (plus de quatre-vingt bénévoles ou donateurs) pour les accueillir fin 2016. Ces Chrétiens d’Orient ont d’abord résidé au Tremblay. Depuis la rentrée, ils vivent à la Queue.

Ils ne parlaient quasiment pas français en arrivant. Grâce à des bénévoles, ils ont atteint le niveau A2 (utilisateur débutant de la langue française). En septembre, Léonore est entrée en CP, et elle y est tout à fait au niveau.

Manar a donné le jour à un petit Lionel le 10 octobre. Antoine suit les cours du GRETA  afin d’obtenir le niveau B2 (utilisateur indépendant) qui lui permettra d’intégrer une formation d’assistant dentaire en alternance. Au terme de ce parcours, il sera en mesure de devenir salarié à part entière et d’assurer l’indépendance de sa famille en France.

 

Toujours en collaboration avec la paroisse, l’association D’une rive à l’autre accueille depuis début septembre une deuxième famille, catholique chaldéenne, de Mossoul (Irak). La famille Shamoon regroupe trois générations : les parents (fonctionnaire et profes­seur d’art) ; un fils, informaticien, et son épouse, diplômée en microbiologie, et leur petit David ; trois filles (diplômée de sciences-éco, lycéenne et collégienne).

Ils ont subi en Irak de graves persécutions depuis 2003 et ont fui en août 2014 vers le Kurdistan. Ils y ont vécu pendant trois ans dans des conditions très précaires. La destruction de leur village, les menaces directes sur leur vie et la totale incapacité de l’État irakien à assurer leur sécurité les ont amenés à demander à la France l’asile définitif. D’une Rive à l’Autre était en relation depuis un an avec cette famille, grâce à quoi le Consulat de France leur a donné accès à notre territoire. »

M. Lecureur et Th. Dolidon pour AGORA n°52,
magazine trimestriel du secteur paroissial de Montfort-l’Amaury,
Thoiry, Garencières, La Queue-lez-Yvelines, Saint-Léger

Pendant trois ans, D’une rive à l’autre s’emploiera, toujours en lien avec la paroisse et son nouveau curé, le p. Olivier Turroques, à intégrer chaque famille, jusqu’à l’autonomie.

Tout quitter pour refaire sa vie dans un nouveau pays, au milieu d’une communauté si accueillante qu’elle soit, n’est pas toujours évident. Un déjeuner est organisé prochainement pour faire se rencontrer ces deux familles avec deux autres accueillies par la communauté chrétienne de Rambouillet. L’objectif est de créer un noyau local d’amitié. Outre leurs origines, les familles partagent au moins un point commun quotidien : la classe allophone d’un des collèges de Rambouillet !

 

Plus d’informations et contact

.