Logo diocèse de Versailles

Etre catéchiste, quel bonheur !


La pause estivale pointe son nez : c’est l’occasion de réfléchir à l’appel que feront sans nul doute dès septembre tous les curés de notre diocèse : on a besoin de nouveaux catéchistes pour les CE2, CM1 et CM2 ! Et si cet appel nous était destiné ? Le temps des vacances est un moment idéal pour discerner les engagements que nous prendrons l’an prochain.

Les nouveaux catéchistes sont souvent des parents qui vont profiter de l’inscription d’un de leurs enfants au caté pour faire un bout de chemin de foi en leur compagnie et être en phase avec leurs interrogations sur le monde d’aujourd’hui. Mais les animateurs de caté peuvent aussi compter sur des paroissiens, jeunes ou moins jeunes, simplement désireux de répondre à l’appel du pape et devenir à leur tour ‘missionnaire’ au sein d’une équipe enthousiaste sans avoir à partir à l’autre bout du monde !

Une mission vécue en équipe

Certaines paroisses comptent une petite dizaine de catéchistes mais pour d’autres, le groupe peut atteindre la cinquantaine. Pour les équipes de caté, pas question de travailler chacun dans son coin et se retrouver seul avec un groupe d’enfants plus ou moins agités. Le responsable local de la catéchèse réunit les catéchistes tous les deux ou trois mois, pour faire le point sur ce qui se vit dans les différents groupes, pour partager les expériences vécues, aborder les difficultés du moment.

C’est aussi l’occasion pour le prêtre responsable de la catéchèse de proposer un enseignement sur tel ou tel point du parcours choisi par la paroisse. Parfois, des formations appropriées sont offertes aux catéchistes et viennent en complément de la journée Emmaüs organisée par le diocèse à l’intention de toutes les personnes engagées en catéchèse.

« Ces rencontres et autres temps forts contribuent à nous souder et faire de notre équipe un groupe solidaire, fraternel et on est tous heureux de se retrouver régulièrement pour nous enrichir mutuellement de ce que nous vivons », souligne Nathalie Bourgeois, responsable du catéchisme à Montesson. « Cette équipe est tellement soudée », poursuit-elle, « que nombre de ses membres continuent l’aventure du caté, même quand leurs enfants ont grandi et sont passés à l’aumônerie ! »     

Un échange de cadeaux

Les catéchistes sont unanimes à reconnaître que le temps investi dans les séances de caté, leur préparation et leur relecture (de l’ordre de deux heures par semaine, parfois moins quand les catéchistes préfèrent travailler en binôme) est largement récompensé par tout ce qu’ils reçoivent et qui enrichit leur vie de foi.  « Les enfants nous apportent énormément », reconnaît Nathalie Bourgeois. « Il y a bien sûr leur joie rayonnante mais aussi leurs réponses pleines de fraîcheur et de spontanéité qui apportent un éclairage nouveau à nos propres questions. Cette expérience transforme, renouvelle notre vie de foi et nous donne l’occasion de nous ressourcer ».

Pour Chantal Saucié, de la paroisse de Chaton, «  Etre catéchiste, c’est se donner la chance de se laisser évangéliser, bousculer même parfois par les questions des enfants et par la Parole de Dieu, approfondie de rencontre en rencontre ».

Etre témoin

Etre catéchiste, ce n’est donc pas apporter un enseignement à la manière d’un professeur. Comme le soulignait le pape François lors du Congrès international des catéchistes à Rome en 2013, il ne s’agit pas de ‘faire le catéchisme’, mais d’ ‘être catéchiste’ : « Ce qui attire, c’est le témoignage, que les gens voient l’Evangile dans notre vie », rappelait-il aux participants à ce rassemblement.

La mission du catéchiste est d’annoncer l’Evangile en proposant une foi vécue, en étant soi-même « ami et disciple de Jésus ». Bref, ce n’est pas assurer un enseignement, mais c’est tout simplement proposer aux enfants un chemin, un itinéraire, sans rien forcer.

Et si en septembre, vous entendez votre curé dire que cette année encore, il manque des catéchistes pour assurer la rentrée, c’est peut-être bien un appel qui vous est particulièrement destiné pour avancer sur votre propre vie de foi ! Une opportunité à ne pas manquer !

François Blanty