Logo diocèse de Versailles

En chemin vers le mariage … le temps très long de l’attente !


Alors que le temps semble comme figé, comment poursuivre la préparation au mariage et comment accompagner ceux dont le mariage n’a pas pu avoir lieu… pour le moment. L’expérience du doyenné de Rambouillet.

Le confinement qui s’impose ne permet plus jusqu’à nouvel ordre de célébrer des mariages dans nos églises. Joie partagée en famille, occasion de rassembler ceux qui nous sont chers, les mariages sont un temps de fête mais aussi une attention particulière portée au couple et surtout un rappel concret de l’alliance du Christ avec son Eglise.

En union de prière avec ceux qui n’ont pu se marier

Tout d’abord en ce temps où la communion de prière nous invite à nous porter les uns les autres, comment ne pas prier en union avec ces jeunes couples, qui ont cheminé pendant un an avec l’Eglise, pour approfondir la connaissance de soi, de l’autre, de la vie conjugale, des piliers du mariage chrétien et qui ne peuvent s’unir devant Dieu et devant les hommes en raison du confinement.

Le Père Jacques-Bertrand Robert, curé de Gazeran, évoque un couple qui devait se marier en avril : «  ils ont dû repousser d’un an la date de leur mariage ! … or, au cours de la préparation, j’ai perçu un questionnement sur le baptême de la part de la fiancée », et si ce temps long qui s’ouvre devant eux permettait un approfondissement et – qui sait -une entrée en catéchuménat ?

De leur côté, Guillaume et Fanny, originaires des Essarts-le-roi, devaient se marier le 25 avril. « Lorsque nous avons été informés qu’il fallait reporter notre mariage ça a été dur à encaisser. On prépare avec tellement d’intensité cet événement. On y met du cœur et c’est dur… Mais on fait avec et on se redonne un coup de boost. Finalement on prend les choses positivement : on aura plus de temps pour se préparer. »  Tous deux restaurateurs, Guillaume et Fanny n’ont pu suivre le parcours fiancés du doyenné étant pris tous les soirs : ils sont donc accompagnés depuis plusieurs mois par un couple référent, Bruno et Laure, à leur rythme. Désormais, « grâce » au confinement leurs soirées sont libres. Leur couple accompagnant poursuit la route avec eux et leur ont proposé de rejoindre la préparation qui rassemble tous les fiancés du doyenné, en ligne. « C’est comme une deuxième préparation qui commence ! » témoigne Fanny. Un vendredi soir tous les deux cela ne leur était jamais arrivé… ils en ont profité pour se connecter à distance et ont pu vivre la soirée sur le pardon. « On n’avait pas eu l’occasion d’échanger avec d’autres fiancés… c’est donc nouveau pour nous et très riche ! » Au-delà de l’impact financier (ils ne seront pas remboursés des frais de location), Fanny et Guillaume acceptent avec une certaine paix la situation. Bruno et Laure en sont convaincus : «  C’est l’occasion d’approfondir certains points de discernement pour lesquels ils avaient peut-être besoin d’un peu plus de temps ».

Poursuivre la préparation en étant créatifs !

Au-delà de ces couples dont le mariage a été repoussé, les équipes de préparation au mariage s’attellent à poursuivre le chemin entamé avec les jeunes couples. « Pas question de s’arrêter et d’interrompre l’accompagnement » témoigne Guilhem et Gersende, coordinateurs de la préparation au mariage pour le doyenné de Rambouillet. «  Lorsque le confinement a été décrété nous avions déjà eu 2 soirées en paroisse et nous allions vivre avec tous les fiancés du doyenné une soirée sur le thème « sexualité et fécondité ». Nous avons fait le choix de maintenir cette rencontre en utilisant les moyens qui nous sont donnés ! » L’équipe s’est alors retroussée les manches pour faire preuve de créativité (comme le Pape François nous y invitait à l’occasion de l’Angelus du 15 mars). A l’aide d’une plateforme de video-conférences les soirées ont ainsi été maintenues. Plus de 40 couples de fiancés s’y sont connectés à distance, accueillis en ligne par le Père Jacques-Bertrand Robert, curé de Gazeran : « Je me suis connecté avec une heure d’avance pour accueillir chacun personnellement : l’accueil est en effet l’un des éléments clés de la préparation au mariage ». Rien n’a été laissé au hasard pour continuer à développer ce lien tissé entre les fiancés et l’Eglise. Ils ont été visiblement très sensibles à cet accueil et à la capacité de toute l’équipe de se mobiliser pour eux.

Le déroulé de la soirée avait été minutieusement préparé : prière et louange (animée à la guitare en direct !), vidéo-témoignage, puis temps guidé en couple, temps seul… preuve que tout est possible même à distance !

Gersende témoigne : « C’est sûr que ça produit des fruits… même si on ne sait pas encore lesquels ! nous avons reçu beaucoup de remerciements sur la boite de dialogue. On ne pensait pas que les fiancés seraient si nombreux. Ils ne se sont pas dérobés, ils sont très motivés » preuve en est… «  de 40 couples à la première soirée nous sommes passés à 65 le vendredi suivant pour la séance sur le pardon ». A l’issue de ces rencontres virtuelles les fiancés témoignent de leur surprise et de leur joie à vivre ces temps forts depuis chez eux. Entre chaque rendez-vous,  ils sont invités à rester en contact avec leur couple référent pour favoriser un approfondissement personnel des thématiques abordées… là encore en visio-conférence. Ces couples référents appelés “couples ange-gardien” sont encouragés par leurs responsables à prendre des nouvelles régulières des fiancés : certains sont sur le front (infirmières, médecins) d’autres sont déjà impactés financièrement (paiement des loyers difficiles, moins ou plus de revenu ..) ou touchés directement par la perte d’un proche… Et la relation prend une dimension nouvelle, pas forcément envisagée au début de l’accompagnement.

Même si tout n’est pas simple, les responsables se disent touchés par l’investissement des fiancés, qui disposent finalement de plus de temps pour se poser, en mettant de côté pour un temps toutes les questions de l’organisation matérielle.

Enfin mettre en place l’après mariage

Autre fruit déjà envisagé : l’après-mariage. Accompagner les couples au-delà du mariage est une préoccupation majeure des équipes, renforcées ces dernières années par l’exhortation du pape François à faire du mariage un catéchuménat permanent. En d’autres termes les équipes de préparation au mariage ne préparent pas uniquement à un sacrement mais s’engagent à accompagner les couples sur la durée. Or, la mise en place d’un véritable “service après-vente” du mariage est parfois difficile et nécessite persévérance et créativité.
Et si ce confinement était l’occasion de vraiment proposer aux fiancés un accompagnement après le mariage ? Avec une préparation quelque peu tronquée, au cours de laquelle les échanges en couple à couple ou en direct avec le prêtre auront été impossibles, il parait évident de proposer de poursuivre le cheminement au-delà du mariage. Sur le doyenné de Rambouillet la solution est toute trouvée, des équipes TANDEM ont déjà été constituées «  Le COVID nous aura au moins permis cela : intégrer l’après-mariage dans la préparation au mariage ! »