Logo diocèse de Versailles

Jour 5 : la Bonté – Neuvaine à l’Esprit-Saint


Préparons-nous à la Pentecôte en demandant à l’Esprit-Saint le don de la bonté. À la lumière de l’Évangile, méditons l’exemple de vie de sainte Jeanne Jugand.

Déroulé de la prière

– Chant : Jésus, toi qui as promis d’envoyer l’Esprit à ceux qui te prient, Ô Dieu, pour porter au monde ton feu, voici l’offrande de nos vies. (bis)

– Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (13, 34-35)

– Commentaire

– Veni Creator

Viens en nous, Esprit Créateur
Visite les âmes des tiens ;
Emplis de la grâce d’en haut
Les cœurs qui sont tes créatures.

Toi qu’on appelle Conseiller
Don du Seigneur de Majesté,
Source vive, feu, Charité
Toi qui es onction spirituelle,

Toi le Donateur aux sept Dons,
Puissance de la main de Dieu,
Toi que le Père avait promis,
Qui fais jaillir notre louange,

Mets ta lumière en nos esprits,
Répands ton amour en nos cœurs,
Et que ta force sans déclin
Tire nos corps de leur faiblesse.

Repousse l’adversaire au loin ;
Sans tarder donne-nous la paix ;
Ouvre devant nous le chemin :
Que nous évitions toute faute !

Fais-nous connaître Dieu le Père,
Fais-nous apprendre aussi le Fils
Et croire en tout temps que tu es
L’unique Esprit de l’un et l’autre.

– Notre Père

– Oraison


Sainte Jeanne Jugan, modèle de bonté

Sainte Jeanne Jugan est un bel exemple de ce que produit l’Esprit-Saint dans un cœur humain. Aujourd’hui, cherchons comment intégrer son exemple dans notre vie.

Née à Cancale, en Bretagne, au cœur de la Révolution française, Jeanne Jugan décide de refuser une demande en mariage car dit-elle : « Dieu me veut pour lui. Il me garde pour une œuvre qui n’est pas connue, pour une œuvre qui n’est pas encore fondée ». L’Esprit-Saint travaillait et préparait effectivement son cœur pour qu’elle soit consacrée à la charité. Elle s’installe à côté de Saint-Malo et visite les pauvres de la paroisse avec une amie.

Un soir d’hiver 1839, Jeanne découvre une pauvre dame âgée, aveugle et infirme, transie de froid. Elle l’accueille chez elle. Bientôt, elle en recueille une autre, puis une troisième. Rapidement, cette bonté rayonna et elle fut rejointe par quelques jeunes femmes. Ce furent les prémices de  la congrégation des Petites Sœurs des Pauvres qu’elle fonda à partir de 1842.

Ainsi, animée par l’Esprit de Charité, elle avait fait de sa vie un don pour qu’à travers elle la bonté du Christ puisse être manifestée.