Logo diocèse de Versailles

27 juin : ordination sacerdotale de Louis Thomazo et Vincent Van Geirt


Dimanche 27 juin à  15h30 à la cathédrale St Louis de Versailles, Monseigneur Luc Crepy, évêque de Versailles, ordonnera prêtres : Louis Thomazo, originaire de Rambouillet et Vincent Van Geirt, originaire de Sartrouville. Les fidèles auront accès à la cathédrale dans la mesure des places assises.

Louis Thomazo

Le Christ est venu le visiter par mille petits signes et mouvements intérieurs jusqu’à l’inviter à discerner, parmi les chemins possibles, sa vocation : être prêtre de Jésus. Les exemples de saints plus ou moins lointains, mais aussi ceux de prêtres en chair et en os qui ont jalonné son parcours, lui ont montré l’importance de chercher du côté de Dieu pour répondre à cette question. Ils lui ont donné un enseignement, valable toujours et pour tous : Être saint, c’est être du côté de Dieu, malgré sa faiblesse, avec pour objectif et comme carburant, la joie.

« Amour pour amour !

Ces trois mots résument ce que je comprends de ma vocation au sacerdoce.

Pour préciser, je pourrais dire rendre amour pour amour. Manière d’exprimer qu’en devenant prêtre, je ne fais que répondre à un amour qui me précède et dans lequel je puise toute force, toute volonté, tout abandon. Cet amour, je le vois dans la vie reçue gratuitement par Dieu-Créateur, dans l’amour de mes parents, dans l’amour vécue au sein d’une famille nombreuse, dans les amitiés qui durent, dans la beauté de la création au détour d’études d’agronomie, dans la grâce de l’Eucharistie et dans celle du pardon du Dieu-rédempteur qui relève sans lassitude.

Mais je pourrais aussi dire vivre l’amour pour l’amour. Oui, puisque Dieu est amour, le sacerdoce auquel je me sens appelé ne vise rien d’autre que cet amour avec comme unique moyen, cet amour-même, qui se déploiera par la célébration des sacrements, la prière, la charité pastorale, par toute ma vie de prêtre. Priez pour moi comme je prie pour vous dès maintenant. »

 

Vincent Van Geirt

Personne ne pensait qu’il deviendrait prêtre. Lui non plus. Mais le Père le façonna, bien avant qu’il commence à penser au sacerdoce. Le scoutisme, des amitiés solides et surtout la prière de la communauté paroissiale ont été pour lui un terreau fertile ! Un jour, en troisième, le Seigneur fit retentir en lui son appel à tout quitter pour le suivre. Entre joie et refus, le cheminement qui suivi ne fut pas une route toute droite.
Aujourd’hui, à l’issue du séminaire, il est profondément heureux de s’offrir entre les mains de Dieu.

« Le bon pasteur dépose sa vie pour ses brebis » (Jn 13,11). Jésus appelle mystérieusement des hommes de tous les horizons pour que par eux, il puisse lui-même prendre soin du troupeau. Le pasteur ne peut servir qu’en livrant sa vie comme le Christ. C’est ma joie aujourd’hui de m’offrir à Dieu pour chacun d’entre vous. Cet appel je l’ai entendu en classe de troisième, mais il a mis du temps avant d’émerger pleinement. Livrer sa vie, laisser l’Esprit-Saint nous conduire pour qu’à travers nos vies il œuvre dans le monde, cela prend du temps. Cette conversion est même permanente ! Aujourd’hui, après sept belles années de préparation, je rends grâce au Père pour la vie qu’il me donne. Qu’il me permette de vous servir avec douceur et humilité en toutes choses, à l’image du bon pasteur allant au-devant de chacun par amour. Béni soit Dieu, maintenant et toujours. »