Logo diocèse de Versailles

Eclairages sur Laudato Si et la Cop21


La terre est notre maison commune. Il appartient à chacun de nous de nous préoccuper de sa sauvegarde.

Sauvegarde de notre maison commune

« Le défi urgent de sauvegarder notre maison commune inclut la préoccupation d’unir toute la famille humaine dans la recherche d’un développement durable et intégral, car nous savons que les choses peuvent changer. » (Laudato Si 13)

Tel est l’appel du Pape François. Celui-ci relève pourtant la faiblesse de la réaction politique internationale. (Cf. LS 53). Ceci donne une mesure aux enjeux de la 21ième Conférence des parties (COP 21) qui doit réunir 195 délégations nationales à Paris en novembre et décembre prochain et donne lieu à un intense travail de préparation.

La COP 21

La conférence de Paris sera la 21ième conférence des parties de la convention cadres des Nations Unies sur les changements climatiques. L’objectif affiché est de traiter de façon équilibrée, de l’atténuation – c’est-à-dire des efforts de baisse des émissions de gaz à effet de serre permettant de contenir le réchauffement global à 2°C – et de l’adaptation des sociétés aux dérèglements climatiques déjà existants. Ces efforts devront prendre en compte les besoins et capacités de chaque pays. La conférence doit aussi traiter de la mobilisation de 100 milliards de dollars par les pays développés pour permettre aux pays en développement de lutter contre le dérèglement climatique tout en favorisant un développement durable et juste.

Pour préparer cette réunion, les pays participants étaient invités à publier leurs contributions. Une quarantaine d’entre eux l’ont fait, dont les 28 pays de l’UE, les Etats-Unis, la Chine et la Russie.

La contribution de l’Union Européenne

Dans sa contribution déposée en mars dernier, l’UE affiche une diminution de 40 % des émissions de gaz à effet de serre, à l’échéance de 2030, par rapport à la référence enregistrée en 1990.

Pour s’inscrire dans ce programme, la France va notamment mettre en œuvre les dispositions de la « loi sur la transition énergétique pour la croissance verte », promulguée le 18 août 2015. Celle-ci contient un très grand nombre de dispositions, parmi lesquelles on peut relever :

  • Un objectif de réduction de 50 % de la consommation énergétique à l’horizon 2030, par rapport à la référence de 2012,
  • La promotion des transports propres,
  • La réduction à 50 % en 2025, de la part du nucléaire dans la production électrique,
  • La lutte contre le gaspillage,
  • La promotion du bâtiment à basse consommation ou à énergie positive.

“Why do I care ?”

Prenant conscience de ce que la crise écologique a un fondement moral, le Gouvernement français a promu la réunion le 21 juillet dernier d’un « sommet des consciences pour le climat ». Les invités étaient des personnalités choisies pour leur influence morale ou spirituelle et la réunion a débouché sur une lettre adressée aux participants de la COP 21 : « Alors que vous vous préparez à venir à Paris, nous souhaitons vous demander de réfléchir à votre rôle personnel, de vous interroger sur ce qui vous a conduit aux fonctions que vous occupez aujourd’hui, et, pour cela, de vous poser, en votre for intérieur, cette simple question : Why do I care ? »

Prier pour la création

Le Pape François a institué pour le 1er septembre, une journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création, comme cela se produit déjà au sein de l’Eglise orthodoxe. « Cette journée de prière offrira à chacun des croyants et aux communautés la précieuse opportunité de renouveler leur adhésion personnelle à leur vocation de gardiens de la création ».

L’Eglise Catholique en France institue pour sa part le 4 octobre prochain, jour de la fête de Saint François, un « dimanche pour la création », auquel toutes les paroisses sont invitées à se joindre.

Glossaire

Développement durable

« Le développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. » Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de « besoins  », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité et l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir » (Rapport Brundtland, 1997)

Développement intégral

Le développement intégral c’est promouvoir tout homme et tout l’homme, prendre en compte la croissance matérielle mais aussi spirituelle de la personne humaine. Dans la conception de l’Eglise, l’homme est au centre même des choses et tout est ordonné par rapport à lui. Tel est le développement intégral auquel fait constamment référence la doctrine sociale de l’Eglise. L’Encyclique « Caritas in veritate  » de Benoît XVI de juin 2009 rappelle le message central de l’Encyclique « Populorum Progressio » de Paul VI (1967).

Philippe de Pompignan – le 25.08.2015