Logo diocèse de Versailles

Soeur Emmanuelle


Sœur Emmanuelle, sœur des Filles de la Croix, les Mureaux : " Grâce à une copine, j’ai appris a aimé la messe et à ressentir que quelqu’un m’appelait."

J’ai passé mon enfance et mon adolescence à découvrir le Christ au catéchisme et auprès de mes grands-parents, mes parents ne pratiquant pas, avec mes deux frères Matthieu et Jérôme. Grâce à Céline, une copine, j’ai appris a aimé la messe et à ressentir que quelqu’un m’appelait. C’est à ce moment là que, quelque part, je suis devenue adulte dans la foi !

Durant divers engagements en paroisse, j’ai rencontré trois sœurs (j’ai su après qu’elles étaient Filles de la Croix). J’ai intégré le groupe de recherche du diocèse de Pontoise, où j’ai appris à relire ma vie et l’appel de Dieu à la lumière de la Parole de Dieu. Cet appel réel à la vie religieuse dans la famille des Filles de la Croix s’est alors fait. Après un appel en mariage par un très bon ami, j’ai eu le déclic. Je ne pouvais répondre « oui » à sa demande car je voulais aller au bout du chemin d’appel que je pressentais. Après six ans d’engagement temporaire dans la famille des Filles de la Croix, je me suis laissé faire, modeler, guérir par ce Dieu d’amour, que j’ai appris à connaître avec le cœur, dans un cœur à cœur qui ne finira jamais plus !

Aujourd’hui, an communauté avec trois sœurs, je suis aux Mureaux, en Yvelines, dans un quartier cosmopolite, multiculturel et multi cultuel. Je suis éducatrice de Jeunes Enfants et j’accompagne une équipe d’une trentaine de jeunes en JOC. J’ai choisi les Filles de la Croix simplement, car, au fond de moi, il y a quelque chose qui me relie à l’esprit de famille, la manière de vivre des sœurs qui sont devenues les miennes. C’est comme quand on rencontre quelqu’un et qu’on décide de construire toute sa vie avec lui. Moi, c’est pareil : j’ai rencontré le Christ et Il m’a conduite chez les Filles de la Croix pour vivre en communauté avec des sœurs qui répondent à ce même appel du Christ.

L’Evangile que j’ai choisi pour la célébration de mon engagement définitif, le 22 Août 2009, est celui du lavement des pieds : « Après leur avoir lavé les pieds, il reprit son vêtement et se remis à table » (Jn 13). Jésus remet son vêtement sans enlever le tablier du serviteur, de quelque manière que ce soit, nous ne pouvons l’enlever.

C’est le sens de mon engagement, de l’engagement de tout chrétien aussi, sûrement.