Logo diocèse de Versailles

Soeur Nathalie Albert ou la divine patience !


Nathalie Albert s’est engagée définitivement comme sœur du Cénacle le 22 juin 2013 dans la paroisse de Maisons-Laffitte dont elle est originaire. Elle témoigne de son cheminement jusqu’à ce « oui ».

Un jour, en camp Guides de France, le désir de suivre le Christ d’une manière particulière monte en moi comme un appel… J’ai 16 ans. Quelle idée saugrenue ! Je ne dis rien à personne et enfouis vite cette idée au fond de ma mémoire : comment moi, Nathalie, puis-je être appelée par le Seigneur à la vie religieuse ! Pourquoi le Seigneur veut-il me proposer un autre bonheur que celui qui est déjà bien présent dans ma vie : une famille aimante, une vie amicale bien remplie, une vie associative active. Je vois se tracer devant moi un avenir joyeux : pourquoi chercher autre chose ! Bref, je fais la sourde oreille… Mais c’était sans compter sur la patience du Seigneur.

Quatre ans plus tard, je tombe malade au point d’être totalement dépendante. Je remets chaque geste de ma vie entre les mains des médecins, des parents, des frères et sœurs, des amis. L’avenir n’est plus aussi simple. Mais dans l’épreuve de la maladie, je fais l’expérience de l’Amour : avec amour, ceux que j’aime se battent avec moi et me permettent de me relever et de marcher à nouveau.

Avec l’Amour, il y a aussi cette joie inébranlable présente comme une lame de fond dans mon cœur. Cette joie, je l’éprouve dans une familiarité avec le Christ quand je me tourne vers lui et qu’il me répond, fidèle : il me donne de partager sa propre joie. Je me sens alors appelée à la transmettre. Bien sûr, je suis heureuse dans mon métier d’institutrice, je suis comblée dans ma vie familiale, amicale, associative, mais il manque un grain de sel. La question de la vie religieuse refait surface. J’ai 33 ans : le désir d’un « davantage » s’impose à moi. Comment transmettre ce que je reçois du Seigneur ?

Pour réfléchir sérieusement à la question, je prends contact avec une congrégation religieuse qui aide au discernement. Peu à peu, j’ose ouvrir mes oreilles et mon cœur à l’appel du Seigneur. Je comprends que la seule volonté de Dieu pour moi est un appel au bonheur, un appel à le suivre dans une vie toute livrée à la conduite de l’Esprit Saint pour le faire connaître et aimer.

30 ans après le premier appel, je réponds « oui » au Christ en m’engageant définitivement dans la Congrégation des sœurs de Notre Dame du Cénacle. Et je ne peux que rendre grâce pour la patience et la fidélité du Seigneur ! Car avec les sœurs du Cénacle, je goûte désormais à la joie d’une mission partagée dans la vie communautaire, la vie de prière et la vie apostolique. Le Seigneur sait de quoi nous sommes faits et agit avec chacun de nous selon notre cœur. Aujourd’hui, j’ai quitté mes certitudes trop tranquilles pour oser suivre le Seigneur. Avec lui à mes côtés, je suis envoyée pour l’annoncer, le faire connaître et aimer. Avec lui, je suis envoyée pour, à mon tour, aider d’autres à faire l’expérience d’une rencontre avec Dieu.