Logo diocèse de Versailles

Témoignages de jeunes prêtres


Père Corentin Castex

J’ai eu la joie de grandir dans une famille croyante et de recevoir le témoignage de la foi de mes parents. J’ai aussi grandi dans le scoutisme où j’ai appris la joie du don au service du prochain. Par désir de servir mon pays et de vivre un métier d’aventure, j’ai rejoint l’armée de terre comme sous-officier après le lycée. C’est en avançant dans la réalisation de mes projets professionnels et personnels que la question du sacerdoce a surgi. Il m’a fallu d’abord entendre le murmure de l’appel de Dieu et ensuite me préparer pour répondre oui en vérité. Si cet appel me dépasse infiniment, cela appelle de ma part la foi dans le choix de Dieu, l’espérance en sa miséricorde et la charité pour sortir de mon confort et faire de ma vie un chant d’amour pour le Seigneur. « Misericordias Domini in aeternum cantabo » Ps 88, 2


 

Père Etienne Lhomme

Dernier d’une famille de quatre enfants, passionné d’équitation, c’est à l’âge de 20 ans que j’ai commencé à réfléchir à ma vocation. A la suite d’un temps d’adoration à Paray le Monial, il m’a semblé que le Seigneur m’appelait à aller plus loin dans le don de moi-même. Accompagné par la communauté de l’Emmanuel, j’ai commencé à réfléchir à ma vocation et je suis ensuite entré au séminaire. Formé à Paris puis à Bruxelles, ordonné diacre en septembre 2013, j’ai eu la joie de passer mon année diaconale en paroisse à Mantes la Jolie où j’ai pu découvrir l’incroyable richesse des communautés qui y sont présentes. L’accueil qui m’a été réservé et l’amour de l’Eglise dont font preuves les paroissiens m’a permis de vivre pleinement cette année de service. C’est donc une joie immense d’arriver à ce grand jour de l’ordination sacerdotale sûr plus que jamais que je veux consacrer ma vie au service du Christ et de son Eglise.


 

Père François de Rasilly

Deuxième de cinq enfants, j’ai grandi à Versailles puis à Fourqueux, après deux années passées à Bruxelles. A travers la vie familiale et sacramentelle, le scoutisme, le catéchisme et les amitiés, le Seigneur, discrètement, était présent. A 18 ans, je voulais être officier et fonder une famille. J’intégrais l’École de Saint-Cyr en 2000. Au cours d’un week-end de prière organisé par Resucito, je vécus un profond réveil spirituel : le Christ, vivant, m’avait sauvé ; sa Parole était efficace, aujourd’hui. Je voulais en vivre et l’annoncer. Aux JMJ de Cologne, je compris que ce désir de sainteté déposé en moi pour le service de son Église pourrait se déployer et s’épanouir comme prêtre. Ce chemin de bonheur, impensable jusque là, mûri au séminaire, m’a conduit jusqu’à l’autel. C’est de là que je suis heureux de servir votre joie !


 

Père Gabriel Dos Santos

« A présent le Seigneur a parlé, Lui qui m’a formé dès le sein maternel pour être son serviteur. »  (Isaïe 49, 5) … comme prêtre !  Je ne me suis pas présenté de moi-même, mais parce que Jésus, Bon Pasteur, m’a appelé. A chaque étape de mon chemin, Il a toujours posé les pierres sur lesquelles j’ai pu m’appuyer, ma famille, ma paroisse, les prêtres qui m’ont accompagné, la prière, l’Eucharistie, la présence de la Vierge Marie et des saints, le temps du séminaire. Il a posé un regard de Bonté sur moi pour faire de ma vie un acte d’amitié et d’offrande, au service de l’Eglise. En me faisant prêtre, je sais que le Seigneur a en vue la joie de chacun de vous. Dans la reconnaissance, je me confie à votre prière. Amen !


 

Père Jean-Baptiste Bellet

« Quant à l’ami de l’époux, il se tient là, il entend la voix de l’époux et il en est tout joyeux. Telle est ma joie : elle est parfaite… » (Jn 3, 29). C’est d’abord en famille que j’ai appris à connaître et aimer le Seigneur, à lui parler dans la prière. C’est là que j’ai pris conscience de son amour pour moi et pour chacun, et que j’ai compris que nous étions tous appelés au bonheur de la sainteté. L’exemple de prêtres et de religieux heureux de donner leur vie à Dieu et aux autres a fait grandir en moi cette question : « Seigneur, qu’attends Tu de moi ? Par quel chemin veux-Tu me conduire ? » Par le scoutisme et le service de l’autel, j’ai appris davantage encore de quelle façon le don de soi-même comble réellement les désirs du cœur… Et enfin, c’est au séminaire et durant le temps passé dans les paroisses ou en apostolat que j’ai expérimenté concrètement la joie d’être au service de la rencontre entre Dieu et les hommes, entre le Christ-Epoux et l’Eglise à laquelle Il se donne…


 

Père Martin Guyot

J’ai grandi dans une famille catholique, dont j’ai reçu une foi vivante. Après une rencontre personnelle du Christ lors du pèlerinage à Vézelay des Scouts d’Europe à la Toussaint 1999, j’ai décidé de me poser la question d’un éventuel appel à devenir prêtre l’été suivant, aux JMJ de Rome, à 17 ans. Durant mes études en prépa et en école supérieure de commerce, j’ai laissé cette question grandir en moi. Je l’ai nourrie d’engagements divers, spécialement en servant comme chef scout et en enracinant toujours plus ma vie chrétienne au sein de la Communauté de l’Emmanuel. Diplômé en 2007, c’est comme membre de cette communauté et pour le diocèse de Versailles qu’après une année de discernement, je suis entré au séminaire. Après des études à Paris et Bruxelles, j’ai servi cette année comme diacre à la paroisse St Germain de St Germain-en-Laye.


 

Père Vianney de Lacotte

6ème  de 7 enfants, c’est au cours de mes années de scoutisme que j’ai compris que ma vocation était le service de Dieu. La question qui se posait à moi était de savoir comment ? “Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit : voilà le plus grand et le premier commandement. Le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (Mt 22, 37) Cette phrase de l’Evangile m’est rapidement apparu comme le chemin à suivre pour servir Dieu. Ma vocation est de me mettre au service des hommes pour les faire vivre de la miséricorde de Dieu, de sa vie divine de laquelle découlent la paix et la joie par la pratique de ses commandements. Le prêtre est le serviteur de la miséricorde de Dieu pour les hommes : priez Dieu qu’il le réalise en moi !


 

Père Eric Duverdier

« Plus tard, je serai comme lui ». Ces mots d’enfant résonnent aujourd’hui en moi d’une façon toute particulière. C’était le jour de ma première communion, dans la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre, lorsque le prêtre éleva l’hostie consacrée. A cet instant, et cette conviction ne m’a jamais quitté depuis, je sus que le Seigneur me voulait à Lui, pour Son service, pour porter à mon tour le Pain de Vie et offrir à tous sa miséricorde. « Alors j’ai dit : voici, je viens… pour faire, ô Dieu, ta volonté » (He 10,7). Que Dieu soit béni pour tous ceux qui, ouvriers de la première ou de la dernière heure, m’ont accompagnés sur ce chemin du sacerdoce, et qui me permettent aujourd’hui de dire oui… avec la grâce de Dieu.


 

Père Damien Bougas

« Non ! Normal, je veux être normal, avoir une famille, un travail, une maison… ». Cela aura été ma première réaction alors que je ressentais pour la première fois l’appel à suivre le Christ dans le sacerdoce, un soir d’août, durant les JMJ de Cologne. Mais le Seigneur est patient ! Le « non » s’est transformé en « et pourquoi pas ? ». J’ai alors découvert au fond de moi que c’est là, donné entièrement dans le service des autres, qu’Il m’appelle. Que suivre le Christ dans le sacerdoce me rendrait heureux. Que c’était là ma vocation. Pourquoi moi ? Parce que « ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre ce qui est fort » (1Co 1,27). Puissions-nous, à l’exemple de Marie, vivre de ce fiat : « Voici la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi selon ta parole » !


 

Père Antoine Roland-Gosselin

« S’il n’y a pas de résurrection des morts, le Christ non plus n’est pas ressuscité. Mais si le Christ n’est pas ressuscité, vide alors est notre message, vide aussi votre foi ». 1Co 15, 13-14. C’est la résurrection de Jésus qui fonde notre foi et ma vocation. C’est parce qu’Il est ressuscité et parce qu’Il nous donne le salut que je peux m’engager à Sa suite comme prêtre pour témoigner au monde de son amour et donner son pardon. Je remercie tous ceux qui m’ont permis de répondre à l’appel du Seigneur par l’exemple de leur vie, leur amour et leurs prières. Je sais pouvoir compter sur votre soutien, soyez assurés du mien.


 

Père Antoine Meaudre

Troisième d’une famille de six enfants j’ai grandi à Versailles et découvert la foi entre ma famille, la paroisse saint Symphorien et le scoutisme. Après une licence de droit je suis entré à la maison saint Jean Baptiste. Au terme de cette année, j’ai été admis au séminaire Pierre de Porcaro où j’ai passé deux ans. J’ai ensuite effectué une année d’apostolat à Toulon au service des habitants d’un quartier sensible au sein de l’association Le Rocher. Monseigneur Aumonier m’a alors envoyé étudier à Notre Dame de Vie (Venasque) durant trois ans au cours desquels j’ai été reçu comme membre des Missions Etrangères de Paris. Je suis actuellement diacre à la paroisse de Houilles, et me prépare à partir en Thaïlande, qui est désormais mon pays d’adoption selon la volonté du Père et du conseil des MEP.

Réécouter le témoignage du Père Antoine dans l’émission La voix est libre de Radio Notre Dame, la veille de son ordination.


Père Gaultier de Chaillé

« Ma place est ici », tels sont les mots qui ont retenti en moi en ce jour de 2002 où j’ai ressenti l’appel du Seigneur, au cœur d’une messe dominicale qui aurait pu apparaître comme affligeante de banalité mais où Jésus était présent, comme à chaque fois. Depuis ce jour, cette conviction ne m’a jamais quitté et a pris une profondeur sans cesse plus grande et nouvelle. Aujourd’hui où je reçois la grâce du Sacerdoce, je comprends que ma place est ici, dans l’enseignement de la Parole de Dieu, dans la célébration des Sacrements et dans la mise en œuvre de la Charité du Christ. Dieu veuille que je sois fidèle à la mission qu’il me confie.


Père Amaury Cintrat

Seigneur Jésus, je t’ai entendu m’appeler dans l’intime de ma prière avec l’appel que tu as adressé à St Pierre : « M’aimes-tu ? … Sois le berger de mes brebis. » Me voici devant Toi Seigneur, aujourd’hui, pour répondre un oui définitif à ton appel : je viens pour accomplir ta volonté, et me laisser façonner par ton amour. En mettant ma vie dans tes pas, selon ta volonté pour moi, je sais que je marche sur le chemin de bonheur que Tu m’as préparé de toute éternité, afin de me rendre heureux en annonçant ton immense amour à ton peuple vers lequel Tu m’envoies, selon le dessein de ta Providence. Béni sois-Tu Seigneur pour la grandeur de ton amour !


Père Guillaume Dupont

Prêtre ! Après ces années de formation au séminaire, voilà que le Seigneur me fait la grâce d’être revêtu de son sacerdoce, moi, un jeune homme de 27 ans, avec mes forces et mes faiblesses, qualités et défauts, vertus et péchés. Il me choisit pour le service, l’édification de son Eglise, son Epouse bien aimée qu’il veut toute sainte ! Je dois dire que c’est l’exemple de Jean-Paul II, sa vie entièrement donné au peuple chrétien, ainsi que la beauté de la messe qui sont à l’origine de ma vocation. Je voulais donner à Dieu la première place et j’ai compris que cela devait aller jusqu’au don de ma vie. Pour lui et pour tous les hommes, en particulier pour les plus petits, les préférés de Dieu. Comme au jour de l’élection du Pape François, j’aime à penser qu’aujourd’hui, quelqu’un se tient à mes côtés et me dit à l’oreille : « N’oublie pas les pauvres ! ». Que Dieu me vienne en aide !


Père Amaury du Fayet de la Tour

« Que Dieu achève en toi ce qu’Il a commencé ». J’ai près de 33 ans. Certains parleraient d’une vocation tardive. En effet, c’est seulement après trois ans de vie professionnelle que j’ai eu véritablement conscience de l’appel à devenir prêtre. Pourtant, Dieu avait semé depuis bien longtemps dans ma famille, le scoutisme, les pèlerinages et les amitiés solides. C’est en engageant des choix concrets que le Christ, dans son Église, m’a confirmé son appel. Son amour m’a saisi tout entier. Il m’entraîne aujourd’hui et demain à une réponse libre et généreuse. Sur ce chemin de bonheur, le Seigneur poursuit l’œuvre qu’Il a commencé mystérieusement en moi, pour vous, pour Lui.

Ecouter le témoignage du Père Amaury à la veille de son ordination dans l’émission Le Grand Témoin sur Radio Notre-Dame.