Logo diocèse de Versailles

Miséricorde et réconciliation


En visite pastorale sur le doyenné de Meulan, Monseigneur Aumonier a présidé le vendredi soir une soirée de miséricorde et de réconciliation.

Visite pastorale à MeulanUne soirée sous le signe du pardon

Les paroissiens du doyenné de Meulan-les Mureaux se sont retrouvé dans leur église de Meulan ce vendredi soir pour une veillée « miséricorde » autour de notre évêque. Monseigneur Aumonier a introduit cette soirée en soulignant que « pour chaque visite pastorale, il y a des sommets. Et un de ces sommets est le pardon de Dieu » donné et reçu dans la confession.

La soirée était animée par l’association « le Rocher, Oasis des cités », qui œuvre dans les quartiers sensibles, à Bondy, Marseille, Toulon, Lyon, Paris ou Grenoble, mais aussi aux Mureaux.

Monseigneur Aumonier, qui poursuivait là sa visite pastorale en doyenné, a choisi l’image du Bon Samaritain pour appuyer son propos, en soulignant que « nous sommes tous un peu des blessés de la vie », qui avons besoin du sacrement de réconciliation.

Il a ajouté que nous avons tous des prochains, des proches, des collègues, des familles qui sont nos prochains, à l’image du Bon Samaritain. « Nous ne sommes pas seulement un cerveau monté sur pattes », a souligné l’évêque de Versailles.

« Dieu nous a donné une dignité. Il nous a créé à son image et à sa ressemblance. Celui qui écoute la parole de Dieu devient lui-même temple de Dieu » .

Confessions individuelles et adoration du Saint Sacrement

Monseigneur Aumonier a ensuite évoqué des pistes de réflexion pour « ce qu’on appelait autrefois l’examen de conscience ». Notre évêque nous a invité à regarder chaque jour ce qui a été beau ou au contraire destructeur dans nos vies, pour réfléchir sur les points pour lesquels « vous dîtes j’ai besoin de la grâce de Dieu, de sa force, pour avancer ». Avant de conclure son homélie en invitant chacun à « ne pas se décourager, mais à continuer son chemin avec le Seigneur, et à lui demander son pardon pour avancer ». Car « Nous avons tous des combats spirituels à mener ».

Le Saint Sacrement a ensuite été exposé sur l’autel de l’église pendant toute la durée des confessions individuelles. Les prêtres, ainsi que notre évêque ont entendu tous ceux qui le désiraient en confession individuelle. Les chants et les prières de louange ont accompagné cette soirée « miséricorde », dans une ambiance priante et recueillie.