Logo diocèse de Versailles

La célébration du sacrement des malades


Pour demander le sacrement des malades, il suffit de prendre contact avec sa paroisse, où l’aumônerie de l’hôpital où l’on se trouve, pour soi-même ou pour un membre de sa famille qui en aurait exprimé le souhait.

 sacrement_des_malades

Un sacrement pour les malades !

Le sacrement des malades a longtemps été considéré comme réservé aux mourants. On l’appelait pour cela « l’extrême onction. » Il faut aujourd’hui le redécouvrir comme un don fait à toutes les personnes atteintes de maladies graves, ou devant toute épreuve de santé importante, même si le pronostic vital n’est pas immédiatement en jeu. Ce sacrement peut même être reçu plusieurs fois, lorsque la maladie s’aggrave, ou lors d’un autre accident sérieux de santé.

La confirmation est le principal sacrement qui communique la force de l’Esprit Saint. Les sacrement des malades est donc normalement réservé aux personnes déjà confirmées. Il est donné par les prêtres.

Pour le demander, il suffit de prendre contact avec sa paroisse, où l’aumônerie de l’hôpital où l’on se trouve, pour soi-même ou pour un membre de sa famille qui en aurait exprimé le souhait.

Gestes et symboles

La célébration du sacrement des malades peut avoir lieu dans des cadres très variés : au cours de célébrations communautaires plus ou moins larges, en famille à la maison, dans la solitude d’une chambre d’hôpital, etc…

Elle inclue toujours un temps pénitentiel (demande de pardon à Dieu) suivi d’un temps d’écoute de la Parole de Dieu, avant les deux signes du sacrement proprement dit.

Le premier geste est une imposition des mains, en silence. Lorsque le prêtre étend les mains sur le malade, il refait le geste par lequel Jésus, puis les apôtres, invoquaient la venue de l’Esprit Saint. C’est un geste de prière. Le second geste est une onction d’huile sur le front et dans la paume des mains, accompagnée de la formule : « Par cette onction sainte, que le Seigneur en sa grande bonté vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint. Ainsi, vous ayant libéré de tous péchés, qu’il vous sauve et vous relève. »

L’huile est un riche symbole biblique : elle est signe de joie, d’abondance, de force et de purification. Elle rappelle l’onction que se faisaient les lutteurs, dans l’Antiquité, avant le combat. Elle est porteuse de guérison, de santé et de beauté. On emploie quand c’est possible pour le sacrement des malades une huile spécialement bénie par l’évêque à cet effet.

Les paroisses proposent des préparations adaptées à chaque âge. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de la paroisse de votre domicile, en appelant ou en passant au secrétariat. Si vous vous posez des questions avant de faire la démarche pour vous ou votre enfant, la plupart des paroisses proposent aussi des permanences pour rencontrer un prêtre, individuellement et sans rendez-vous.