Logo diocèse de Versailles

Pâque et Pâques


« …en ces jours là j’ai fait sortir vos armées du pays d’Egypte » Ex12,17

PâquesCette année Pâque juive et Pâques chrétienne tombent le même jour. Hasard du calendrier car depuis ses débuts le christianisme s’est démarqué de la fête juive jusqu’en décalant la date de sa propre fête de Pâques. Pour les chrétiens la fête reste mais n’est plus célébrée, comme la Pâque juive, le jour de  la pleine lune de printemps mais le dimanche qui suit, en mémoire de la résurrection du Christ.

« La spiritualité chrétienne et la spiritualité juive sont, dans leur enracinement, toutes deux pascales. Mais si l’événement de base de la spiritualité pascale judéo-chrétienne est, incontestablement, la nuit de l’Exode, le christianisme transfigurant cet événement par un autre, a pluralisé les PAQUES, alors que le judaïsme a maintenu l’événement dans son contenu singulier. » André Neher,  Extrait de « Moïse et la vocation juive. »

Pâque : Fête de la libération

Pessah veut dire le passage ou plus précisément « passer au dessus » car Dieu est passé « au dessus » des maisons des hébreux lors de la dixième plaie d’Egypte pour en épargner les premiers nés. C’est  la plus ancienne fête juive. Elle est célébrée à la pleine lune de printemps. Au temps biblique, elle était une des trois grandes fêtes de pèlerinage au Temple de Jérusalem avec Chavouot et Soukkhot. Fête qui dure huit jours (sept en Israël), elle rappelle l’événement fondateur du peuple d’Israël en tant que nation et comme peuple de Dieu. Elle commémore la sortie de la terre d’esclavage, vers le pays de la liberté.

« …en ces jours là j’ai fait sortir vos armées du pays d’Egypte » Ex12,17

Il faut cependant souligner que le texte biblique évoque, dans cette sortie des hébreux, « une foule nombreuse et composite » qui accompagne (ex 12,38). Il nous est signifié ainsi que cette libération est pour TOUS les hommes : tous ont à sortir de l’esclavage.

Pessah est à la fois une fête agricole et religieuse. Elle célèbre le printemps avec la première récolte de l’orge et la libération du peuple hébreu qui marche vers le Sinaï pour y recevoir une Loi et devenir, vers le pays où ils sont envoyés, le peuple témoin du projet de Dieu parmi toutes les nations.

Cette fête représente aussi la promesse de libération définitive d’Israël et des nations : En effet, cette célébration pascale n’est pas seulement MEMORIAL mais aussi ANNONCE de l’ultime délivrance messianique, quand le peuple de Dieu sera délivré de toutes les persécutions et que toutes les nations seront dans la paix.

Entre la première libération du Sinaï et cet accomplissement ultime, le peuple juif célèbre chaque année l’Evénement Pascal qui reprend ainsi, pour lui, sa densité historique et sa signification prophétique : la délivrance que Dieu a opérée à la mer rouge, il l’opèrera encore. La Pâque est la fête de l’Espérance.

Jésus et la fête de la Pâque

La PâqueLes récits évangéliques soulignent à l’unanimité que c’est en célébrant la Pâque que Jésus a inauguré la Pâque Nouvelle. Il y a donc bien continuité entre la Pâque des hébreux et celle de Jésus : « j’ai ardemment désiré manger cette Pâque avec vous avant de souffrir » (Lc22,15)

Dans le repas Pascal juif, on installe au centre de la table un grand plat rituel sur lequel sont déposés des aliments qui ont une forte valeur symbolique et rappellent chacun le temps de la libération, la sortie d’Egypte. Parmi eux un os grillé au feu qui évoque l’agneau immolé jadis au Temple, quatre coupes de vin, des galettes de pain…

Jésus se donne en sacrifice par amour pour l’homme. Il devient l’agneau immolé. Jean présente Jésus comme l’Agneau de Dieu. « Voici l’agneau de Dieu » Jn 1,36.

Jésus expliquera encore à ses disciples que désormais pain et vin seront son corps et son sang. Pédagogie du Christ, lors de ce dernier repas, pour aider les hommes à comprendre tout le projet de Dieu pour eux depuis les origines jusqu’à l’accomplissement final. « Ceci est mon corps donné pour vous, faites ceci en mémoire de moi »Lc22, 19

La Pâque inaugure la Passion. Par son sacrifice, Jésus- Christ devient notre Pâque. « Notre Pâque le Christ a été immolée » 1Co 5,7. Cette dernière fête de Pâque partagée avec ses disciples prend alors tout son sens. Celui qui va libérer les hommes n’est plus Moïse mais bien lui, le Christ, en donnant sa vie pour le salut de l’humanité.

Le Christ, agneau de Dieu, donne sa vie pour le salut de la multitude. Par sa mort et sa résurrection, Il nous délivre en prenant sur lui tous nos péchés.

Pâque et Pâques sont fête de la libération, mais Pâques célèbre la résurrection du Christ vainqueur de la mort qui nous libère de tous nos péchés.

Pâque et Pâques sont fête de l’espérance messianique, mais Pâques célèbre la vie en Christ aujourd’hui et annonce le temps où chaque homme vivra en Lui auprès du Père et dans l’Esprit.

Pâque et Pâques annoncent ensemble le temps où toutes les nations se retrouveront dans la Jérusalem céleste.

«  Ils suivent l’Agneau partout où il va, ils ont été rachetés d’entre les hommes comme prémices pour Dieu et pour l’Agneau » Ap 14,4

Anne Guétin