Logo diocèse de Versailles

Grandir dans les dimensions affectives et sexuelles


L’amour conjugal exprimé dans sa dimension sexuelle engage l’homme et la femme dans toute leur personne. Lieu vital de la relation, il manifeste et nourrit le don total que se font les époux. Il est toujours à construire pour que la rencontre de l’autre, dans sa radicale différence, devienne lieu de dialogue, de communion et de fécondité.

Psychee Rodin

« L’étreinte est le plus haut langage du corps et de l’âme »
J. de Bourbon-Busset Lettre à Laurence

La sexualité, signe de l’amour conjugal

L’intimité du couple s’exprime à travers les mots mais aussi à travers des gestes de tendresse et la relations sexuelles, dimension essentielle dans la réussite d’un mariage. Expression dans le mariage de l’union totale de l’âme et du corps, la relation sexuelle est un enjeu à part entière : elle implique une relation à l’autre, une communication, mieux : une communion pour ne pas entrer dans un plaisir égoïste mais dans une relation partagée. On oppose souvent Eglise et sexualité. L’Eglise ne condamne pas la sexualité, bien au contraire : elle en une perception très positive ! Le corps humain ayant été créé par Dieu, il doit être pris en considération dans notre foi ; la sexualité fait partie intégrante de notre personne. C’est pour cela que l’Eglise incite les couples engagés, mariés, à exprimer leur amour aussi grâce à la relation sexuelle. Le mariage chrétien qui est l’union totale et définitive d’un homme et d’une femme s’aimant et voulant donner la vie trouve donc aussi un sens dans la sexualité. Voilà ce que propose l’Eglise : une sensibilisation de la conscience pour ne pas transformer la relation sexuelle en acte uniquement de plaisir éphémère mais comme une déclaration d’amour, faite dans le respect mutuel pour exprimer et consolider nos sentiments. L’Eglise donne des repères pour vivre au mieux notre sexualité, c’est pour cela qu’elle nous invite à vivre une sexualité maîtrisée afin de rester toujours dans le respect de l’autre et dans la dignité.