Logo diocèse de Versailles

Se donner pour servir


Jour de joie le 10 septembre dernier à la collégiale de Mantes. Cinq jeunes gens étaient ordonnés diacres, entourés de nombreux prêtres et de membres des différentes paroisses du diocèse. Dans quelques mois, si Dieu veut, Laurent, Alain, Louis, Henri et Charles-Louis deviendront prêtres. Ils sont nos curés de demain.

A vrai dire, cette cérémonie n’est pas une surprise. Ils s’y préparaient depuis de longues années déjà, ayant tous rejoint le séminaire de Versailles. Voici en effet déjà dix ans que l’évêque de Versailles, Mgr Eric Aumonier, a décidé la réouverture de cette « école pour prêtres ». Oui, il existe encore dans les Yvelines – mais aussi ailleurs en France – des jeunes gens qui décident de tout laisser pour suivre le Christ et servir son Eglise. Ce premier service se vit dans le diaconat : le diacre est celui qui sert, et qui – s’il décide de poursuivre vers le sacerdoce – s’engage alors solennellement à être célibataire. S’il avait une femme et des enfants, ils auraient légitimement la priorité dans son coeur. Célibataire, le futur prêtre accepte désormais d’inverser les choses : désormais, la priorité c’est les autres ! C’est pour nous tous que les consacrés refusent d’avoir une femme et des enfants. Une décision libre qui n’est donc pas un refus d’aimer, bien au contraire, mais un don absolu pour ouvrir ses bras à tous mais ne les refermer sur personne.

Diacre ?

Le mot « diacre » vient du grec « diakonos » qui signifie « serviteur ». Une réalité incarnée par le Christ lui-même qui disait un jour à ses apôtres : « et moi, je suis au milieu de vous comme celui qui sert » (évangile de Luc 22,27).

Depuis ses origines, l’Eglise ne compte ainsi que trois catégories de ministres du culte : les diacres, les prêtres et les évêques. Trois ministères, trois degrés du sacrement de l’ordre qui confèrent une autorité : dans l’Eglise, toute autorité est en fait un service et pas un pouvoir. Jusqu’au pape François lui-même qui aime souvent se définir comme le « serviteur des serviteurs de Dieu ».

A la messe, le diacre est habillé en aube et porte une étole en diagonale, à la différence du prêtre qui la porte droite. Il prépare l’autel pour la messe, proclame l’évangile ou peut faire l’homélie mais ne confesse pas et ne préside pas l’Eucharistie. C’est lui qui invite les fidèles présents à échanger un signe de paix ou les envoie, à l’issue de la célébration, témoigner de leur foi et de leur espérance.

Notre diocèse comptent aussi de nombreux « diacres permanents » : ils sont soit mariés soit célibataires ou veufs – au moment de l’ordination ils s’engagent à une stabilité de l’état de vie et ne seront pas appelés à devenir prêtres un jour. Ils témoignent dans nos communautés, mais aussi dans leurs lieux de vie et leur travail, de cette belle réalité : se donner pour servir est une source de joie.  6 nouveaux diacres permanents seront ordonnés dimanche 8 octobre 2017 en la cathédrale de Versailles.

Père Pierre Amar