Logo diocèse de Versailles

Un séminariste en vacances


A l’issue de l’année scolaire fin juin, qui a apporté son lot d’examens mais aussi de festivités de fin d’année, les séminaristes ont commencé l’été dans la joie des ordinations sacerdotales de leurs deux frères séminaristes, le père Christophe Hedon et le père Bertrand d’Abzac à la cathédrale Saint-Louis de Versailles. Ils se répartissent les deux mois suivants entre service et vacances personnelles. Louis et Pierre nous partagent leur été.

Louis a été envoyé pour un mois auprès de l’association Le Rocher dans la cité des Mureaux qui propose à des jeunes de vivre de quelques mois à un an au service des habitants de cette banlieue. « Je me forme pour le diocèse de Versailles qui connait sur son territoire plusieurs zones similaires aux Mureaux comme Trappes ou Mantes-la-Jolie. Cette expérience me paraissait essentielle pour appréhender l’une des réalités de notre diocèse ».

Une autre réalité

Venant de Rambouillet, Louis découvre un tout autre milieu. Selon le fonctionnement en immersion de l’association, il est accueilli dans le HLM qui héberge les autres jeunes hommes volontaires. Les enfants des Mureaux sont particulièrement laissés à eux-mêmes pendant la période estivale : à travers les activités proposées par le Rocher, les volontaires tissent avec eux  des liens privilégiés : animations de rue, camps de jeunes, visites aux familles sont autant d’occasion de rencontres. « J’ai été très marqué par le directeur du camp que nous avons fait avec sept jeunes en Vendée. Jeune père de famille issu des cités, instituteur, il savait  proposer aux jeunes présentant des carences éducatives et ayant une capacité de concentration souvent limitée dans le temps une marche de progression à leur portée mais qui les fera grandir. » Louis découvre le défi de l’éducation, l’adaptation permanente et l’attention personnalisée qu’il faut porter à chacun pour l’aider à avancer. L’exigence pour l’un ne se portera pas nécessairement sur le même point d’attention pour le voisin. « Un cœur généreux ne suffit pas : il faut apprendre à se donner. A vraiment se mettre au service de ceux qui en ont besoin. Et cela passe même par le non à certaines sollicitations pour honorer nos oui ! »

C’est dans ma famille que se trouvent mes racines

Louis rejoint ensuite ses proches : « Ce temps en famille est essentiel : je retrouve ceux qui m’ont fait grandir et qui sans doute me connaissent le mieux. Ils portent un regard unique sur moi. C’est dans ma famille que se trouvent mes racines. » Les retrouvailles familiales permettent aussi de réaliser très concrètement la beauté et les exigences de la vocation au mariage des frères et sœurs et de s’émerveiller devant les facéties de leur progéniture ! Cette cohabitation est aussi une belle occasion d’apprendre à vivre comme consacré au Seigneur tout en étant dans le monde : il ne saurait y avoir de concurrence  entre le temps de famille et la prière, pour autant prendre des temps de solitude dans l’emploi du temps général n’est pas toujours aisé. « Il faut s’organiser, parfois se lever plus tôt ou s’éclipser au bon moment. Avoir l’audace de proposer la prière du soir à tous. » 
Les temps avec les amis restent tout aussi importants pour le jeune homme : « En leur compagnie, je suis plus facilement moi-même. Ils m’ont connus avant le séminaire. Ils savent mon humanité qui reste bien concrète et les désirs qui m’animent. C’est aussi l’occasion de livrer mes joies et mes peines à une âme compatissante qui m’offrira son écoute bienveillante sans jugement ni conseil. »

Ce que l’Église veut de moi

La session de rentrée du séminaire lance la nouvelle année scolaire. Elle s’est déroulée cette année à Lourdes avec tous les séminaristes du diocèse de Versailles, leurs formateurs et leurs accompagnateurs et Mgr Aumonier. Moment fort pour commencer l’année, cette session mêle temps de prière, de travail, de détente et de sport. Le point culminant reste celui des engagements : admissions parmi les candidats au sacerdoce, acolytat et lectorat. Autant d’étapes qui mènent peu à peu chacun à répondre en vérité à l’appel que Dieu lui fait. « J’ai été admis cette année à la fin de cette session à Lourde. C’est une étape importante : elle m’aide à comprendre ce que l’Église veut de moi. Elle me fait comprendre d’une manière plus fine la volonté de Dieu sur moi et comment je peux y répondre au mieux. »
Louis s’est ensuite envolé pour Rome poursuivre ses études en théologie à l’Université Pontificale Grégorienne. « J’ai la chance de poursuivre ma formation dans le cœur de l’Église, entouré de séminaristes du monde entier. Une belle occasion de découvrir l’universalité de l’Église et de son message et de m’inspirer peut-être de ce qui se vit ailleurs que dans le diocèse de Versailles pour le mettre en œuvre dans les années à venir ! »