Logo diocèse de Versailles

Ordinations diaconales : témoignages des ordonnés


Ils ont été ordonnés diacres en vue du sacerdoce les dimanches 9 et 23 septembre 2018. Ils retracent en quelques mots, leur parcours et l’appel reçu, et accepté dans la joie, de donner leur vie.

François-Xavier Colin

Cinquième d’une famille de dix, élevé par des parents profondément croyants, j’ai fait l’expérience à l’âge de huit ans de la présence de Dieu lors d’une adoration eucharistique. A ce moment, j’ai goûté quelque chose de l’amour infini de Dieu pour moi et j’en ai retiré la conviction que ce cadeau n’était pas pour moi seul mais qu’il me fallait le partager : c’est là qu’est né mon désir de devenir prêtre pour servir le Seigneur à l’autel et dans mes frères. A l’adolescence, ce désir s’est maintenu et approfondi au service de l’autel et dans la prière du chapelet. J’ai ensuite commencé de longues études profanes passionnantes jusqu’au jour où j’ai décidé d’entrer au séminaire où l’Esprit Saint, depuis six ans, travaille mon cœur et me prépare au service de l’Eglise.

Adrien Comerre

« Fais toi serviteur. » Par cette parole qui a résonné dans mon cœur le jeudi saint de l’année 2008, j’ai entendu distinctement cet appel du Seigneur. Issu d’une famille de deux enfants, nous avons vécu dans différents lieux en France et outre-mer. Les visages des différentes communautés et de leurs pasteurs m’ont beaucoup marqué dans mon enfance et mon adolescence. La question d’une vocation particulière s’est ainsi faite jour assez tôt. Cependant c’est la rencontre de prêtres diocésains pendant mes années de droit qui m’a conduit à entrer au séminaire de Versailles et à marcher à la suite du Christ en réponse à cet appel initial.

Cette ordination qui nous configure au Christ serviteur trouve ainsi des racines profondes et manifeste le don de ma vie pour l’Église que je souhaite faire avec la grâce de Dieu.

Jacques Frachon

Dernier de 4 garçons, j’ai grandi dans une famille aimante dans laquelle j’ai été marqué très tôt par de belles figures de foi. L’Appel du Seigneur a retenti en moi à la fin du lycée et avait été préparé par des années au service de l’autel et de scoutisme. Après un discernement pendant mes études d’architecture, j’ai pu rentrer au Séminaire où j’ai fait l’expérience dans les joies et les épreuves d’une configuration progressive et radicale au Christ serviteur. Ainsi, ce temps à travers les études, la vie spirituelle et fraternelle, les apostolats dans 3 paroisses du diocèse (Triel – Maisons-Laffitte et Mesnil – Sartrouville) m’a permis de me laisser transformer par l’écoute de l’Ecriture et la pratique des sacrements, spécialement la confession et l’Eucharistie, afin de laisser le Christ vivre toujours plus en moi, à l’exemple de saint Jean-Baptiste : « Il faut que Lui grandisse et que moi je diminue  » (Jn 3, 30)

Gabriel Rougevin-Baville

« La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jn 17,3).

Le Seigneur a éveillé en moi le désir de devenir prêtre pendant mes études de médecine, quand j’ai reconnu que lui seul était le bonheur de chaque homme. J’ai pris conscience de la nécessité pour le monde que des personnes se consacrent pleinement à l’annonce de cette bonne nouvelle : il n’y a que Dieu pour répondre à cette soif infinie de bonheur qui habite le cœur de l’homme. Et j’ai éprouvé ce désir de donner ma vie pour faire connaître à mes frères ce Dieu, manifesté en Jésus Christ, et dont seul l’amour peut nous sauver en nous menant à notre béatitude éternelle.

Ce désir s’est déployé au séminaire : en apprenant à mieux connaître Dieu pour mieux l’aimer, j’ai compris qu’à travers ce désir, il m’appelait à être consacré pour sa gloire et pour le salut du monde, pour être au service de sa volonté de sauver tous les hommes. Priez pour qu’il fasse de moi un humble serviteur de l’Église : qu’à travers ma vie, les hommes connaissent le Christ, qu’ils connaissent que Dieu les a aimés comme il a aimé son Fils unique, et qu’ainsi leur joie soit en plénitude.

Godefroy de Sevin

« Lève les yeux et regarde, dit le Seigneur à Abraham, regarde le ciel et compte les étoiles si tu le peux  ». Pour se révéler, Dieu commande à Abraham de jeter son regard dans le silence de la nuit vers la beauté de sa création. Dans cette parole de Dieu, je me suis découvert infime devant son mystère, et pourtant si précieux à ses yeux. Ainsi, dans le creux de mon âme, se déploient les cieux sous le regard de la foi, et une vocation à en être le témoin. En choisissant de donner ma vie pour le service du peuple de Dieu, j’avance avec une joie profonde et une confiance filiale dans l’appel de l’Eglise. Cet appel aujourd’hui décisif, Dieu l’avait préparé : c’est pourquoi je rends grâce à ma famille qui m’a transmis la foi, au scoutisme qui a façonné ma disponibilité, et à tous les fidèles dont la prière et l’attention ont soutenu mon parcours.

Alexandre Descamps

Baptisé à 11 ans, c’est cette même année que le Seigneur m’a fait la grâce, un Jeudi Saint, de devenir servant d’autel. Et c’est en m’attirant près de lui chaque dimanche qu’Il a semé discrètement ses graines dans mon cœur. Et ainsi, lors d’un camp ski en 3ème, grâce au témoignage d’un séminariste, je me suis posé pour la première fois cette question : « Pourquoi je ne deviendrais pas prêtre moi aussi ? » J’ai vite oublié cela, mais le Seigneur a continué à œuvrer patiemment en moi. C’est en école d’ingénieur que l’appel a ressurgi de façon plus intense et que j’ai décidé d’y répondre par le don entier de ma vie. Enfin, je rends grâce pour tout ceux qui m’ont accompagné durant toutes ces années.

Stéphane Fonsalas

Le Seigneur m’a appelé à la vie dans une famille née de la confluence du laïcisme et du catholicisme. Malgré les différences marquées, j’ai grandi entouré de personnes aimantes et dévouées. Aussi la foi que je découvrais par le catéchisme et le scoutisme était sans cesse interrogée par la vie de mes proches.

Soudain, au cours de mon chemin le Seigneur m’a séduit. Après un certain temps passé à m’enliser dans le même péché, après des « non » répétés mais toujours regrettés, l’amour du Seigneur m’a saisi au moment même où il m’accordait son pardon pendant une confession. Cet amour était tel que je voulais absolument le transmettre à tout homme.

Grâce à une expérience comme volontaire MEP en Asie, à la formation au séminaire de Versailles puis au Studium de Notre Dame de Vie, mon amour du Christ, de l’Église et de tout homme s’est épanoui et c’est libre et joyeux qu’aujourd’hui, uni au Christ serviteur, j’offre ma vie pour le service de votre joie.

Christophe Roumegous

Je suis né il y a 37 ans dans les Landes où j’ai grandi. Je me suis installé à Poissy après mes études d’ingénieur en informatique. J’ai travaillé 7 ans dans diverses sociétés de service informatique. À la suite d’un long cheminement spirituel, le Christ par son Évangile a transformé ma vie et je suis entré à la Maison Saint Jean-Baptiste en 2012. Je me réjouis de répondre aujourd’hui à son appel pour servir son Église et annoncer l’Évangile du salut. C’est pour moi la meilleure façon de rendre gloire à Dieu et de servir les hommes pour lesquels Jésus a donné sa vie : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » Mc 1, 15.

Olivier Rousseau

Engagé comme servant d’autel à Versailles et comme scout, ma foi a été fondée dans le service de l’Eucharistie et celui du prochain. Après ma confirmation en 3ème, j’ai progressivement – et difficilement ! – entendu l’appel de Jésus-Christ à le servir en son Église. Pendant mon lycée, puis en étant chef scout, par un grand voyage, par les rencontres en licence d’économie, j’ai compris peu à peu que mon chemin de sainteté me menait à la Maison St Jean Baptiste. Dès lors, grâce à l’accompagnement reçu au séminaire, en ayant découvert l’Église pauvre et missionnaire en Amazonie pendant un an, en étant témoin des beautés de la paroisse de Trappes et en ayant été creusé par la vie d’oraison, je suis heureux d’être présenté et consacré pour la mission !