Logo diocèse de Versailles

Sens et modernisation de la quête


La quête, on la prépare parfois on l’oublie, ou plus high tech, on donne par smartphone ou CB. Mais quel est son sens ? Juste une contribution financière ou vrai geste liturgique ?

Très tôt, dans l’histoire de la chrétienté, les fidèles ont été appelés au partage et à la générosité. Ainsi lorsqu’on annonce une famine à Jérusalem, les chrétiens d’Antioch décident-ils de venir en aide aux frères de Jérusalem et de Judée et font-ils en sorte que les dons soient prêts lors du passage des quêteurs.

« Dieu aime celui qui donne avec joie », le don de Dieu se prolonge ainsi dans le don que l’homme est capable de faire.

Le sens de la quête

Jean-Marie Valentin, diocésain et président des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC) de Paris, nous a livré, à travers une chronique pour RCF, une explication profonde du sens de la quête.

Ce geste liturgique a perdu, selon lui, son sens spirituel initial. Si le produit de la quête diminue d’année en année, ce n’est pas une question économique, ni une question d’incompréhension de l’usage que l’on fait de ces fonds. Mais plutôt une perte de sens de cet acte liturgique. Si on en fait une question d’argent, on passe à côté du sujet. Si on en fait une question de sens, l’argent ne sera plus une question.

Et la quête « dématérialisée » ? C’est pour lui un sujet d’attention. Il ne faut pas que la raison d’être de la quête s’en trouve à son tour dématérialisée car la quête ’est l’offrande de notre travail. C’est un acte liturgique.

Si la quête a lieu au moment de l’offertoire, c’est que notre don est le signe de l’offrande que nous faisons de nos vies, de notre travail et de nous-mêmes, unis au Christ à la messe ; un vrai signe, qu’explicite la 1ère prière eucharistique : « nous te présentons, Dieu de gloire et de majesté cette offrande prélevée sur les biens que tu nous donnes … »

Il devient de plus en plus rare de payer en espèces au quotidien c’est pour cela que certaines paroisses du diocèse mettent en place la quête dématérialisée. Mais les corbeilles ne sont pas abandonnées pour autant, et chacun demeure libre de continuer à donner à la quête comme il l’entend.

La quête monétique, une réalité dans notre diocèse

Le bruit des pièces tombant dans le panier lors de la quête est-il voué à disparaître ? ​Comme le reste de la population, il est probable que les fidèles auront de moins en moins de monnaie en poche. ​

Face à ce processus en marche, le diocèse réagit et expérimente de nouvelles techniques de collecte car la quête constitue le revenu principal d’une paroisse !

Depuis plus de 2 ans, le diocèse de Versailles propose de faire une offrande via l’appli « La Quête », téléchargeable gratuitement sur smartphone, qui permet de faire un don du montant de son choix. ​La paroisse est créditée chaque mois, sous forme de virement bancaire.​ 32 paroisses l’utilisent déjà !  

Pour ceux qui tiennent au geste du don, 8 paroisses sont désormais pourvues de corbeilles connectées en osier. D’aspect traditionnel, elles renferment en fait un terminal qui permettra au fidèle, muni d’une carte bancaire, de payer sans contact deux, trois, cinq ou dix euros.​

Enfin, les bornes connectées permettent de faire une offrande en quelques secondes, pour la quête, pour le denier, pour des cierges ou encore pour une offrande libre. Elles vont être testées dans 3 paroisses.

Quoi qu’il en soit, rappelons-nous que notre petite aumône nous rappelle la grande aumône que le Christ nous fait du don de sa vie dans le sacrifice eucharistique qui est le sacrifice de la croix ;  que les fidèles s’unissent au Christ qui s’offre à son Père. « Que l’Esprit Saint fasse de nous une éternelle offrande à ta gloire ! » conclue Jean-Marie Valentin dans sa chronique sur RCF.