Logo diocèse de Versailles

Témoignage des quatre nouveaux diacres ordonnés en vue du sacerdoce


Mgr Aumonier célèbrera les ordinations diaconales en vue du sacerdoce, le dimanche 8 septembre 2019 à 15h30, en l’église saint Germain de Saint Germain en Laye. Leur témoignage nous édifie et nous permet de rendre grâce à Dieu pour leur vocation.

Arnaud de Lamberterie

Le Seigneur a patiemment et discrètement accompagné mes pas jusqu’à Lui : une famille profondément croyante, des engagements dans le scoutisme, le service de l’autel, des groupes de prière, …, mais aussi des figures de pasteurs, dans ma paroisse et mon diocèse, qui m’ont fait comprendre que Dieu pouvait véritablement combler le cœur de celui qui se laissait saisir par Lui. Je suis rentré au séminaire, répondant à un désir qui s’est fait jour au début de mes années d’études d’architecture, alors que je découvrais la prière personnelle, particulièrement dans le cadre des routiers scouts d’Europe. Ce désir s’est approfondi, au séminaire, en mission à l’association du Rocher à Marseille, auprès de plusieurs paroisses : ces années ont été un lent apprentissage de mes talents et faiblesses, pour que le Seigneur y fasse rayonner sa gloire, appelant malgré les incapacités de ceux qu’il a choisi : « ne crains pas, car je suis avec toi pour te délivrer » (Jr 1,8).

 

Gaël Jacob

J’ai grandi dans une famille catholique pratiquante à Neauphle-le-Château. Aussi loin que je me souvienne, le Christ a toujours fait partie de ma vie et j’ai été très tôt marqué par la nécessité de me donner à lui pour servir l’Église comme prêtre. Cet appel est revenu au lycée, avec beaucoup d’angoisses. Il m’a fallu cinq ans, après une licence de Gestion, pour découvrir sa beauté et apaiser mon âme. Par la suite, le séminaire a été un beau chemin pour apprendre que cet appel est fondamentalement celui du service de l’Église, en particulier des plus pauvres. Je rends grâces d’avoir pu découvrir cela par des missions auprès du Secours catholique, de drogués et, plus récemment, en étant moi-même affaibli par une blessure.

Gautier Picard Destelan

« Le Seigneur, mon Dieu, m’a ouvert l’oreille » (Isaïe 50). La voix de Jésus, j’ai appris à la reconnaître dès mon enfance, dans ma famille, dans l’Église. À mesure qu’elle devenait plus familière, au cours de mes années de jeunesse, elle a fait grandir en moi le désir de la suivre, presque à tâtons, au séminaire : c’est de là, je le sentais, qu’elle m’appelait. Je l’ai reconnue dans la vie de charité avec mes frères séminaristes, je l’ai reconnue dans l’eucharistie, je l’ai reconnue dans les Écritures, dans la vie de l’Église, et dans la voix de ses pauvres et de ceux qui cherchent Dieu. Le cœur de Jésus, que saint Jean s’est plu à écouter battre, je l’écoute aujourd’hui dans l’Église que, comme diacre, je reçois la grâce de servir !

Grégoire Sabatié – Garat

Dieu façonna mon cœur grâce à une famille dans laquelle la foi me fut transmise. A 16 ans, recevant le sacrement de la confirmation à St-Germain-en-Laye, je fus saisi par le Christ, brûlé d’un grand désir de le connaître et de le servir. Durant mes études en Ecole de commerce, grâce à des amitiés exigeantes, à des missions caritatives (Tchad, Brésil) et à l’accompagnement spirituel, je compris que ce désir pouvait signifier un appel à une vie consacrée pour la mission de l’Eglise dans le sacerdoce diocésain. 6 ans au Séminaire ont mûri mon amour de l’Eglise diocésaine et universelle – avec 3 riches années à Rome – et c’est une joie de m’engager aujourd’hui pour toujours au célibat, à l’obéissance et à la prière des Heures.

 

Autres informations pour mieux connaître le parcours avant de devenir prêtre sur le site seminaireversailles.fr

Autres articles sur le même sujet :