Logo diocèse de Versailles

Historique


Lancé par le pape Jean XXIII, le concile Vatican II (1962-1965) met à jour la doctrine de la foi afin de réconcilier l’Église et le monde moderne. Cinquante ans après son ouverture, l'aventure n'en est qu'à ses débuts.

Le 25 janvier 1959, le nouveau pape Jean XXIII annonce aux cardinaux son projet de faire venir à Rome les évêques du monde entier. Personne ne s’attendait à l’idée d’un concile de la part de ce diplomate de carrière à l’allure débonnaire.

Le dernier concile, entré dans l’histoire sous le nom de Vatican I (1870), avait été interrompu dans des circonstances dramatiques – l’entrée des troupes italiennes dans Rome –, après avoir défini le dogme de l’infaillibilité pontificale. Par la suite, les projets conciliaires élaborés sous Pie XI et Pie XII étaient restés lettre morte.

“Adapter l’Église au monde moderne après deux siècles d’opposition et d’atermoiements : voilà tout l’enjeu de Vatican II”, résume l’historien Philippe Levillain.

Mettre à jour la doctrine de la foi

Dans une volonté de mettre à jour la doctrine de la foi (“aggiornamento”), le concile Vatican II s’ouvre le 11 octobre 1962. Un événement historique retransmis dans le monde entier : plus de 2 300 évêques et cardinaux de tous les continents, cultures et régimes politiques, entrent en procession dans la basilique Saint-Pierre de Rome pour l’ouverture du Concile. Des centaines de représentants d’autres Églises, conviés comme auditeurs, ont fait le déplacement.

4 sessions annuelles sur 3 ans

Vatican II s’étirera sur quatre sessions annuelles – de 1962 à 1965 – au cours desquelles les pères du Concile auscultent tout : sources de la foi, liturgie, liberté religieuse…

Source : http://www.pelerin.info