Logo diocèse de Versailles

Fin de vie


Question à l’ordre du jour des états-généraux de la bioéthique : Faut-il légaliser l’assistance au suicide ?

Une consultation citoyenne

De janvier à juin 2018, la consultation citoyenne a pris la forme suivante :

  • un panel de citoyens tirés au sort
  • 300 auditions d’experts (instances religieuses, militants associatifs, monde scientifique, politiques)
  • Des réunions publiques ouvertes à tous sur inscription, organisées par les espaces de réflexion éthique régionaux du CCNE
  • Une plate-forme d’information, d’expression et d’échanges sur internet ouverte à toute contribution.

Le compte-rendu de cette consultation est disponible sur le site des Etats-généraux de la bioéthique. 

Etat des lieux

Depuis 2002, il existe une co-responsabilité du médecin et du patient sur les soins que ce dernier reçoit ; les directives anticipées du patient s’imposent même au médecin sauf en cas d’urgence vitale, il prendra alors les mesures appropriés validées par une procédure collégiale. Ces directives anticipées concernent la conduite à tenir pour le cas où la personne serait hors d’état d’exprimer sa volonté.

Par ailleurs, les soins palliatifs, actifs et continus sont administrés pour soulager la douleur, apaiser la souffrance psychique. Ils servent aussi à sauvegarder la dignité de la personne malade et à soutenir son entourage jusqu’à la fin. Sous certaines conditions il est autorisé une sédation profonde et continue provoquant une altération de la conscience maintenue jusqu’au décès et accompagnée d’un traitement de la douleur.

Risques

Où place t’on le curseur entre sédation d’accompagnement de fin de vie et sédation provoquant la mort ? L’agonie peut placer les proches en situation de détresse mais faut-il pour les soulager, donner la mort ?

Pistes proposées par le groupe de travail de la CEF

Ne faut-il pas développer la relation et la confiance, dans une « proximité responsable » qui prenne soin de la personne dans sa dignité sans abréger sa vie et sans s’acharner inutilement contre sa mort ?

Par ailleurs, ce jeudi 22 mars 2018, les 118 évêques de France réunis à Lourdes, ont signé une déclaration sur la fin de vie :
“OUI à l’urgence de la fraternité”.

Pour aller plus loin

04.-FICHE-FIN-DE-VIE-A4

 

Télécharger le fichier pdf

Le Doc’Info n°4 consacré à la fin de vie vous donne accès à des ressources en ligne ou à emprunter auprès du centre de documentation du diocèse de versailles.

La SFAP, Société française d’accompagnement et de soins palliatifs, propose une documentation très large sur les soins palliatifs.

Sur le même thème