Logo diocèse de Versailles

Réflexion sur Gaudete et Exultate du point de vue de la Diaconie


En quoi l’exhortation sur l’appel à la sainteté dans le monde actuel du Pape François interpelle-t-elle chacun d’entre nous et en particulier notre relation vis-à-vis de nos frères ? 

« Nous sommes tous appelés à être des saints en vivant avec amour (…) dans nos occupations quotidiennes. » (§14) La sainteté n’est pas, Dieu merci, un héroïsme d’un autre âge réservé à une élite religieuse ! Mais ce n’est pas pour autant un chemin facile ! Le Pape François souligne les risques, du fait de notre orgueil, de tomber dans la toute-puissance du savoir ou dans l’autosatisfaction d’une bonne conduite : « La perfection des personnes se mesure par leur degré de charité et non par la quantité des données et des connaissances qu’elles accumulent. » (§37)

Il affirme la place centrale de la grâce : « C’est seulement à partir du don de Dieu, librement accueilli et humblement reçu, que nous pouvons coopérer par nos efforts à nous laisser transformer de plus en plus. (…) L’Eglise a toujours enseigné que seule la charité rend possible la croissance dans la vie de la grâce car ‘si je n’ai pas la charité, je ne suis rien’(1 Co 13,2). » (§56)

D’où l’importance de changer de vie, ce que propose le pape en nous montrant le chemin de la sainteté à la suite du Christ. 

« Dans l’épaisse forêt de préceptes et de prescriptions, Jésus ouvre une brèche qui permet de distinguer deux visages : celui du Père et celui du frère. (….) Car en chaque frère, spécialement le plus petit, fragile, sans défense et en celui qui est dans le besoin, se trouve présente l’image même de Dieu. » (§61)

Le pape François nous conseille alors de mettre en oeuvre les Béatitudes pour parvenir à la sainteté car « elles sont comme la carte d’identité du chrétien » (§ 63)

C’est-à-dire : « être pauvres de cœur, réagir avec douceur, savoir pleurer avec les autres, rechercher la justice avec faim et soif, regarder et agir avec miséricorde, garder un cœur pur car « le Seigneur demande un don de soi au frère qui vienne du cœur » (§85), être des artisans de paix,  « accepter le chemin de l’Evangile même s’il nous crée des problèmes » (§94).

Le Pape nous donne des pistes concrètes afin de répondre à cet appel à la sainteté dans le monde actuel en insistant sur l’importance de la prière : « celui qui s’appuie sur Dieu peut également être fidèle aux frères » (§ 112), sur l’importance de l’écoute de la Parole de Dieu afin « d’apprendre de Lui » (§150)  et sur l’importance de la communauté  : « La sanctification est un cheminement communautaire, à faire deux à deux (…) » Ainsi, Saint Jean de la Croix disait-il à un disciple :’tu ne vis avec d’autres que pour être travaillé, exercé par tous.’ » (§141)

Le Pape François nous donne comme exemple le témoignage de saints, des grands saints, depuis les Pères de l’Eglise jusqu’aux saints modernes comme Thérèse de Lisieux, Jean-Paul II ou Sœur Teresa de Calcutta qui essayait de vivre les œuvres de miséricorde « Dieu se sert de nous, de vous et de moi, pour que nous soyons son amour et sa compassion dans le monde, malgré nos péchés, nos misères et nos défauts. » (§ 107)

Le Pape termine son exhortation en se tournant vers la Vierge Marie qui « a vécu comme personne les béatitudes de Jésus (…) Elle est la sainte parmi les saints, la plus bénie, celle qui nous montre le chemin de la sainteté et qui nous accompagne. » (§176)

A nous de suivre le Christ dans la joie : « L’amour fraternel accroît notre capacité de joie, puisqu’il nous rend capables de jouir du bien des autres. » En effet, « il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir (Ac 20, 35) » (§128)

Un beau message de notre Pape François à lire et à méditer cet été !

MS de Montalivet

image : la Visitation, Jacopo Pontormo – 1528