Logo diocèse de Versailles

Un exemple concret d’utilisation du denier


Au-delà du soutien matériel aux prêtres de notre diocèse, le denier est destiné principalement à l’annonce de l’Evangile à travers nos actions pastorales. Ces actions sont nombreuses, essentielles et peu visibles de la plupart des fidèles. D’où les questions légitimes sur l’affectation du denier.

Dans les Yvelines, 22 000 donateurs au denier font vivre le diocèse. En effet, il s’agit de la première ressource de l’Eglise ; les dons sont destinés à faire vivre nos prêtres (en activité, prêtres âgés, séminaristes) et à pourvoir aux besoins des paroisses. Ils servent aussi aux missions pastorales telles que la catéchèse.

Un exemple concret : la catéchèse

Le service diocésain de la catéchèse est composé de 9 personnes (6 salariés et 3 bénévoles) et bénéficie du soutien d’une assistante qu’il partage avec les services du pôle « enfance-adolescence » du diocèse. Il  rémunère l’équivalent de 2,5 temps pleins. Le budget 2018 de ce service est de 88.000 euros, presque exclusivement constitué des charges du personnel.

Cette équipe pastorale soutient l’action des responsables et coordinateurs de catéchèse des paroisses du diocèse et veille à la bonne marche d’un réseau d’environ 900 catéchistes, chargés d’annoncer la Bonne nouvelle à plus de 7 500 enfants.

Une vingtaine de formations des catéchistes sont assurées par ce service chaque année, la plus emblématique étant la journée Emmaüs, co-organisée avec les aumôneries de l’enseignement public et l’enseignement catholique, et qui rassemble environ 300 catéchistes.

Une érosion régulière des ressources du diocèse

Comme tous les diocèses de France, notre diocèse est confronté à une érosion régulière de ses donateurs, de l’ordre de 1 à 2 % par an. Les principales raisons vous sont familières : baisse de la pratique religieuse, charges familiales…

Si la générosité publique progresse régulièrement sous la pression des nombreuses organisations faisant appel aux dons, l’Eglise n’a ni la volonté ni les moyens de se battre sur ce terrain où les budgets publicitaires sont importants. A fin octobre 2018, la tendance historique de baisse de 1 % se confirme.