Logo diocèse de Versailles

Une journée extra-ordinaire avec les gens du voyage


« Voulez-vous connaître une communauté éprise de liberté, profondément croyante, et parfois… mal aimée ? Alors venez, je vous emmène ! » Récit d’Etienne Bourdin, diacre, aumônier de l’aumônerie diocésaine des gens du voyage.

9h30. J’ai rendez-vous avec Madison près de Plaisir. Elle possède un terrain sur lequel elle a installé un tout petit chalet, presque un cabanon de jardin. Sur le terrain d’à côté, son voisin, qui est un gadjo (un non-voyageur), a installé un petit chalet identique. Madison ne comprend pas : alors que les deux terrains sont astreints aux mêmes règles d’urbanisme, le maire lui refuse l’électricité, alors qu’il l’autorise pour son voisin… Peut-on suspecter une discrimination ? Avec des amis, nous cherchons comment constituer une médiation avec la mairie pour régler cette situation qui semble injuste…

14h. Me voici dans la caravane qui sert de cuisine de Cindy à Limay. Elle voudrait un micro-crédit de 3 000 € pour la changer. Ensemble nous remplissons un dossier qui sera validé par le Secours Catholique avant d’être présenté à une banque partenaire. C’est un moment privilégié pour aborder le budget familial. Comme Cindy dépense peu pour elle, elle pourra rembourser. Mais le coût de son logement est assez cher, car elle stationne sur une aire d’accueil des gens du voyage : le coût en est conséquent, et à revenu égal, elle bénéficie de beaucoup moins de soutien que si elle vivait dans un appartement : ni APL, ni chèques énergie. Je ne comprends pas la loi…

Baptême de Brad en 2018

16h30. J’entre dans la caravane de Mélanie près de Gargenville. Elle désire profondément être confirmée. Bonne surprise : sa mère est venue et veut aussi faire sa confirmation. Pour être tranquille, Mélanie préfère que je vienne quand ses deux filles sont à l’école. Nous ouvrons « Chrétien tout simplement », un livret qui présente la foi dans toute sa profondeur, mais avec les mots de chaque jour. Le thème d’aujourd’hui : aimer et pardonner. C’est un thème qui entraîne plein de questions. Nous prenons deux heures ensemble pour parler de choses profondes : l’exigence de la foi, l’amour, le pardon. Cet échange est un vrai bonheur, autant pour Mélanie et sa mère que pour moi. En sortant, sa cousine m’interpelle avec le sourire : elle souhaite faire baptiser très bientôt ses deux enfants, et veut que je vienne la voir…

20h30. Ce soir, réunion de prière des gens du voyage à Sartrouville, animée par des voyageurs. Nous sommes une cinquantaine. Les chants sont animés avec un accompagnement musical composé par un voyageur : un homme qui écrit des cantiques et s’accompagne du clavier sans avoir jamais pris un seul cours de musique… Sûr, l’Esprit Saint l’a favorisé ! On commence par des chants joyeux de louange au Seigneur et à l’Esprit Saint. Puis lecture de l’Évangile, que j’explique ; et le responsable de la prière prend la parole en utilisant des tournures qui lui sont propres. Aujourd’hui, prière d’entrée en catéchuménat de Mayron, un jeune homme qui désire le baptême, puis adoration en silence du Très Saint Sacrement, en priant pour les gens du voyage malades. Et les cantiques reprennent jusqu’au Notre-Père final et la bénédiction. Avant de partir, je discute avec les uns et les autres : on me demande de prier pour des malades…

23h. Retour chez moi, après une journée extra-ordinaire comme toutes les journées que je passe avec des voyageurs : ils sont vifs, parfois assez « cash », certains vivent vraiment de peu, mais tous sont remplis d’espérance. Et ils ont toujours soif de connaître le Seigneur, et heureux que des amis viennent partager leur vie. Ce soir, je remercie le Seigneur, pour Madison, Cindy, Mélanie, Mayron et le groupe de prière, et tous ceux qui ont rendu cette journée si heureuse.

Etienne Bourdin, diacre