Logo diocèse de Versailles

9 juin 2019 : Chavouot 5779 Le don de la Torah !


Cette année 5779 Chavouot sera célébrée les 8 et 9 juin, c’est-à-dire 49 jours après Pessah (selon Lv 23, 15-17). C’est ainsi que les Actes des Apôtres (2,1) mentionnent que Le jour de la Pentecôte, ils se trouvaient tous ensemble… : il s’agit bien sûr de la Pentecôte juive – Chavouot – Pentecôte signifiant ‘cinquantième’.

Exode 23,16 : “Tu observeras la fête de la Moisson, des premiers fruits de ton travail, de ce que tu auras semé dans les champs”Chavouot est l’une des trois fêtes dites « de pèlerinage » : à l’époque du Temple, on montait en pèlerinage à Jérusalem à cette occasion. Chacune des trois fêtes de pèlerinage est mise en lien avec un temps de la vie agricole : Chavouot marquait initialement un temps fort du calendrier agricole au Proche-Orient ancien, la moisson.

Chavouot célèbre le don fait par Dieu à Moïse du Décalogue et de la Torah sur le Mont Sinaï, 7 semaines après la sortie d’Égypte du peuple d’Israël mené par Moïse. La veille, les juifs prennent un bain rituel de purification. La coutume veut aussi que l’on consacre toute la nuit à l’étude de la Torah qui doit permettre à l’être humain d’atteindre la perfection. Chavouot a lieu 7 semaines après Pessa’h, raison pour laquelle elle est aussi connue sous le nom de ‘Pentecôte juive’. Elle est l’occasion de repas festifs et de consommation de produits laitiers car sitôt après avoir reçu la Torah, le peuple juif n’ayant pas eu le temps de préparer la viande cachère pour respecter les lois de Che’hita, consommèrent des produits laitiers.

Fête du don de la ToraChavouot est considérée comme la clôture de Pessah. En effet la tradition orale du judaïsme l’affirme : les Hébreux n’ont été libérés de l’esclavage d’Égypte que pour devenir les serviteurs de Dieu en observant la Tora. En hébreu, on utilise le même mot – ‘eved – pour désigner l’esclave et le serviteur. Cette année 5779 Chavouot sera célébrée les 8 et 9 juin, c’est-à-dire 49 jours après Pessah (selon Lv 23, 15-17). C’est ainsi que les Actes des Apôtres (2,1) mentionnent que Le jour de la Pentecôte, ils se trouvaient tous ensemble… : il s’agit bien sûr de la Pentecôte juive – Chavouot – Pentecôte signifiant ‘cinquantième’.

L’une des particularités de la fête de Chavouot est précisément l’absence de mitsva particulière. En revanche, cette fête regorge d’usages et de coutumes, aux origines toujours très intéressantes…La principale coutume de Chavouot est l’étude de la Tora durant toute la nuit, ce qu’on appelle le tiqqoun, le perfectionnement (de chacun par l’étude). Une très ancienne coutume veut que l’on décore les synagogues et les maisons avec des plantes et des fleurs pour la fête de Chavouot, pour rappeler que le mont Sinaï s’était couvert de verdure lors du Don de la Torah. Beaucoup de communautés ashkénazes ont l’habitude de manger des kreplakh – sorte de raviolis – dont la forme à trois angles rappelle que la Torah est composée de trois parties – Torah, Prophètes, Hagiographes –, et qu’elle fut donnée à un peuple divisé en trois campements – Cohen, Lévi et Israël. D’autres ont la coutume d’assaisonner leurs plats avec du safran, dont la couleur rappelle le miel. Enfin, certains confectionnent de longs pains, dont les extrémités se divisent en deux, de sorte à former quatre angles.

Aude de la Motte. 

Sources : Chabad.org, Sidic, Actualité Juive.

Pour aller plus loin : vous pouvez écouter les conférences à propos de cette fête de Chavouot sur le site : AKADEM.