Logo diocèse de Versailles

L’apparition


De Xavier Giannoli

Genre : presque un policier, fiction dramatique.

Date de parution en France : 2017

Durée : 2h17

Fiche téléchargeable à imprimer

Résumé (allociné)

Jacques, grand reporter pour un quotidien français reçoit un jour un mystérieux coup de téléphone du Vatican. Dans une petite ville du sud-est de la France une jeune fille de 18 ans a affirmé avoir eu une apparition de la Vierge Marie. La rumeur s’est vite répandue et le phénomène a pris une telle ampleur que des milliers de pèlerins viennent désormais se recueillir sur le lieu des apparitions présumées. Jacques qui n’a rien à voir avec ce monde-là accepte de faire partie d’une commission d’enquête chargée de faire la lumière sur ces événements.

 

Analyse

Les lieux

Les scènes du début et de la fin du film nous envoient sur le terrain de la guerre au Moyen Orient. Elles se répondent et permettent de situer l’itinéraire de l’enquêteur, le journaliste Jacques en l’intégrant à un contexte global, une tranche de vie particulière pour lui.

Hormis les déplacements qui permettent de mettre en place l’enquête, l’action se déroule sur le lieu des apparitions qui commencent à poser des problèmes d’ordre public du fait de l’affluence de pèlerins.

Les personnages :

De nombreux personnages secondaires gravitent autour de la voyante et l’enquêteur.

Retracer l’itinéraire de Jacques et d’Anna permettra de préciser le rôle de chacun d’autant que la construction du film en 5 chapitres permet de structurer ces interventions et leurs impacts.

Les objets – les gestes

Quel rôle pour le drap taché de sang ? pour les lettres qu’Anna vient récupérer ?

Quel rôle pour les plumes qui remplissent les couettes fabriquées au couvent ?

Quel rôle des objets de piété, du chapelet qui est souvent dans les mains de la voyante ?

Quel rôle de l’icône de Kazan ?

Quelle place pour la piété populaire avec le besoin de toucher Anna, de bénir les objets… ?

 

Propositions d’échanges après le temps d’analyse

Comment entrer en relation : la question du regard, des sens

Le regard d’Anna est saisissant. Repérer comment elle regarde les uns et les autres. Comment qualifier la manière dont elle regarde Jacques ? Comment les cadrages appuient ses regards ?

 

Et dans nos vies, quelles occasions pouvons-nous évoquer où le regard est porteur de sens, de relation ?

Par exemple à Lourdes pour les personnes qui aident aux piscines, il n’y a pas de grands échanges avec les pèlerins, c’est le regard qui porte et accompagne le geste à accomplir.

Et dans nos liturgies au moment du geste de paix ?

 

Et dans la Bible, Jésus « pose son regard » sur ceux qu’il vient rencontrer. On pourra citer plusieurs rencontres racontées dans l’évangile et en retenir plus particulièrement une pour faire un pas de plus.

 

La mise en relation se fait aussi par le toucher. Anna touche Jacques pour atténuer les douleurs aux oreilles. Ce sont alors les évangiles de guérison qui viennent résonner.

Tous les sens viennent donner une profondeur humaine au film.

 

Autour des gestes (sens du toucher en particulier) et la piété populaire

Quelle démarche de foi nous est présentée ?

Le film évoque une apparition mariale : quel est le message de Marie ? (« J’ai vu la souffrance de mon peuple »)

Quel que soit le sanctuaire, Marie est toujours chemin vers Dieu. Qu’est ce que le film dit du Christ ? Comment la croix intervient-elle ?

 

Quel rôle pour la relique, drap taché de sang et sang au pieds de Marie ? et plus largement comment sont vus les objets de piété ? Quelle importance de faire le lien entre les objets et Anna elle-même pour l’autre bout du monde ?

 

Sur le toucher : Pourquoi Anna touche-t-elle le mur de la chapelle ?

Les plumes de la couette évoquent douceur et légèreté. A quels moments les images sont-elles montrées ?

 

Du côté d’Anna : comment se prête-t-elle aux célébrations au milieu de la foule ? Elle subit manifestement une pression : peut-on parler de manipulation ? préciser par des exemples de scène que vous avez gardé en mémoire pour argumenter dans un sens ou l’autre.

Le film nous conduit jusqu’à la mort d’Anna : pourquoi ? que signifie le don qu’elle fait de sa vie ?

 

Quel est le questionnement du film par rapport à la foi ? (on pourra étudier particulièrement ce que dit la psychologue à Jacques autour de 1h50’). Quelle distinction entre démarche de foi et recherche de preuves ?

Quel est le rapport à la vérité ? Finalement Anna est-elle une menteuse car on la voit agir avec beaucoup d’innocence et de sincérité ?

 

Quelle image de l’Eglise à travers le film ?

Comment est évoquée l’ouverture au mystère ? Qu’est ce qui est dit/montré du doute, du pardon, de la vie chrétienne aussi bien sur le plan de la relation à Dieu par la prière et la liturgie que dans l’action caritative ou humanitaire ?

 

Autour de l’enquête, la quête

L’itinéraire de chaque personnage est à détailler. Quel est le chemin de chacun pour se reconnecter à lui-même dans son intimité ?

Les prêtres : comment évolue le père Borodine, dépassé par ce qui se déroule ? Quel rôle pour Anton ? Qu’est ce qui lie ces deux hommes ?

Qu’est ce qui lie Anna et Borodine ? Pourquoi la surprotège-t-il alors qu’il est dans un village perdu où il arrive enfin quelque chose et où ses prêches manifestent sa foi ?

 

La communauté religieuse du couvent, la commission d’enquête : pourquoi des tensions ? Qu’est ce que les uns ou les autres auraient à gagner ou à perdre ?

 

Anna : Comment est montré le trouble grandissant chez Anna ? A quelles occasions prie-t-elle ?

Comment est montrée la recherche de la vérité (repérer notamment les prises de vue à travers des vitres qui sont comme des obstacles à la vérité) ?

Anna semble sincère dans sa démarche, quelque chose rayonne de sa personne dans l’intensité avec lequel elle vit les évènements.

Pour faire un pas de plus : Sainte Thérèse de Lisieux indique que sa vocation est l’amour. On peut lire un extrait de sa correspondance avec les prisonniers.

 

Jacques a pour objectif de mener une enquête : il veut savoir si la voyante dit ou non la vérité. Dans le résultat transmis à Rome pensez-vous qu’il a tranché la question ?

Le film aurait pu s’arrêter à l’envoi du rapport à Rome. Pourquoi l’histoire se poursuit-elle ? Qu’est-ce que cela nous dit du cheminement de Jacques ?

Comment la relation qui s’établit avec Anna interfère sur sa propre histoire et le deuil de son collègue photographe à faire ?

 

On pourra compléter l’analyse avec les dossiers d’Image et Pastorale et Cin’azur.