Logo diocèse de Versailles

Découvrir le sens du Shabbat pour les Juifs et les Chrétiens


Qu’il est bon de célébrer le Seigneur ! Et de prendre un temps “à part” consacré, réservé à Dieu : ce Dieu qui est notre créateur. C’est ce que le Shabbat nous invite à vivre, nous Chrétiens, et peut nous inspirer et nous aider à sanctifier, c’est-à-dire “mettre à part”, notre dimanche.

Qui rencontre Jésus-Christ, rencontre le Judaïsme” : c’est ainsi que débutait la Déclaration faite en 1980 par les évêques de la République fédérale allemande, affirmation reprise par Saint Jean-Paul II lorsqu’il s’est adressé aux représentants de la communauté juive de Mayence cette année-là. Si nous, Chrétiens, tentons de rencontrer le Christ, alors nous avons à découvrir notre “judaïsme intérieur”. Nous avons à aller à la source de notre foi pour mieux connaître Celui en qui nous croyons, le Messie.

​”Toute notre vie doit être un pèlerinage vers le septième jour ; nous devons toujours garder présent à l’esprit ce qu’il nous apporte, et savoir l’apprécier. Le Shabbat est le contrepoint de notre vie, la mélodie qui se poursuit en dépit de l’agitation et des vicissitudes qui menacent notre conscience, l’affirmation de la Présence de Dieu dans le monde (Abraham Heschel, Les Bâtisseurs du Temps).

Le Shabbat  : un jour saint, hors du temps

Le judaïsme englobe toute la vie. Il sanctifie le temps. Rien dans le temps n’est “soustrait” au judaïsme. “Ce que vous dites, le vent l’emporte. Ce que vous faites, votre enfants s’en souviendra“. Le Shabbat est la plus grande des fêtes du judaïsme ! Le Shabbat est un jour saint – kadosh – c’est-à-dire “mis à part”. Seul jour de la semaine qui a un nom. Un don de l’Eternel pour son peuple : jour de repos, signe de l’Alliance. L’Eternel vient à la rencontre de l’homme. La maison est parée, la table est prête. La famille, vêtue de blanc, se prépare à entrer dans ce temps “hors du temps”, hors des préoccupations, des choses matérielles, de l’agitation… Ne plus FAIRE mais ETRE. Les lumières sont allumées…

C’est le temps de la Présence, de la contemplation. Qu’il est bon de célébrer le Seigneur !


לכה דודי לקראת כלה
Lekhah dodi likrat kallah
Viens, mon bien-aimé, au-devant de la fiancée,
פני שבת נקבלה penei Shabbat nekabelah
Allons accueillir le Shabbat

 

Le Lekha Dodi, composé à Safed au XVIe siècle par le Rabbi Chlomo Halévy Elkabets, est chanté à la tombée de la nuit le vendredi soir pour accueillir la « fiancée Shabbat  » .

 

En savoir plus

Pour découvrir et approfondir le sens du Shabbat pour les Juifs, écouter cette conférence du dimanche 10 janvier 2021 organisée par le Service diocésain des relations avec le Judaïsme :

 
  • Un témoignage de Benjamin et Stéphanie Castel de la Communauté Massorti de St Germain en Laye (curseur à placer à 5mn 15s).
  • Une conférence d’Elzbieta Amsler, Présidente de l’AJC de Versailles, (curseur à placer à 55mn 40s) pour réfléchir sur le Shabbat pratiqué et accompli par Jésus. Elle explique notamment le sens de plusieurs miracles accomplis par Jésus au cours d’un Shabbat, en lien avec cette parole : “Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.” Mt 5,17.
  • La conclusion du Père Emmanuel Gougaud, délégué diocésain pour les relations avec le Judaïsme (curseur à placer à 1h 37mn 26s). L’être précède le faire et l’avoir : tel est l’un des grands enseignements du Shabbat pour notre temps. Le Shabbat libère, et permet d’être attentif à privilégier le fond plutôt que la forme : je suis justifié indépendamment de mes œuvres, de mes actions. C’est Dieu qui justifie le bien fondé de mon existence. Notre mission de chrétien est de montrer que l’on peut vivre autrement. Jésus est notre Shabbat. Il est notre libération, et nous invite à nous inscrire dans une perspective sabbatique en sanctifiant le dimanche : il faut bien un jour par semaine pour que notre vie soit prière.
  • Le psaume en prière finale, lu à deux voix en hébreu et français (curseur à placer à 1h 42mn 24s).

Aude de la Motte
Service diocésain pour les relations avec le Judaïsme

Pour aller plus loin :