Logo diocèse de Versailles
la Confession

Ciné-débat : la Confession à l’affiche


Des dossiers pédagogiques pour accompagner les films : un plus dans l’organisation de débats après une projection.

La production de films dont un personnage est explicitement engagé dans la vie religieuse se multiplie ces derniers mois.

Le 8 mars sort un nouvel opus : La Confession de Nicolas Boukhrief avec Romain Duris. Il s’agit d’une nouvelle adaptation et non un remake du livre Léon Morin prêtre après celle de Melville en 1961.

C’est un beau film avec des cadrages soignés. La bande-annonce du film montre beaucoup de sensualité mais le réalisateur affirme que la question du célibat des prêtres n’est pas l’objet de son film. Le sacrement de réconciliation a la part belle.

Dans un contexte historique précis, pendant la guerre, le film interroge sur le dialogue croyant/non-croyant, la figure du prêtre, l’annonce de l’évangile, l’amour…finalement des sujets très actuels !

Pour faciliter l’organisation de débats après une projection, il existe des dossiers pédagogiques qui permettent de mieux s’y préparer. En particulier, pour les films diffusés par Saje distribution, des pistes pastorales sont proposées en téléchargement gratuit.

Rendez-vous sur le site du distributeur pour les découvrir et notamment celui sur La Confession.

Anne Dagallier


Des curés des Yvelines l’ont vu…

  • « J’ai apprécié cette belle figure de prêtre, qu’on sent profondément enraciné dans sa foi et sa vocation et en même temps ouvert à l’événement, à la rencontre, au dialogue. Le thème de la rencontre entre le croyant et le non-croyant est bien rendu. Chacun se laisse touché par l’autre, humainement et spirituellement. La manière dont l’occupation est traitée est également bien parlante, et montre la difficulté de se situer à cette époque. » Père Dominique.

 

  • « La confession est une page trop connue de la vie des prêtres. Au point de s’être refermée tranquillement dans l’imaginaire populaire Français. Mais en voyant le nouveau film de Nicolas Boukhrief – La Confession – , on est littéralement emporté par l’intrigue qui se noue entre un jeune prêtre, à peine arrivé sur sa paroisse (Romain Duris) et une jeune postière (Marine Vacth), qui se revendique pourtant indifférente à la grâce divine.
    Ce film a la trempe d’un Bernanos, et le divertissement d’une série récente qu’on a aimé voir en famille – « Un village français ».
    Il y a de la fraîcheur, de l’émotion, et du charme dans ce film. Bref, j’ai adoré ! et on en ressort le cœur large et joyeux !
    Alors Bravo et merci ! » Père François

 

  • « Un film dans lequel le prêtre n’est ni un benêt, ni un pervers… osons le dire : ça fait plaisir ! « La confession », le film de Nicolas Boukhrief qui sort au cinéma ce 8 mars, est de ceux-là.
    On y découvre la figure dynamique d’un jeune prêtre, curé de terrain bien dans ses pompes, donné à tous ses paroissiens, homme de foi et d’espérance pendant la période si troublée et tragique de l’occupation allemande. (…)
    Les débats ne manqueront pas de naître pour commenter le zèle apostolique du héros du film qui s’accompagne de réelles imprudences, probablement dictées par sa (trop ?) grande générosité. Qu’on se rassure cependant, le père Morin reste heureusement fidèle à la grâce de son ordination.
    Lorsque le film se termine, on éprouve une impression générale, heureusement partagée par la grande majorité des prêtres de France (et l’auteur de ces lignes !) : le don de lui-même, à tous et pour tous, rend un prêtre heureux. Et la foi rend heureux. Vraiment. » Père Pierre (lire la critique entière sur padreblog.fr)