Logo diocèse de Versailles
la Confession

La Confession : une belle figure de prêtre


Un film dans le contexte historique de la 2e guerre qui interroge le dialogue croyant / non croyant

Film de Nicolas Boukhrief
Date de parution : 2017
Durée : 1h56

La fiche d’animation à imprimer  

Résumé (Allociné)

Sous l’Occupation allemande, dans une petite ville française, l’arrivée d’un nouveau prêtre suscite l’intérêt de toutes les femmes… Barny, jeune femme communiste et athée, ne saurait cependant être plus indifférente. Poussée par la curiosité, la jeune sceptique se rend à l’église dans le but de défier cet abbé : Léon Morin. Habituellement si sûre d’elle, Barny va pourtant être déstabilisée par ce jeune prêtre, aussi séduisant qu’intelligent. Intriguée, elle se prend au jeu de leurs échanges, au point de remettre en question ses certitudes les plus profondes. Barny ne succomberait-elle pas au charme du jeune prêtre ?

Du film à la parole

Partagez vos réactions spontanées. Chacun évoque librement son émotion sur ce qu’il a vécu pendant la projection du film sans que cela n’entraîne de discussion. Il est important de pouvoir parler de soi, de ce qu’on a ressenti, avant de parler du film….

Analyse :

Les personnages : Les deux personnages principaux, Barny et le Père Léon Morin
Comment la relation entre ces deux personnages évolue-t-elle ? Retracer les étapes, les découvertes, quelles phrases importantes de leurs dialogues retenir ? Quels sont leurs idéaux ? On pourra repérer les regards, les gestes et la façon dont est positionnée la caméra suivant les étapes du récit (dialogues ou catéchèse), l’insertion de zooms…

Les autres personnages :
Les collègues de travail à la poste et en particulier la chef : quelles relations entre collègues, quel rapport hiérarchique ? Comment les relations évoluent-elles entre Barny et ses différentes collègues ?

Les allemands : les profils sont divers entre les soldats qui poursuivent, ceux qui surveillent, ceux qui agressent…, et le responsable occupant la ferme qui se positionne en père de famille.

Le couple juif et leur fils Dimitri.
La fille de Barny (enfant et adulte)
La fermière : qui pensez-vous qu’elle soit ?
Les gardiens collabos de la loge
Le jeune prêtre Sébastien qui se rend de nuit pour recueillir la confession.
L’homme qui apporte la tasse de thé à Barny mourante (Dimitri)

Les lieux clés de l’action ; : le bureau de poste, l’appartement de Barny (et la loge), la rue et ses déplacements, le presbytère, le confessionnal (et l’église), la ferme où est gardée la fille de Barny.

L’ambiance et le contexte historique : Quels éléments (objets, relations, éclairages…) traduisent le contexte historique de la guerre dans un village sous domination allemande ? Quels éléments en rapport avec la résistance ? Quels éléments en rapport avec la collaboration, avec les occupants ?
Comment le jeu de séduction rejoint ou pas les conventions sociales de l’époque ?
Comment l’humour habite-t-il le film ?
Comment ressentez-vous le décalage entre le contexte social et historique et la contemporanéité des dialogues ?

Les objets qui ouvrent à une recherche de sens :
Le vélo comme moyen de déplacement
Les bougies
Les lettres (courrier ordinaire ou de dénonciation…)
Les bijoux, anneau, le personnage en fil de fer
Les livres signes de femmes instruites
Les miroirs (et les scènes qui s’y déroulent)
La poire donnée à Barny lors de la première catéchèse

Questions soulevées par le film (non exhaustif !) / Propositions d’animation :

  • Autour de la question de la conversion pour des personnes en situation d’accompagnement

Quel chemin catéchuménal nous est proposé ?

Qu’est-ce que le film nous révèle de l’Eglise ?

Qu’est-ce que le film nous révèle de la foi chrétienne ?

-sur la relation à soi ? aux autres ? à Dieu ?

-sur la vie chrétienne (en particulier la mise en œuvre de la charité) ?

-sur le dialogue foi et raison ?

-sur le rapport à la Parole de Dieu (dans les citations bibliques explicites comme dans le rapport à la Bible, aux livres…) ? On admirera tout particulièrement le cadrage et l’éclairage de la séquence où Barny lit l’évangile et qui fait penser à un tableau de peintre. (à 35’ et plus brièvement à 1h38’…)

 

Quel Dieu nous est présenté ?

 

Pour un pas de plus : on pourra par exemple prolonger la réflexion autour du chapitre 3 de l’Exode (Moïse au buisson ardent) en particulier pour les versets 14 et 15 où Dieu dit qui il est.

 

Quelle est l’attitude pastorale du père Morin en particulier dans les séquences se déroulant au presbytère ?

Comment la situation interroge-t-elle, pour nous aujourd’hui, l’accompagnement spirituel des personnes ? Quelle posture adopter ?

  • Autour de la confession

Le titre du film se justifie par les scènes de début et fin ainsi qu’un court épisode comme une pause au milieu du film. Le père Sébastien est alors auprès de Barny mourante.

Quelle raison peut-on donner à la demande de confession de Barny qui n’a finalement pas été baptisée ?

La scène du milieu du film pose les questions de la vérité. De quelle vérité s’agit-il dans le film ? Comment cela interroge-t-il nos propres recherches de sens de notre vie ?

Finalement de quel amour nous parle-t-on ?

 

On trouvera des éléments complémentaires dans le dossier du distributeur entre dossier de presse et dossier pédagogique.