Logo diocèse de Versailles

Qu’est-ce que l’association Marie-Madeleine ?


Lieu d’accueil, d’écoute inconditionnelle, de libre parole, l’association Marie-Madeleine offre une présence fraternelle qui puise sa source dans le cheminement avec le Christ.

bL’Association Marie-Madeleine créée en 2005 avec et pour des femmes  majoritairement originaires d’Afrique subsaharienne vivant avec le VIH, avec pour objectifs de proposer aux femmes un accompagnement participatif centré sur la personne, au sein d’un espace de prise de parole tout en poursuivant des actions de promotion de la santé et de solidarité

Elle accompagne ces femmes aux pathologies lourdes à observer correctement leur traitement, à rompre l’isolement affectif ainsi qu’à garder des liens avec les enfants restés au pays.

Lieu d’accueil, d’écoute inconditionnelle, de libre parole, l’association Marie-Madeleine offre une présence fraternelle qui puise sa source dans le cheminement avec le Christ.

Après le choc de l’annonce de la maladie, les femmes subissent souvent le rejet, les discriminations, l’exclusion. Rapidement prises en charge sur le plan médical, elles apprennent à vivre avec leur maladie au quotidien. Les trithérapies sont efficaces, mais elles ont de multiples effets indésirables et exigent une observance thérapeutique stricte. Les femmes migrantes que nous accueillons ont dû souvent abandonner l’idée de retourner vivre dans leur pays, auprès de leur famille, leurs enfants, pour poursuivre leur traitement en France.

A Lourdes, les femmes recouvrent une énergie et une force extraordinaires qui les aident au retour quand il faut reprendre la vie quotidienne.

  • Pourquoi le nom de « Marie-Madeleine »

Au début de l’existence de notre association, nous avons cherché un nom, une femme, tirée des Ecritures, le mystère de Marie-Madeleine s’est imposé à nous. Nous avons choisi Marie-Madeleine, parce qu’elle a été accusée de tous les maux, parce qu’elle a su montrer beaucoup d’amour, elle était aux pieds de la croix avec la Vierge Marie, elle est allée au tombeau le jour de Pâques… Elle n’a pas fui, elle a fait face. C’est un modèle, elle représente toutes les femmes.

  • Que propose l’AMM ?

L’association leur propose un lieu unique d’écoute, de partage, de rupture de l’isolement, un accompagnement à l’observance thérapeutique, psychosocial et spirituel. C’est le seul lieu où les femmes sont accueillies dans leur globalité, c’est-à-dire avec leur croyance ou leur foi, quelle qu’elle soit.

Mgr Thomas, Evêque de Versailles a commencé à accompagner et à soutenir les femmes séropositives au VIH et leurs proches dès 1988. Mgr Aumonier a poursuivi avec la même générosité.

Nous proposons des activités liées à l’Education Thérapeutique du Patient, à l’amélioration de la qualité de la vie, au bien-être et à l’estime de soi, à la prévention positive : aquagym, ostéopathie, couture, théâtre, cours de français, ressourcement résidentiel (weekends, pèlerinage à Lourdes et à Notre Dame de la Mer)

  • Pourquoi ces pèlerinages à Lourdes ?

« Parce qu’on n’a plus que la foi pour vivre… » disent-elles. Elles sont une trentaine quelques hommes et des enfants, à venir chaque année. Elles viennent des Yvelines, et de province. Les femmes ont une grande dévotion à la Vierge Marie. Même les musulmanes, les protestantes ou à la recherche de soutien spirituel viennent se confier à la Mère de Jésus.

Nous sommes logées dans le même hôtel par le diocèse de Versailles, ce qui nous permet de prendre, un soir sur deux, un temps de partage sur ce qui s’est vécu intensément dans la journée. Bien sûr, il y a des accompagnants, des infirmières bénévoles, des séminaristes et un diacre pour assurer un soutien médical, physique et spirituel.

A Lourdes, les femmes recouvrent une énergie et une force extraordinaires qui les aident au retour quand il faut reprendre la vie quotidienne.

  • Pensez-vous que l’Hospitalité et l’AMM puissent vivre quelque chose ensemble à Lourdes ?

« Nous pouvons tisser des liens avec les malades de l’Hospitalité. Notre lien commun est la maladie et le handicap, qui excluent, qui font peur. Il y a encore beaucoup d’ignorance, d’idées fausses, le VIH/SIDA est une maladie transmissible mais non « contagieuse ».En 2016, les gens ont encore  peur.. Mais on peut se battre ensemble, partager nos expériences. On pourrait prendre un temps de partage, ou bien faire le chemin de croix ensemble…. »