Logo diocèse de Versailles
migrants

L’accueil des migrants et des réfugiés, un défi missionnaire pour le 3ème millénaire.


Du 19 à 22 Mars 2017, des délégués de la pastorale des migrants dans les villes de l’Europe ont travaillé à Rome autour du thème: “les périphéries géographiques et existentielles de la mobilité humaine”.

Etaient représentés les diocèses de Barcelone, Bâle, Zurich, Berne, Bruxelles, Paris, Versailles, Marseille, Vienne, Milan, Turin, Agrigente et Rome.

Des interventions d’experts ont permis d’analyser le sujet d’un point de vue sociologique, pastorale et théologique.

En particulier, l’analyse sociologique de Laura Zanfrini, professeur au séminaire de Milan, a révélé quelques-uns des éléments clés pour lire la migration en Europe et a montré comment la condition de migrants en Europe entraîne l’homme aux périphéries.

Un défi missionnaire de l’Église

Mgr Fabio Baggio, en charge, au sein du dicastère pour le développement intégral humain, du département migrants directement rattaché au Saint Père, a affirmé que l’accueil et l’accompagnement des réfugiés et des migrants est le défi missionnaire de l’Église pour le 3ème millénaire, et que toutes les forces de l’Église doivent se mobiliser pour cet accueil. Il a dit la volonté du Pape François que soit proposés des lieux de rencontre vraie et repris les 4 verbes par lesquels celui-ci décline la réponse à apporter aux migrants :

« Accueillir, Protéger, Promouvoir, Intégrer ».

Stella MORRA, théologienne à l’université pontificale grégorienne, nous a fait réfléchir sur les péripheries comme “pierre rejetée”, pointant que l’Église était en pleine mutation, mutation semblable à celle vécue par les pères de l’Église aux 4ème et 5ème siècles.

Comment les périphéries nous disent quelque chose de Dieu, la mobilité humaine d’aujourd’hui, donne ce fruit concret de la rencontre des cultures : il est venu le moment favorable pour l’Église, d’entrer en transition.

Parallèlement la visite de lieux symboliques de la migration et des périphéries a permis de vivre concrètement et intensement cette réalité et d’y voir une présence d’Église forte et engagée au service des plus pauvres, au service des migrants et des réfugiés.

L’encouragement du pape François

La rencontre s’est terminée par l’audience générale le mercredi 22 mars au cours de laquelle, le pape nous a remercié et encouragé à poursuivre cette mission complexe et difficile de l’accueil et de l’hospitalité des personnes déplacées et des réfugiés, facilitant leur intégration, en tenant compte des droits et obligations réciproques de ceux qui accueillent et ceux qui sont accueillis.

“ Le problème des réfugiés et des migrants est la plus grande tragédie depuis la Seconde Guerre mondiale” a dit le pape François.