Logo diocèse de Versailles

1er janvier : la Paix passe par la prière et par la rencontre de l’autre


Chaque année depuis 1968, l’Eglise catholique célèbre la Journée mondiale de la Paix le 1er janvier. A cette occasion, le Vatican publie quelques jours avant une lettre du pape dans laquelle les chrétiens sont invités à commencer l’année en priant pour la paix.

Chaque année depuis 1968, l’Eglise catholique célèbre la Journée mondiale de la Paix le 1er janvier. A cette occasion, le Vatican publie quelques jours avant une lettre du pape dans laquelle les chrétiens sont invités à commencer l’année en priant pour la paix. Partout dans le monde, de nombreux mouvements, comme Pax Christi, s’emparent de ce message annuel pour sensibiliser les chrétiens à la responsabilité de chacun à être ‘artisan de paix’. Concrètement, ils proposent de commencer l’année avec des marches, des rassemblements ou des temps de prière pour la paix.

Développer une « culture de la rencontre »

Cette année, cette lettre a pour thème « la paix, chemin d’espérance : dialogue, réconciliation et conversion écologique ». Dans ce message, le pape François propose des pistes pour parvenir à la paix. Cette paix, ce « bien précieux », est possible si l’on garde au fond de soi l’espérance et si l’on est prêt à ouvrir son cœur à de respectueuses relations fraternelles : « On n’obtient pas la paix si on ne l’espère pas », écrit le pape. « Il s’agit avant tout de croire en la possibilité de la paix, de croire que l’autre a le même besoin de paix que nous. En cela, l’amour de Dieu pour chacun de nous peut nous inspirer.” Et le pape d’ajouter : « L’espérance donne des ailes pour aller de l’avant, même quand les obstacles semblent insurmontables. »

Le pape François invite alors à dépasser nos peurs et passer de la « culture de la menace » à la « culture de la rencontre ». Une des pistes qu’il propose aux chrétiens est le sacrement de Réconciliation qui invite à abandonner toute violence et garder les yeux vers le Seigneur Jésus Christ venu tout réconcilier : « Le pardon reçu du Christ nous met en chemin afin de l’offrir aux hommes et aux femmes de notre temps. »

Mettre fin à un climat de peur

Le pape souligne dans son message à quel point le climat de peur dans lequel nous vivons peut être mortifère. Ce climat renforce « la fragilité des rapports et le risque de violence, dans un cercle vicieux qui ne conduira jamais à la paix ». Ainsi, pour le pape François, «  la dissuasion nucléaire ne peut que créer une sécurité illusoire […] Nous ne pouvons pas prétendre maintenir la stabilité mondiale par la peur de l’anéantissement, dans un équilibre plus que jamais instable, suspendu au bord du gouffre nucléaire et enfermé dans les murs de l’indifférence. »

Pour mettre fin à ce climat de peur, le pape nous encourage à « poursuivre une fraternité réelle fondée sur la commune origine divine et exercée dans le dialogue et la confiance réciproques. » Ceci n’est pas une utopie aux yeux du pape car «  le désir de paix est profondément inscrit dans le cœur de l’homme. »

Parvenir à la paix, un long et complexe chemin d’écoute et de rencontre

Le Saint-Père ne cache pas que la paix s’atteint au terme d’un chemin qu’il qualifie de complexe : « C’est un chemin d’écoute basé sur la mémoire, la solidarité et la fraternité », rappelle-t-il. La mémoire évite de reproduire les erreurs du passé ; elle est aussi «  horizon de l’espérance : dans l’obscurité des conflits, même le rappel d’un petit geste de solidarité reçu peut inspirer des choix courageux et même héroïques. »

Il invite à chercher la vérité « au-delà des idéologies diverses  ». Par le dialogue et l’écoute, « la connaissance et l’estime de l’autre peuvent se développer jusqu’aà reconnaître dans l’ennemi, le visage d’un frère. »

Le processus de paix implique un engagement dans le temps qui ouvre peu à peu à « une espérance commune plus forte que la vengeance. »

De nouvelles relations entre l’humanité et la Terre

Dans son message, le pape François n’oublie pas la paix qui doit s’établir entre les hommes et la Création, faisant référence aux conclusions du récent synode sur l’Amazonie. Le pape appelle une fois encore à cesser l’exploitation abusive des ressources naturelles et à s’ouvrir à «  l’accueil du don de la création qui reflète la beauté et la sagesse de son Auteur ». De cette attitude découle « une nouvelle manière d’habiter la maison commune, d’être présents les uns aux autres ».

« La paix n’a pas de frontières »

Le message du pape François en cette fin d’année fait suite à ce qu’il écrivait tout récemment à l’occasion de la rencontre internationale annuelle de prière pour la paix organisée par la communauté Sant’Egidio le 13 septembre dernier à Madrid. Le thème que le pape avait souhaité développer lors de ce rassemblement était « Paix sans frontières ». Revenant sur les conflits qui ébranlent le monde depuis plus de 20 ans, il avait souligné que « la maison commune où nous sommes tous appelés à vivre ne supporte pas les murs qui divisent et créent des conflits entre ses habitants. » Au contraire, elle a besoin de portes ouvertes qui favorisent la communication, la rencontre, la coopération pour vivre ensemble en paix. Et le pape avait rappelé avec force à cette occasion que « la paix n’a pas de frontières. Jamais, sans exception ».

« Paix à cette maison »

Dans un dossier préparé cette année pour l’Avent et Noël, les animateurs de Pax Christi rappellent cette phrase de l’évangile de Luc : «  En envoyant ses disciples en mission, Jésus leur dit : “Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : paix à cette maison. S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui”. » (Lc, 10, 5-6).
Offrir la paix est bien au cœur de la mission des disciples de Jésus et aujourd’hui de tous ceux et celles qui aspirent à la paix dans notre monde en proie à de multiples violences. Et la “maison” à laquelle fait référence Jésus peut prendre des visages multiples : pays, communauté ethnique, famille, chacun de nous individuellement …. sans oublier notre planète Terre en grande souffrance, cette “maison commune” à laquelle fait souvent référence le pape François et qui mérite toute notre attention, toute notre sollicitude. Comme l’écrit Mgr. Marc Stenger, évêque de Troyes et Président de Pax Christi France, dans l’introduction du numéro spécial du ‘Journal de la Paix’ publié par Pax Christi à l’occasion de l’Avent et du temps de Noël, « faire cadeau de la paix aux hommes, c’est la raison profonde de l’incarnation du Christ dans notre monde. Paix à cette maison ! Paix à tous ceux qui, hommes et femmes, aspirent à la paix au milieu des drames et des violences de l’histoire humaine. Ce n’est pas seulement un vœu que nous faisons, mais un service dans lequel nous nous engageons. » (**)

François Blanty

(*) Lire le texte intégral en français du message du pape pour la Journée mondiale de la Paix 2020 

(**) Le numéro spécial du Journal de la Paix publié par Pax Christi à l’occasion de l’Avent et du temps de Noël 2019 peut être commandé ou téléchargé.