Logo diocèse de Versailles

Récollection des laïcs en mission et de la Pastorale de la santé


Plus de 200 personnes ont répondu à l’invitation du Service d’accompagnement des laïcs en mission ecclésiale et de la Pastorale de la Santé, jeudi 15 février 2018. Cette journée de récollection annuelle avait pour thème « le bonheur selon Jésus, vivre des béatitudes ». Le p. Charles Formery qui l’animait, a livré des clés spécifiques pour la mission auprès des personnes fragiles et souffrantes. Un enseignement bénéfique en ce temps de carême, pour se ressourcer et se forger un cœur aimant et un esprit résolu.

Cette récollection, conçue sous forme de halte spirituelle sur les Béatitudes, était destinée à tous les laïcs en mission du diocèse et aux collaborateurs de la curie diocésaine ainsi que – cette année – aux personnes en mission auprès des malades, des personnes âgées et en fin des vie. Le père Charles Formery s’est attaché à leur donner quelques pistes pour les accompagner ou renouveler leur manière de voir leur service et les personnes accompagnées.

La confiance en Dieu, clé du Royaume

Ainsi, les Béatitudes (Mt 5, 3-12) constituent-elles un formidable concentré d’espérance. On pense immédiatement à « Heureux les affligés car ils seront consolés » mais on sèche sur « Heureux les pauvres de cœurs car le Royaume des Cieux est à eux ». On peut mettre cette béatitude en parallèle avec le passage où Jésus indique que le Royaume des Cieux appartient à ceux qui se font petits comme des enfants. Celui qui est pauvre de cœur met toute sa confiance en Dieu, il reçoit sa vie de Dieu. Jésus a lui-même montré sa complète dépendance à la volonté du Père. Il s’agit donc, pour les aidants comme pour les souffrants, de commencer à se mettre en disposition de confiance à l’égard de Dieu. « Encouragez à poser de petits actes de confiance, le Seigneur se donne alors immédiatement à sentir ; le royaume des Cieux n’est plus à venir, il est pour maintenant. Vous remarquerez  que le présent n’est utilisé que pour cette béatitude, toutes les autres sont au futur, explique le p. Formery. Il nous faut accepter de confier à Dieu ce qui nous soucie car  l’acte de confiance et d’abandon plait au seigneur. » et il cite le père Gaston Courtois prêtant à Jésus ces mots : « la confiance est la forme d’amour qui m’honore et qui me touche le plus ».

« Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés. » La sagesse et un cœur clairvoyant sont à demander dans la prière. « Demandez la sagesse et tout le reste vous est donné par surcroît. » (1 Roi 3-11). Le Seigneur nous fera justice, il trouve toujours des issues. Cette confiance est à proclamer autour de nous et dans la mission !

Autre clé :  la joie, se réjouir de la consolation à venir

« Heureux ceux qui pleurent », dans l’évangile, Jésus avant même de ressusciter le fils de la veuve de Naïm, s’occupe de la souffrance de la mère. A son image, sachons nous empresser pour les autres, chercher à les consoler. « A ceux qui souffrent, conseille le père Formery, osez parler de cette promesse de la béatitude, du grand assouvissement du Paradis pour ceux qui auront pleuré et souffert sur terre. Comme Sainte Thérèse de Lisieux, vous pouvez leur dire de demander à Dieu d’être consolé à l’idée de la consolation future. » Le terrible passage des Maccabées, une heure sombre de l’Ancien Testament, témoigne de l’espérance en la vie après la mort. Il y aura une grande joie, après ces tribulations et souffrances de la vie sur terre. Il ne faut pas hésiter à le dire. Et conseiller, lorsque les forces morales s’amenuisent de prononcer le nom de Jésus.  S’efforcer à sourire, c’est déjà un acte de confiance, un acte volontaire qui a une influence sur notre âme.

Et quand on est fatigué de servir ?

« Tout ce qui est à moi est à toi. Toi mon enfant, tu es toujours avec moi. » Si l’on est triste parfois, c’est que l’on oublie de puiser en Dieu. Parfois, dans l’église même, dans le service, on peut basculer dans une obéissance servile mais sans amour, une lassitude s’installe, une amertume. Le fils aîné, dans la parabole du fils prodigue qui peut illustrer la parabole « Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde » montre à quel point il est parfois difficile de s’apercevoir des privilèges dont on jouit. Demander la joie, demander l’Esprit Saint, demander la miséricorde du Père pour soi en tant que fils aîné et en tant qu’ancien fils prodigue :  Comme Sainte Thérèse de Lisieux, demandez pardon par anticipation et considérez que Dieu vous a déjà pardonné et remerciez le de vous avoir aidé à ne pas tomber dans le péché et vous avoir gardé dans sa maison, comme le fils aîné.

« Heureux les cœurs purs car ils verront Dieu » : l’impureté c’est la situation de celui qui s’est chargé de ce qu’il ne devait pas prendre. C’est un péché qui nous alourdit et qui peut causer frustration et lassitude. Il faut veiller à ne pas focaliser son attention sur l’objet de sa convoitise et à ne pas s’approprier les personnes que l’on aide. Il faut accepter de ne pas voir pour que la vision ne soit pas donnée, ne pas creuser, ne pas fouiller, notamment via les réseaux sociaux. Accepter de ne pas maîtriser une personne ou une situation qui nous est confiée.

« Heureux les artisans de paix, ils sont appelés fils de Dieu. » Cette parabole est à mettre en parallèle avec Joseph qui prévient ses frères d’un grand danger, il ne leur en veut pas de l’avoir vendu. Joseph préfigure Jésus qui a montré, par le choix de ses disciple et dans sa vie quotidienne avec eux et la foule, comment être artisan de paix, jusqu’à la Croix. Etre artisan de paix, c’est savoir relativiser. Dire à l’autre que ce n’est pas si grave et montrer l’autre joue, c’est à dire l’autre partie de soi, la partie non blessée.

Pour aller plus loin

Voici les références des passages bibliques cités ainsi que ceux qui n’ont pas été abordés dans cet article. Ils nourrissent la réflexion de chaque béatitude (Mt 5, 3-12) :

  • Heureux les pauvres de cœur → Mt 19, 13-15
  • Heureux les doux → 1 Samuel 24-26 (3 chapitres)
  • Heureux les affligés → Lc 7, 11-17
  • Heureux ceux qui ont faim et soif de justice → 1 Rois 3, 16-28
  • Heureux les miséricordieux → Lc 15, 25-32
  • Heureux les cœurs purs → Mt 5, 27-30
  • Heureux les artisans de paix → Gn 45
  • Heureux les persécutés pour la justice et calomniés  → 2 Macchabées 7