Logo diocèse de Versailles

A l’origine de la Réconciliation


La réconciliation ou confession, sacrement du pardon et de la miséricorde, nous invite à un retournement intérieur pour renoncer au mal, et à une vraie conversion des coeurs

Les sacrementsConfession, Réconciliation, Pénitence, Pardon ?

La richesse de ce sacrement s’exprime déjà dans la variété des noms qu’on lui donne :

 

  • Confession évoque un double élément essentiel de ce sacrement : la reconnaissance de la bonté de Dieu et de sa miséricorde, et l’aveu explicite des fautes que nous avons commises ;
  • Réconciliation veut dire que ce sacrement donne l’amour de Dieu qui nous réconcilie avec lui, ainsi que la force d’aller à notre tour nous réconcilier avec les autres ;
  • Pénitence souligne que ce sacrement implique une démarche personnelle de remise en route vers Dieu, par des efforts concrets de changement de vie ;
  • Pardon désigne le fruit même du sacrement : par l’absolution, le prêtre donne le pardon et la paix.

 

Origines bibliques

L’appel à la réconciliation est le cœur et le résumé du message de Jésus, tout au long de sa prédication. Il prend la suite de tous les prophètes qui avant lui, ont fait entendre le même message à travers l’Ancien Testament. Comme eux, il appelle à une conversion du cœur, à un retournement intérieur, et non pas d’abord à des gestes ou des rites de purification extérieurs, souvent formels.

L’appel de Jésus s’adresse à tous : tous ceux qui ne connaissent par Dieu sont invités à renoncer au mal et à changer de vie. Mais même ceux qui ont accepté ce premier appel doivent encore se convertir. Le plus émouvant exemple, dans l’Evangile, est celui de Pierre, celui qui avait été choisi par Jésus pour être le chef des apôtres, et qui pourtant jurera ne pas connaître son Maître lors de l’arrestation de celui-ci. Le regard d’amour de Jésus le conduira à se convertir à nouveau dans les larmes.

Dieu seul peut pardonner les péchés. Jésus exerce ce pouvoir car il est le Fils de Dieu. Il confie ensuite à ses disciples la charge d’exercer ce pouvoir en son Nom.