Logo diocèse de Versailles

Les couleurs de la liturgie


La couleur utilisée dans les offices religieux dépend du temps liturgique et des fêtes particulières célébrées.

Les couleurs liturgiques

Signe qu’on prie avec tout son corps et notamment avec ses yeux, la couleur des étoles, chasubles et autres ornements liturgiques indique la tonalité de la prière de l’Église.

 

Au XVI° siècle, avec le Concile de Trente il est admis cinq couleurs, déjà utilisées depuis longtemps : le blanc, le rouge, le vert, le violet, le noir. Ces couleurs sont signifiantes car elles expriment la fête, la passion, l’espérance, la pénitence, le deuil. C’est au XIX° siècle que ces couleurs liturgiques ont été définitivement codifiées.

La liturgie étant l’hommage intégral à Dieu de tout le créé, l’usage des couleurs dans les célébrations est une partie intégrante du culte. Le choix et la variété de ces couleurs a beaucoup dépendu des temps et des lieux ; il en est encore ainsi. En Occident, les couleurs liturgiques sont les suivantes : le blanc, le rouge, le vert, le violet, le noir et le rose ; c’est ainsi que les énumère l’Institution générale du Missel romain (n° 308), qui laisse d’ailleurs aux Conférences épiscopales le soin d’entériner les coutumes locales ou d’adapter les normes générales.

 

Leur signification

(Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés)

Le vert
Couleur liturgique du temps ordinaire, évoquant la croissance de l’Église, grâce à la sève venue de Dieu.

Le violet
Dans la liturgie, le violet est la couleur des temps de pénitence (Avent et Carême) ; on l’uti­lise aussi pour les célébrations pénitentielles, ainsi que pour les offices des défunts.

Le rouge
Couleur liturgique qui évoque le sang ou le feu. Elle est utilisée le dimanche des Rameaux, le Ven­dredi saint, le jour de la Pentecôte et aux messes en l’honneur du Saint-Esprit, en la fête de la sainte Croix, aux fêtes des Apôtres et évangélistes, et aux fêtes des saints martyrs.

Le blanc
Couleur liturgique des ornements utilisés au temps de Noël et au temps pascal. On la retrouve aux fêtes de la dédicace, de la Vierge Marie, des anges, des pasteurs, des docteurs de l’Église, des saints et des saintes qui ne sont pas martyrs. Le blanc évoque la pureté, mais plus encore la Gloire divine et l’éclat de tout ce qui touche à Dieu. C’est la couleur de la résurrection.

Aux célébrations solennelles, on peut utiliser les ornements les plus beaux, même s’ils ne sont pas de la couleur du jour. Il y a également une tradition de couleur rose pour certains dimanches de l’Avent et du Carême et de couleur bleue pour les fêtes mariales.