Logo diocèse de Versailles

Les scrutins


Tout au long du carême, l’Église offre aux catéchumènes un « itinéraire spirituel » jalonné par trois célébrations que l'on appelle "scrutins" au cours desquelles sont prononcées les prières d'exorcisme.

Les scrutins

Se voir tel que Dieu nous voit

Comme son nom le suggère, le futur baptisé est encouragé à se laisser scruter par l’amour du Seigneur, pour mieux percevoir ses faiblesses et les richesses de son cœur, pour qu’il poursuive ses efforts pour mieux aimer Dieu et qu’il reçoive la force du Christ. Le mot “scrutin” évoque donc le discernement entre la lumière et les ténèbres. Les « appelés » sont invités à la conversion, à se tourner vers le Seigneur pour se voir à sa lumière.

 

« Scrute-moi, mon Dieu, tu sauras ma pensée. Vois si je prends le chemin des idoles. Conduis-moi vers le chemin d’éternité. » (Psaume 138)

Les scrutins proposent une progression. Ils s’inscrivent dans un chemin de conversion qui nécessite durée, efforts à poursuivre, et recommencements ! Ce n’est pas un hasard, ni une contrainte s’ils sont au nombre de trois : on ne peut y entrer vraiment en une seule fois ; il faut y revenir, recommencer, entendre à nouveau les appels du Christ. Ainsi ils éveillent petit à petit le désir d’être purifié et racheté par le Christ. Ils leur permettent d’être instruits peu à peu du mystère du péché et de ses conséquences présentes et futures, dont le monde entier et tout être humain attendent d’être sauvés et libérés.

Ces liturgies constituent en quelque sorte une initiation au sacrement de pénitence et de réconciliation. Du premier au dernier scrutin, les futurs baptisés approfondissent leur désir de salut et la découverte de tout ce qui s’y oppose.

Ces trois scrutins sont célébrés solennellement les 3ème, 4ème et 5ème dimanches de carême, au cours des messes paroissiales. Les baptisés ont eux aussi à vivre cette dimension de conversion avec les catéchumènes !

LIRE AUSSI : “Trois scrutins pour… une conversion !”

 

Trois dimanches aux évangiles “baptismaux”

Les évangiles de ces 3 dimanches évoquent les grands symboles du baptême chrétien.

1er scrutin avec l’évangile de la Samaritaine, à qui le Christ donne l’eau vive. (3ème dimanche de Carême)

« La soif torture les hommes en ce monde, et ils ne comprennent pas qu’ils se trouvent dans un désert où c’est de Dieu que leur âme a soif. Disons donc, nous : “Mon âme a soif de toi.” Que ce soit le cri de nous tous, car unis au Christ nous ne faisons plus qu’une seule âme. Puisse notre âme être altérée de Dieu. Les yeux fixés sur la résurrection du Christ dont Dieu nous donne l’espérance, au milieu de toutes les carences qui nous accablent, monte en nous la soif de la vie incorruptible. Notre chair a soif de Dieu. » (St Augustin)

 

2ème scrutin avec l’évangile de l’aveugle-né, guéri et illuminé par le Seigneur. (4ème dimanche de Carême)

« L’aveugle se lava les yeux à la piscine de Siloé, Siloé qui veut dire envoyé. Autrement dit, il fut baptisé dans le Christ. Si donc Jésus lui ouvrit les yeux en le baptisant en lui, d’un certaine manière on peut dire qu’il fit de lui un catéchumène quand il lui fit une onction sur les yeux. » (St Augustin)

 

3ème scrutin avec la Résurrection de Lazare à qui le Christ rend la vie. (5ème dimanche de Carême)

« Écoutez, écoutez ce que dit Jésus : “Je suis la résurrection et la vie.” Toute l’attente des Juifs était de voir revivre Lazare, ce mort de quatre jours. Écoutons, nous aussi, et ressuscitons avec lui. Il est la résurrection parce qu’il est la vie. “Celui qui croit en moi, même s’il est mort, vivra” ; même s’il est mort comme Lazare, il vivra ; parce que Dieu n’est pas le Dieu des morts mais des vivants. » (St Augustin)

 

Comment se déroule un scrutin ?

Ce sont des rites brefs qui ont une même structure, très simple. Ils prennent place après l’homélie et s’appuient, chacun des trois dimanches, sur l’Évangile cité.

  • Les « appelés » se placent avec leurs parrains et marraines devant le célébrant. Ils sont invités à s’avancer et à s’incliner ou à se mettre à genoux.
  • Suit un temps de prière silencieuse. Les fidèles, en communion avec les catéchumènes, sont invités à prier en silence pour les « appelés », en demandant la persévérance dans la conversion, le sens du péché et la vraie liberté des enfants de Dieu.
  • Puis toute l’assemblée adresse une prière litanique pour les catéchumènes, mais aussi pour les membres de la communauté chrétienne et pour tous les hommes.
  • Vient alors la prière d’exorcisme, en lien avec l’Évangile, dite par le prêtre ou le diacre qui préside l’assemblée. Celui-ci étend les mains sur les « appelés ».
  • Enfin, les catéchumènes sont renvoyés, sous la protection du Seigneur, et invités à revenir le dimanche suivant.

Vous avez dit “exorcisme” ?

Spontanément, quand on prononce le mot « exorcisme » notre imaginaire s’emballe, voire des images de films remontent à la surface provoquant peut-être quelques répulsions à cause de la réalité qu’il évoque. Pourtant, c’est bien au moyen d’exorcismes que les scrutins sont accomplis. On retrouve d’ailleurs une prière d’exorcisme également avant le baptême des petits enfants, généralement suivi de l’imposition de la main.

L’exorcisme n’est pas un rite d’expulsion. Les exorcismes sont destinés à délivrer de l’influence du Mauvais, à ouvrir à la grâce du Christ : « instruits du mystère du Christ libérateur du mal et délivrés des suites du péché et de l’influence du diable, ils sont fortifiés dans leur itinéraire spirituel et ils préparent leur cœur à recevoir les dons du Sauveur. » (Rituel, n°150)

Toutes les prières d’exorcisme (ou prières de délivrance) prévues par le rituel sont inspirées des Évangiles des scrutins. Elles s’adressent à Dieu pour lui confier les catéchumènes et demander pour eux la force dans le combat spirituel et qu’à la suite du Christ, ils puissent avancer avec confiance vers le moment de la nouvelle naissance.

Les scrutins, que l’on célèbre solennellement le dimanche, sont accomplis au moyen des exorcismes. Ils ont ce double but : faire apparaître dans le cœur de ceux qui sont appelés ce qu’il y a de faible, de malade et de mauvais, pour le guérir, et ce qu’il y a de bien, de bon et de saint, pour l’affermir. Ils sont donc faits pour purifier les cœurs et les intelligences, fortifier contre les tentations, convertir les intentions, stimuler les volontés, afin que les catéchumènes s’attachent plus profondément au Christ et poursuivent leur effort pour aimer Dieu. Ils donnent aux futurs baptisés la force du Christ, qui est, pour eux, le Chemin, la Vérité et la Vie.” (extrait du rituel, 148)

 

LIRE AUSSI : “Trois scrutins pour… une conversion !”