Logo diocèse de Versailles

Le sens de la réconciliation


Se confesser pour se réconcilier avec Dieu, les autres et soi-même.

Le bon pasteurRéconciliation avec Dieu

Le péché est une triple rupture de communion : avec Dieu, avec les autres, et avec soi-même. Régulièrement, nous avons besoin de réorienter radicalement notre vie pour retrouver cet état de communion et de paix. Nous avons à revenir à Dieu de tout notre cœur, à cesser de faire le mal, à lutter pour ne pas nous laisser séduire par tout ce qui peut y conduire. Ce travail spirituel ne peut pas se faire à la force de poignet : nous avons besoin pour y parvenir de l’aide de Dieu lui-même.

Car le cœur de l’Homme est lourd et endurci. Il faut que Dieu nous donne un cœur nouveau. Dans le sacrement de réconciliation, nous manifestons notre volonté de nous convertir, mais c’est Dieu lui-même qui fait l’essentiel. Par son amour, il fait revenir notre cœur à lui, et nous donne la force de nous remettre en route.

Depuis Pâques, la réconciliation des cœurs est la grande œuvre de l’Esprit Saint : c’est lui qui éclaire les consciences pour nous révéler toutes les traces de péché dans nos vies. C’est lui aussi qui est le « Consolateur », celui qui donne la force de la conversion. L’Esprit Saint agit avec force dans le sacrement de réconciliation.

Réconciliation avec l’Eglise

Jésus a voulu que son Eglise soit toute entière signe et instrument de réconciliation : par toute sa prière, par toute sa vie et son action. Il a donc confié de manière spécifique aux prêtres, dans la suite des Apôtres, le pouvoir de pardonner les péchés dans le sacrement de réconciliation. Les prêtres sont envoyés au nom du Christ pour être à leur tour apôtre de la réconciliation. A travers eux, c’est Dieu lui-même qui agit.

Chacun de nos péchés, en nous éloignant de Dieu, nous éloigne aussi de la communauté du Peuple de Dieu, l’Eglise. Le pardon nous en rapproche, comme Jésus a voulu le montrer en acceptant de se mettre à table avec les pécheurs. Le sacrement de réconciliation contribue à renforcer l’unité de l’Eglise. Réconciliation avec l’Eglise et réconciliation avec Dieu sont inséparables.