Logo diocèse de Versailles

La célébration du mariage


Au sens strict, c’est le consentement qui fait le mariage. C’est l’élément indispensable du sacrement de mariage, comme le pain de l’Eucharistie, ou l’eau du baptême.

La force du consentementLe mariage

Au sens strict, c’est le consentement qui fait le mariage. C’est l’élément indispensable du sacrement de mariage, comme le pain de l’Eucharistie, ou l’eau du baptême. Le consentement consiste en un acte pleinement libre et volontaire par lequel les époux se donnent et se reçoivent mutuellement. La présence du prêtre ou du diacre est nécessaire pour recevoir les consentements, et invoquer sur les mariés la force de l’Esprit Saint qui scelle leur alliance.

Le cadre liturgique du mariage

Le sacrement du mariage et celui de l’Eucharistie sont intimement liés, puisque la messe actualise le don que Jésus fait de lui-même à son Eglise, par amour. Néanmoins, le mariage n’est pas forcément célébré au cours d’une messe : c’est un choix à faire avec le prêtre ou le diacre célébrant, selon l’itinéraire et la situation de chaque couple de fiancé.

Avec ou sans messe, c’est toujours le même sacrement du mariage qui est célébré : il n’existe pas de « simple bénédiction » pour un couple, malgré l’expression trop souvent entendue ! Après avoir écouté plusieurs textes de la Parole de Dieu, expliqués par le prêtre ou le diacre qui préside la cérémonie, a lieu l’engagement des époux. Il commence par un dialogue initial au cours duquel les époux redisent leur volonté de se marier librement et de se rester fidèle pour toute la vie. Ensuite ce sont les époux eux-mêmes qui se donnent le sacrement, par l’échange de leur consentement : « Je te reçois comme époux(se) et je me donne à toi… ». Cet engagement se matérialise par l’échange des alliances. Le célébrant bénit enfin les nouveaux mariés.