Logo diocèse de Versailles

Histoire du peuple, histoire du livre


C’est à travers son histoire qu’Israël expérimente une relation unique avec le Dieu Sauveur. Deux périodes majeures ont marqué l’histoire d’Israël : l’Exode et l’Exil.

la bible (crédit wikicomon)L’Exode

La Bible raconte comment, aux temps des pharaons, les fils d’Israël étaient esclaves en Egypte ; Dieu envoya Moïse pour les libérer et les faire sortir d’Egypte. Sous la conduite de Moïse, ils traversèrent la Mer Rouge et poursuivirent leur route à travers le désert du Sinaï pendant 40 ans. Cette période (datée d’environ 1200 ans avant Jésus-Christ) est appelée l’Exode.

De cette époque restent peu de traces archéologiques mais nous savons que de nombreuses traditions orales circulaient sur les patriarches puis plus tard sur l’Exode. Des codes de lois ont été élaborés à cette époque.

L’Exil

Une fois le peuple installé au pays de Canaan appelé plus tard la Palestine, la royauté se met en place au fil des siècles et les rois se succèdent : les plus connus sont Saül, David et Salomon (environ 1000-900 avant J-C). Des difficultés naissent avec leurs successeurs et le pays se scinde en deux : le royaume du Nord (capitale : Samarie) et le royaume du Sud (capitale : Jérusalem). De nombreux textes des prophètes ainsi que les premiers manuscrits du Deutéronome datent de cette époque.Le pays est entouré de grandes puissances, l’Egypte et l’Assyrie, qui combattent régulièrement entre elles et cherchent à assurer leur domination sur le pays de Canaan.
Le royaume du Nord va être annexé par les Assyriens en 721 avant Jésus-Christ. Le royaume du Sud tombera lui aussi de 597 à 587 avant Jésus-Christ ; le Temple de Jérusalem, signe de la présence de Dieu parmi son peuple, sera détruit ; le roi et les notables seront déportés à Babylone. La déportation a duré un demi-siècle ; c’est cette période que l’on appelle l’Exil.

A Babylone, les prêtres ont entrepris un énorme travail de relecture des textes existants qu’ils avaient précieusement emportés avec eux, ils retravaillent les textes et en écrivent d’autres ; ils constituent ce que l’on appelle la tradition sacerdotale.Trois périodes vont se succéder après le retour d’Exil qui a lieu aux environs de 537 avant Jésus-Christ.

La période perse 538 – 333 est une période de rédaction importante pour les textes bibliques, de cette époque datent :

  • le Pentateuque qui regroupe les cinq premiers livres de la Bible appelés la Loi (Torah) par la tradition juive (tradition sacerdotale et tradition deutéronomiste)
  • les écrits de certains prophètes. La période grecque 333-63 voit naître d’autres livres prophétiques et des écrits de sagesse.
  • La période romaine à partir de 63 avant Jésus-Christ : dans cette période seul le Livre de la Sagesse est écrit

L’histoire d’Israël est marquée par un événement qui bouleverse la religion juive : la venue de Jésus-Christ sous le règne d’Hérode vers l’an 6 avant notre ère.La vie publique de Jésus date des années 30. On date traditionnellement sa mort et sa résurrection autour de l’an 33.

  • Les premiers écrits du Nouveau Testament sont les lettres de Paul entre 48 et 64, suivies de l’Evangile de Marc (récit de la vie et de la mort et résurrection de Jésus) dans les années 60 puis de l’œuvre en deux tomes de Luc (Evangile et Actes des Apôtres) et de l’Evangile de Matthieu vers 80 ; l’Evangile de Jean date des années 90. Les dernières lettres et l’Apocalypse n’apparaissent qu’au début du deuxième siècle.Les dates mentionnées sont indicatives, elles sont encore discutées pour certaines.

Pour approfondir :

  • Lire l’Ancien Testament, t1, Service Biblique Evangile et Vie, 1994
  • Que sait-on du Nouveau Testament ? de Raymond Brown 2000 pour le NT
  • Guide Biblia magazine n°1, Juin 2010, Editions du Cerf

Canon des Ecritures

Ce mot « canon  » très ancien, d’origine phénicienne, désigne « un roseau  », c’est-à-dire une tige pouvant servir de règle, donc de mesure. Passé en langue grecque, le mot « canon » signifie alors mesure et norme. Le principe de formation de ce canon, c’est-à-dire des livres considérés comme la Parole de Dieu, se fait progressivement.La Torah fut achevée la première, sa fixation est attribuée à Esdras au milieu du Vème siècle avant JC. La constitution du corpus prophétique se fait au plus tard au cours du IIIème siècle avant JC.

 La clôture du canon hébraïque s’est imposée au pharisaïsme (seul courant du judaïsme survivant à la destruction de Jérusalem en 70 après J-C) car ils devaient faire face à la montée du judéo-christianisme et à l’arrivée de nouveaux textes chrétiens. A l’époque de Jésus, le judaïsme hellénistique possédait une collection de livres en grec plus étendue que la liste fixée par les pharisiens à la fin du premier siècle. Ces livres furent gardés et appelés deutérocanoniques par les chrétiens.

Pour le Nouveau Testament, le processus de canonisation des Ecritures chrétiennes parait s’être achevé aux 4ème et 5ème siècles. Il subsiste cependant quelques incertitudes. Les textes retenus étaient, majoritairement, les textes les plus lus publiquement dans toutes les églises, la liturgie a donc joué un rôle important dans la constitution de ce canon. Le concile de Trente (1545 – 1563) en établissant la liste des livres saints, n’a fait que valider une situation remontant à l’époque de l’antiquité.(Dictionnaire critique de Théologie, article « canon des écritures », Yves Lacoste, 2002).