Logo diocèse de Versailles

L’avent


Jésus le Christ s'est fait "Dieu parmi nous". L'Avent est le temps de l'accueil de cette réalité.

Et le Verbe s'est fait chair

Et le Verbe s’est fait chair !

Ce verset du prologue de l’Evangile selon Saint Jean donne sens à la fête de Noël à laquelle nous nous préparons.

La nativité de l’enfant Jésus est la suite logique de cet événement incroyable et pourtant réel qu’est l’annonciation neuf mois plus tôt (nous la fêtons le 25 mars) c’est-à-dire l’annonce faîte à une vierge appelée Marie qu’elle serait la mère du sauveur.
Lors de cette annonce, l’archange Gabriel atteste que cet enfant ne sera pas n’importe quel enfant : il sera le Fils du Très-Haut, c’est-à-dire le propre Fils de Dieu.

 

  • Ce Fils est la Parole de son Père pour nous.

Comme le rappelle le commencement de la lettre aux hébreux,1 ” Après avoir, à maintes reprises et sous maintes formes, parlé jadis aux Pères par les prophètes, Dieu, 2 en ces jours qui sont les derniers, nous a parlé par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par qui aussi il a fait les siècles.”

 

  • Le Christ est celui par qui Dieu se révèle, bien plus que par les prophètes, puisque là c’est Dieu lui-même qui vient à nous.

Le grand théologien Karl Rahner parle d’auto-communication de Dieu. Ce que le Christ nous transmet de Dieu n’est pas étranger à lui, puisqu’il est lui-même une personne divine.
En devenant par l’incarnation l’un d’entre nous, en assumant notre humanité, en faisant irruption dans l’histoire, le Fils éternel de Dieu, ne perd rien de sa divinité. Il est la Parole faite chair mais sa Parole ne perd pas sa puissance en venant dans notre monde. Le Christ Jésus a une parole d’autorité, une parole qui produit ce qu’elle dit, car il EST la Parole divine par qui le monde fut créé : “Dieu dit et cela fut” nous rappelle le premier récit de création dans la genèse.

 

  • Il nous appartient donc de nous mettre à l’écoute de cette Parole.

Fêter la naissance de Jésus, c’est se rappeler que La Parole de Dieu c’est quelqu’un et quelqu’un qui vient nous rejoindre pour nous parler et nous façonner par sa parole. Le meilleur moyen de rejoindre le sens de Noël est certainement de se replonger dans l’Ecriture sainte, en la méditant, en la priant, en la laissant nous transformer. Pour ce temps de l’Avent, prenons le temps d’ouvrir nos cœurs à la Parole. Pour le temps de Noël, ayons l’audace d’offrir une Bible à ceux qui nous entourent, pour que eux aussi puissent accueillir chez eux, le Verbe qui s’est fait chair, en un lieu et en un temps de l’histoire, mais qui ne cesse de vouloir nous visiter.
N’oublions pas de demander l’assistance de l’Esprit Saint par lequel le Verbe s’est fait chair en Marie sinon, la lecture de la Bible risque de ne pas nous faire rencontrer celui qui est au-delà des mots.
Il convient en effet de préciser que pour nous, chrétiens, la Parole n’est pas un livre, fusse la bible.

 

  • L’Ecriture Sainte est le moyen par lequel la Parole aujourd’hui nous rejoint.

A travers elle Jésus, le verbe, nous parle mais il ne se réduit pas à elle. Lors de la liturgie de la messe, après la proclamation de l’Evangile, quand le ministre dit “acclamons la Parole de Dieu“, l’assemblée ne répond pas “louange au livre“, mais “Louange à toi Seigneur Jésus”. Nous ne sommes pas une religion du livre, quoi qu’en disent d’autres croyants, nous confessons une personne qui nous parle ; nous avons foi en un Dieu qui vient dialoguer avec nous et qui est au-delà des lettres et des mots car il est amour infini. Alors, amoureusement, prêtons l’oreille par l’action de l’Esprit Saint et le verbe viendra nous visiter comme autrefois à Bethléem, il le fit pour d’humbles bergers.

 

Benoit Chevalier

Autres articles sur le même sujet :